Sanef 2018

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

dimanche, 26 mars 2006 06:12

Elections locales fixées au 5 septembre

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Niamey, Niger, 22/05 - Après deux reports successifs les 27 mars et le 29 mai 2004, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a finalement retenu la date du 5 septembre prochain pour la tenue des élections locales au Niger, a-t-on appris vendredi de source officielle à Niamey.

 Selon cette source, le nouveau chronogramme élaboré par la CENI ne correspond pas aux propositions du gouvernement, qui aurait souhaité que ces élections se tiennent le 11 Juillet prochain, une échéance qui a l`inconvénient de violer le code électoral qui prescrit des délais légaux précis, estiment les spécialistes.

A en croire la même source, le président de la CENI a déjà adressé une correspondance au président de la République pour lui faire part de son nouveau calendrier. 5.500.000 Nigériens seront alors appelés aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux. La CENI a prévu 14.000 bureaux de vote et installé 309 commissions électorales locales.

De source proche de la CENI, on indique que les élections locales qui devaient initialement coûter la bagatelle de 4 milliards de FCFA reviennent beaucoup plus chères du fait des reports successifs, chaque mois de retard impliquant un gap financier de l`ordre de 247 millions de Fcfa à combler.

On apprend toutefois que le gouvernement tient coûte que coûte à la date du 11 juillet et envisage de déposer auprès de l`Assemblée nationale un projet de loi portant dispositions transitoires au code électoral en vue de contourner les délais légaux prescrits par le texte et de prendre ainsi une longueur d`avance sur la CENI.

Suite au rejet de plus de 30%, soient 264 listes de candidature aux élections locales, la classe politique nigérienne, réunie au sein d`un comité dit du dialogue politique (CNDP), avait décidé d`une révision du code électoral en y introduisant des modifications que la Cour constitutionnelle vient de rejeter pour non conformité à la constitution, a-t-on appris de source proche de cette institution.

Ces reports intempestifs laissent médusées les populations qui se demandent si ces élections locales auront jamais lieu. Pour certains observateurs, les hommes politiques nigériens ne veulent pas en réalité de ces élections locales à cause des dépenses qu`elles vont engendrer alors que les législatives et les présidentielles sont annoncées pour bientôt.

Pour d`autres, ce sont les grandes formations politiques qui bloquent le déroulement normal du processus parce qu`elles ne sont pas tout à fait prêtes pour affronter ces échéances.

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15