Forfaitt-ORANGE-4G

Environnement

Le département de Kantché, renferme, sur le plan hydrographique, d’énormes potentialités en eau de surface et en eau souterraine. En effet, d’après le directeur départemental de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo, il existe deux zones, à savoir la zone dunaire ou zone des petites mares, marigots et ravins alimentés par les eaux de ruissellements, et la zone des cuvettes comprenant essentiellement des mares permanentes et les vallées, dont la plus importante est la Korama. Kantché compte également deux forêts classées, notamment Dazga et Takieta à cheval entre le département de Kantché et celui de Takieta.

Ces deux forêts classées couvrent une superficie d’environ 4.000 hectares représentant environ 10% du domaine forestier du département. D’après le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo la plupart de ces forêts sont très dégradées et à plus de 50% occupées par les champs. Elles constituent les zones de pâturage et font l’objet de mise en culture. Les espèces végétales que l’on rencontre sont principalement Acacia raddiana, Acacia senegal, Balanites aegyptiaca, Borassus aethiopum, hyphaene thebaïca et les combrétacées. Parlant de la situation du domaine protégé, le Directeur départemental de l’Environnement a expliqué ce domaine est constitué par d’importants parcs agro-forestiers dominés par des espèces comme Acacia Albida, Adansonia digita, Prosopis africana qui sont localisées dans la bande sud. Le département comprend 19 enclaves pastorales totalisant une superficie d’environ 16.000 hectares.

En termes de problématiques environnementales du département, le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo souligne l’existence d’un déséquilibre agro-écologique dans la quasi-totalité des différentes communes. D’après le Directeur départemental de l’Environnement, les causes de ce déséquilibre sont entre autres les coupes abusives de bois qui sont pratiquées en vue de satisfaire les besoins des ménages en bois de feu, de service d’œuvre, et du cheptel. Ces pratiques, dit-il, sont généralisées dans le département et elles sont plus préoccupantes pendant la saison sèche.

Imprimer E-mail

Environnement