Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Les nouvelles du Pays


  • Commentaire : La paix, ce bien précieux

    Commentaire : La paix, ce bien précieux

Editorial : Agir pour prévenir les catastrophes Au moins onze personnes tuées. Pour la plupart, des enfants arrachés à l'affection de leurs parents du fait des pluies diluviennes qui se sont abattues, dans la nuit de mardi à mercredi derniers, sur la capitale Niamey. Des morts de plus, survenus dans l'effondrement de maisons, des chutes de murs dans différents quartiers et des dégâts matériels impressionnants.
150 mm de pluie déversées sur une ville dépourvue de toutes infrastructures d'assainissement dignes de ce nom. Nous voilà devant un scénario catastrophe d'une ville hantée par la menace des inondations, avec des habitants indisciplinés et des mairies amorphes, sans initiatives et inefficaces.
Aujourd'hui, après le passage du torrent, Niamey offre un spectacle de désolation totale avec de routes impraticables et des quartiers inaccessibles. Des maisons éventrées et d'autres sur le point de tomber à tout instant. Des bâtiments publics menacés. Comme mauvaise image illustrative de ce chaos général, le mur de clôture du Tribunal de Grande Instance de Niamey reconstruit l'année dernière, s'est encore affaissé comme un château de cartes.
Et pourtant, Niamey s'attendait à un tel déferlement de la nature. Tous les spécialistes l'avaient prévu et les autorités politiques alertées ont pris les devants. Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, et le Chef du Gouvernement, ont créé trois (03) départements ministériels pour faire face à la gestion des problèmes liés à l'urbanisme, à la salubrité et à la gestion des catastrophes. Mieux, un programme entier spécialement à la modernisation des infrastructures au sein de la ville, dénommé ''Niamey Nyala'' est mis en place; le tout soutenu par les actions du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU), sans oublier les communes dont la première vocation est de servir un cadre de vie agréable à leurs administrés.


Malheureusement, en dépit de toute cette armada, il a suffi d'une pluie pour que la catastrophe s'avère imparable. A vrai dire, ce n'est pas la volonté politique qui manque dans la prise en charge des problèmes d'assainissement qui se pose avec acuité à Niamey. Cette volonté politique, réaffirmée au plus haut sommet de l'Etat, est hélas quelque peu plombée par le manque d'anticipation et d'initiatives à plusieurs niveaux de responsabilité.
D'abord à commencer par les trois Ministères en charge de l'urbanisme, de cadastre, de la salubrité et des catastrophes. Nous estimons que gérer les problèmes urbains et les catastrophes, c'est d'abord anticiper pour prévenir les situations de détresse. Or, il n'est un secret pour personne que la plupart des quartiers, pour ne pas dire toute la ville de Niamey, sont érigés dans des zones inondables. Et pourtant, qu'est-ce qu'on constate ? Niamey, c'est cette ville qui manque de l'essentiel pour assurer les évacuations des eaux de pluie ; où les caniveaux sont inexistants dans certains quartiers ou mal entretenus ; où certaines habitations sont situées dans le lit du fleuve et l'aménagement urbain de la ville n'est pas respecté.
Ces Ministères ont été créés pour une coordination rapide des services de l'Etat intervenant dans ce genre de fléau ; ils doivent donc envisager tous les scenarios possibles et s'y préparer en conséquence et non pas attendre chaque année que l'irréparable se produise pour courir à droite, à gauche sans savoir par où commencer. Il ne faut pas avoir d'état d'âme, il faut déclarer d'utilité publique tous les terrains d'habitation se trouvant sur le lit du fleuve et les confisquer sans ménagement tout en dédommageant les légitimes propriétaires.
Le Programme Niamey Nyala ensuite doit prioriser ses interventions. Autant il est utile d'embellir Niamey avec l'érection de plusieurs infrastructures modernes, autant il faut investir dans la réalisation d'ouvrages d'assainissement de la ville, partout où c'est nécessaire, tout en prévoyant la réalisation des pavés afin de protéger les routes bitumées des risques d'ensablement. Mieux, une rigueur doit être observée dans l'entretien, par chaque commune, des arbres plantés en bordure des grandes artères de la ville.
Pour sa part, le Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU) devrait mettre ses actions en synergie avec les autres acteurs pour que les problèmes de la ville de Niamey connaissent enfin un début de solution.
Enfin les communes de Niamey qui dorment d'un sommeil profond, attendant que la providence fasse leur travail doivent se réveiller pour faire effectivement leur boulot. Ces communes doivent être à la première loge de ce combat commun pour faire de Niamey une ville digne de capitale d'un pays renaissant, comme le veut le Président de la République à travers le programme Niamey Nyala.
S'agissant plus spécifiquement du cas de l'indiscipline générale des habitants de la capitale, doter la police municipale des moyens conséquents en l'appuyant avec des brigades sanitaires pour patrouiller dans tous les quartiers de Niamey de jour comme de nuit pour réprimander sévèrement tous ceux qui déversent leurs détritus et eaux usées sur la voie publique.
Le laisser-aller a trop duré ! Il faut agir vite et avec rigueur afin que les uns et les autres changent de mentalité et se comportent enfin en citadins.
Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

