Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

mardi, 20 janvier 2009 02:05

Le Premier ministre SEM. Seïni Oumarou, parrainne l’ouverture de la saison touristique 2009, couplée au lancement du Festival ''Alzanayé'' à Ayorou et inaugure la route Ayorou-frontière Mali

Évaluer cet élément
(0 Votes)

SEYNI_OmarTillaberyLe Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Seini Oumarou, a présidé, samedi dernier, la cérémonie consacrée à l'ouverture de la Saison touristique 2009, couplée au lancement de la 1ère édition du Festival des

Le tourisme, un outil important de la politique de développement national


Civilisations du Fleuve (FECIF) ou ''Alzanayé'' en langue zarma-songhay, ainsi qu'à l'inauguration de la route Ayoroufrontière du Mali.

Ces cérémonies se sont déroulées en présence de plusieurs membres du gouvernement et des délégations venues d'Inatés, Tillabéri, Torodi, Gaya, Ouallam et du Mali voisin.

Le fleuve Niger vit actuellement une période des hautes eaux. Pourtant à Ayorou, il y a quelques jours, le spectacle qui s'offrait au visiteur était celui d'un étiage sévère qui laissait apparaître les gros rochers dont le lit du fleuve était truffé. A présent, le Djoliba s'affiche majestueux, voire auguste, en drainant un niveau d'eau qui fait le bonheur des piroguiers. Samedi dernier, une dizaine de pirogues à moteur prenait le départ à partir de l'Hôtel Amenokal d'Ayorou sur le bord du fleuve. Au sein de la petite escadrille nautique qui s'éloignait des berges dans une atmosphère de liesse générale, il y avait la vedette de la gendarmerie dans laquelle le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Seïni Oumarou, a pris place, suivie d'une autre grosse pirogue à moteur dans laquelle se trouvaient plusieurs membres du gouvernement ainsi que d'autres personnalités invitées. Une fête des pêcheurs ? Non. Tout juste une petite excursion pour faire découvrir à la délégation officielle quelques îles et endroits du fleuve comme Doulsou où les Sorkhô et les Soninké, véritables maîtres des eaux du fleuve, font leurs rites ancestraux et souvent des démonstrations de pouvoirs mystiques. Sur ce circuit qu'elle a emprunté, la délégation a eu tout le loisir de contempler des troupeaux d'hippopotames entrain de s'ébattre dans l'eau. En un mot, il s'agissait de faire découvrir au Premier ministre et sa délégation, les riches produits touristiques fleuve Niger à l'occasion de l'ouverture de la saison touristique 2009. La cérémonie de ce lancement s'est tenue un peu plutôt dans cette localité d'Ayorou qui, avec cette charmante infrastructure qu'est l'hôtel Amenokal au bord du fleuve, est devenue l'une des plus importantes destinations de la région du fleuve. Cette cérémonie qui a été rehaussée par la présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Seini Oumarou, était couplée au lancement de la 1ère édition du Festival des Civilisations du Fleuve (FECIF) ou ''Alzanayé'' en langue zarma-songhay ainsi qu'à l'inauguration de la route Ayorou-frontière du Mali. A cette occasion, plusieurs troupes artistiques et culturelles issues des composantes socio linguistique de la vallée du fleuve ont convergé à Ayorou où les manifestations, expositions culturelles et les réjouissances ont continué tout le week-end. Il y avait notamment les délégations d'Inatés, de Tillaberi, de Torodi, Ayorou, Gaya, Ouallam et une délégation de la colonie malienne. Des délégations qui ont donné le ton dès la cérémonie d'ouverture par un défilé et des chants et danses en intermède pendant les discours des personnalités. Intervenant à la cérémonie, la ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Mme Aïssa Siddo, a vivement réaffirmé la volonté politique et l'engagement du gouvernement de faire du secteur du tourisme un outil important de la politique de développement national. Elle en veut pour preuve la présence du Premier ministre en personne et dont elle a rappelé en citation le discours récemment tenu à l'occasion des voeux du gouvernement quand il disait : ""Le Niger peut être considéré, à juste titre, comme un grand pays de tourisme. Doté de magnifiques sites touristiques, notre pays est aujourd'hui, et nous devons nous en convaincre, une destination touristique prisée. Lorsqu'on sait que le tourisme est devenu, de par le monde, une véritable industrie dont certains pays tirent des revenus considérables qui contribuent, au-delà de l'imaginable, à financer leur enveloppement, nous devons plus que jamais nous inscrire dans cette optique”. Cette ambition exprimée par le Premier ministre à l'endroit du secteur du Tourisme rejoint, a dit, Mme la ministre Aïssa Siddo, l'intérêt du Président de la République, SEM. Mamadou Tandja " qui nous a assigné comme tâche cardinale l'amélioration des conditions du développement de ce secteur. Parlant du lancement du Festival des Civilisations du Fleuve, Mme la ministre Aissa Siddo a indiqué qu'il procède du souci de valoriser notre culture et notre patrimoine culturel à travers le secteur touristique. “En effet, a dit Aissa Siddo, le tourisme culturel permet au visiteur d'appréhender tout au long des circuits, l'authenticité profonde et préservée de notre patrimoine coutumier, architectural, ethnologique voire lithique. Le Niger, riche de ses potentialités naturelles, culturelles et historiques peut à juste titre, tirer largement profit de ce type de tourisme et affronter