Forum des jeunes leaders en marge du sommet de l’Union Africaine : "Une Afrique plus verte, la jeunesse et le changement climatique : reverdir le Sahel", thème retenu

En marge des activités du Sommet de l’Union Africaine, un forum des jeunes leaders sur le thème : « Une Afrique plus Verte, la jeunesse et le Changement climatique : Reverdir le Sahel » s’est ténu le 7 Juillet au Centre Régional d’AGRHYMET. C’est le ministre de l’Environnement de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba qui a procédé au lancement de cette activité.

A l’ouverture des travaux du forum des jeunes leaders, le ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable a expliqué qu’en organisant cet événement parallèle, « l'ARDN et son département ministériel visaient à offrir à la jeunesse africaine une plate-forme de dialogue et d'échanges sur des thématiques au centre du débat climatique mondial, d'une part et à créer des opportunités pour la préparation et le financement d'un Projet sur la mise en œuvre de l'initiative "une Afrique plus verte, la jeunesse et le changement climatique" d'autre part, avec un focus sur le reverdissement du Sahel, l'emploi des jeunes, la lutte contre la migration écologique, le rôle accru des collectivités locales et du secteur privé ».

A cet effet trois panels, animés par d'éminentes personnalités de la diaspora Noir Américaine des Etats Unis et de l'Afrique subsaharienne, issues du monde des associations, du secteur privé, des universités, de la recherche et du développement ont été organisés sur les thématiques suivantes ‘’rôles des jeunes et des femmes dans la lutte contre les effets des Changements climatiques’’ ; ‘’rôles des   communautés locales dans la lutte contre les changements climatiques’’ et ‘’recherches d'opportunités ; et initiatives du secteur privé/investissements et innovations dans la lutte contre les changements climatiques’’. Au vu l’importance des thèmes qui sont abordés et la qualité des participants, le ministre Almoustapha Garba s’est dit rassuré quant à la pertinence des recommandations et résolutions, dont l'adoption d'une Déclaration dite « Déclaration de Niamey sur la Jeunesse et Changement Climatique ».

Cette Déclaration, devrait définitivement sceller l’engagement des jeunes leaders de l'Afrique sub-saharienne, à porter et à défendre la cause climatique dans leurs pays respectifs et au-delà partout dans le monde, a indiqué le ministre.                                                                                    

Aussi, la tenue de cet événement en marge du 33ème Sommet (de l'Union Africaine, devait selon M. Almoustapha Garba, «servir de cadre à la remise officielle du «Flambeau Jeunesse Africaine et Changement Climatique» à SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, Président de la Commission Climat pour la Région du Sahel, en reconnaissance à son engagement pour l'intégration de notre cher Continent».

Par ailleurs, le ministre en charge de l’Environnement a rappelé aux participants que les solutions jusque-là apportées, à l'échelle de nos pays, ne peuvent à elles seules répondre aux défis si importants et si complexes posés par le dérèglement climatique, qui dépassent largement les frontières nationales et les capacités de nos populations, très affectées, mais toujours résilientes et déterminées à y faire face. « A l'évidence, juguler les effets des changements et variabilités climatiques nécessite donc une large coopération internationale et régionale ; une forte implication de la jeunesse, une volonté et un engagement total des pays, en particulier ceux développés, pour le financement des mesures d'adaptation et le relèvement de leurs ambitions en matière de réduction des émissions polluantes», a-t-il estimé.

C'est pourquoi, a souligné M. Almoustapha Garba, la Commission Climat pour la Région du Sahel (CCRS), dont SE Issoufou Mahamadou assure la présidence a vu le jour par la volonté de tous les Chefs d'Etat du continent. Elle regroupe dix-sept (17) pays allant du Cap Vert à Djibouti. « Elle constitue de ce fait un cadre idéal pour une riposte coordonnée et efficace contre les effets des changements climatiques dans la Région du Sahel », a-t-il déclaré. C'est aussi dans cette perspective, a-t-il également rappelé que «furent notamment élaborés et adoptés par nos premiers responsables le Programme d'Investissement Climatique pour la Région du Sahel (PIC-RS 2018-2030), d'un coût global d'environ 400 milliards de dollars US ; avec comme objectif global de contribuer à l'effort planétaire d'atténuation des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et d'accroître les capacités d'adaptation et de résilience de la Région du Sahel. Quant au Programme Régional Prioritaire (PRP 2018-2020) un autre programme adopté pour un coût de 1,32 milliard de dollars US, il vise à répondre aux besoins urgents de financements et catalyser les investissements climatiques dans la Région du Sahel.

Mamane Abdoulaye

08 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Environnement