16 juin 2017
Source : http://lesahel.org/

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Interview

Culture

Niger: le grand griot zarma, Djilbo Badjé, s'est éteint à près de 80 ans

Djibo Badjé, dit Dialba, était le plus grand griot historien zarma encore vivant, il s'est éteint à près de 80 ans. © © Gustave DeghilageIl était la ... ...

Rahmatou Keïta Visiteur Illustre du « Centro de Saberes Africanos, Americanos Y Caribeños » Au Venezuela

Rahmatou Keïta - dont les festivals ne tarissent pas d’éloges sur son nouveau film Zin’naariyâ ! - est nommée « Visiteur Illustre » d... ...

Port du turban : Signe de matérialisation de la culture nomade

Image d'illustrationDans les sociétés africaines, particulièrement au Niger, l’identité culturelle est fondamentale. Les accoutrements, les parures so... ...

Niger : lancement de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat à Niamey

Image d'illustration Les festivités de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat ont été officiellement lancées dimanche au Village Artisan... ...

Au plus loin dans le noir : Quand un acteur porte un film par son talent

Une des dernières réalisations du désormais vétéran du cinéma nigérien, le film Au plus loin dans le noir constitue avec La quatrième nuit noir, les t... ...

Vient de paraître! Itinéraire d’un combat ! Décryptage des dossiers brûlants au Niger : par Moustapha KADI OUMANI

Préface d’Albert Michel WRIGHT Dans cet ouvrage, l’auteur met en évidence des questions d’actualité sur le Niger. Il nous invite à lire les événements... ...

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Palmarès de la 2ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger ( TFCN) 2017

Catégorie fiction et Série télévisuelle : ( Jury: Président Harouna Niandou, Président de l'association des Cinéastes du Niger , ancien ministre, et p... ...

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta est marraine de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2017, Niamey

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, marraine 2017Placée sous le haut patronage de Monsieur Assoumana Malam Issa, ministre de la Renaissance Cul... ...

Politique

Actu africaine

Industrie textile : l’Afrique s’organise pour barrer la route aux friperies

Les vêtements de seconde main occupent une place importante sur le marché du continent. Pour nombre d’analystes, ce phénomène serait la com... ...

Un pays d’Afrique change de nom : Le Swaziland s'appelle désormais eSwatini

Le roi du Swaziland, dernier monarque absolu d'Afrique, a annoncé que son pays changeait de nom pour s'appeler «eSwatini», une décision rendue publiqu... ...

La sécurité en Afrique : Sécuriser le Sahel, l'engagement des pays Africains

Maman S. Sidikou, Secrétaire permanent du G-5 SahelLa signature de l'Accord sur la Zone le Libre-Échange Continentale (ZLEC), a suscité de grands espo... ...

Cette Afrique qui avance

M. Abiy Ahmed Ali, le nouveau Premier ministre éthiopien En l'espace de quelques jours, deux événements ont témoigné de réelles avancées démocratiques... ...

L’Afrique : Un continent en pleine révolution digitale

L'Afrique comptera 1,6 milliards de personnes en 2030 | ©Getty Images Continent des millennials, très urbanisé, disposant d’une classe moyenne émer... ...

Innovation : l'agritech pour bouleverser l'agriculture africaine

Au moins 65 % de la population active d'Afrique travaille dans l'agriculture, un chiffre qui fait du secteur une composante indissociable des éco... ...

Investissements en Afrique : Le top 10 des destinations les plus attrayantes en 2018

L’édition 2018 de l’Africa Investment Index -le classement des pays africains selon leur attractivité pour les investissements- vient de paraître. Le ... ...

L’Afrique veut accélérer sa croissance

La Banque africaine de développement, dont la Suisse est actionnaire, lance une augmentation de son capital. Selon son vice-président Charle... ...

Pour l'Afrique, la reprise économique est là, selon la Banque mondiale

La ville de Lagos (Nigeria)Le choc a été violent.  La chute des prix des matières premières, en 2014, a non seulement marqué la fin du super-cycl... ...