efficacement les défis de la protection de la biodiversité, de la croissance économique durable, de la création d'emplois et du développement des communautés locales. Cela, a souligné Aissa Siddo, motive davantage notre engagement à adopter cette année, la Stratégie Nationale de Développement Durable du Tourisme (SNDDT) afin d'élever le secteur à la hauteur réelle de ce que nos potentialités nous permettent d'apporter à l'effort du développement national ". En lançant le Festival Alzanayé, Mme la ministre du Tourisme et de l'Artisanat a eu une pensée et rendu hommage au cinéaste et ethnologue Jean Rouch qui a contribué par son importante et riche oeuvre cinématographique, à faire connaître les civilisations du fleuve Niger. Elle n'a pas oublié de rendre hommage à son célèbre acteur et compagnon, Damouré Zika qui est aussi le digne représentant de cette culture des Sorkhos. Quant à la cérémonie consacrée à l'inauguration officielle de la route Nationale N°1 Ayorou-Frontière du Mali longue de 37, 5 kilomètres, elle a vu l'intervention du ministre de l'Equipement, M. Lamido Moumouni Harouna. Ce dernier a dit dans son discours que cette route est " un maillon essentiel de notre réseau routier national, tant du point de vue du trafic interne que de l'intégration régionale. La route Niamey- Ayorou-Gao, dira Lamido Moumouni, est un axe stratégique d'échanges de notre pays avec le Mali et, au-delà, avec les autres pays de l'Afrique de l'ouest. Elle concoure au brassage culturel de l'ensemble des populations et constitue un des principaux axes facteurs d'intégration économique”. Dans son discours, le ministre Lamido Moumouni Harouna, n'a pas manquer de rendre hommage au Président de la République, SE M. Mamadou Tandja et au Premier ministre, Chef du gouvernement pour l'intérêt et l'impulsion qu'ils continuent à donner au développement du secteur routier au Niger. Il a également souligné l'inestimable aide des partenaires au développement notamment le 9ème FED principal partenaire dans le secteur des infrastructures au Niger et qui a financé sous forme de don, le coût des travaux de cette route Ayorou-Frontière du Mali pour 9 milliards 855 millions de Fcfa pour les travaux et 346 millions de Fcfa pour le contrôle. Le chef de la délégation de l'Union Européenne, M. Hans-Peter Schadek, a lui aussi pris la parole à cette cérémonie pour se réjouir de l'instant qui est pour lui et son Institution " l'accomplissement d'une contribution importante à l'intégration régionale par les infrastructures d'interconnexion auquel nous assistons aujourd'hui. Et j'en suis particulièrement content, car il s'agit des résultats d'une politique des pays de la sousrégion que la Commission européenne appuie massivement depuis longtemps et qui demeure prioritaire dans notre coopération avec la sous-région. L'utilité du tronçon inauguré aujourd'hui, a continué le chef de la délégation européenne, est évidente: il rapproche les populations locales aux infrastructures économiques et sociales, et il rapproche aussi la Région de Gao de la capitale nigérienne, voire du Port de Cotonou. On peut également s'attendre à des effets positifs sur le tourisme”. Le ministre Lamido Moumouni Harouna, tout comme le chef de la délégation européenne ont rappelé les importants investissements dans le domaine de la réalisation et l'entretien routier de l'UE à travers les 9ème et le 10ème FED et qui sont absolument vitaux pour le Niger autant que pour les autres pays de l'espace UEMOA. M. Hans-Peter Schadek a rappelé qu'au titre des infrastructures routières, le montant cumulé des aides de l'UE au Niger à travers le 8ème 9ème et le 10ème FED s'élève à 150 milliards de FCFA. Il a souligné la tâche qui incombe au gouvernement dans la protection du patrimoine routier dont la dégradation prématurée, pour cause notamment de surcharge à l'essieu, ne peut être notamment qu'un facteur de recul pour le développement. Aussi le chef de la délégation européenne à exhorter les Etats de la sous-région à poursuivre leurs efforts en matière de contrôle des charges à l'essieu. Le ministre Lamido Moumouni a assuré que le gouvernement poursuivra ses efforts pour que les règlementations régionales (UEMOA et CEDEAO) puissent s'appliquer en toute sérénité pour assurer une exploitation rationnelle de notre réseau routier national. Après avoir coupé le ruban inaugural de cette route, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a exprimé toute sa satisfaction de voir aujourd'hui achevés les travaux qu'il a lancés pendant qu'il était ministre de l'équipement. Avec le bitumage de ce tronçon, dira SEM. Seïni Oumarou, un usager peut prendre son véhicule de Cotonou à Niamey, Bamako jusqu'à Dakar sans aucune inquiétude pour l'état de la route qui est entièrement bitumée. Il a salué la coopération avec l'Union Européenne et s'est réjoui que l'inauguration de ce tronçon servira énormément la cause de l'intégration régionale, le secteur du tourisme et le brassage des cultures. Saisissant l'opportunité que lui offre ce grand rassemblement, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Barry Bibata Niandou, a saisi ce rassemblement d'Ayorou pour faire un don à la Commune d'un lot de moustiquaires imprégnées et des machines à coudre.

Mahaman Bako, envoyé spécial
20 janvier 2009
Publié le 19 Janvier 2009
Source : Le Sahel
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15