Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

dimanche, 26 mars 2006 06:57

"Nous allons donner une leçon politique à ce régime"

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dans la série de rencontres qu’il a initiées depuis quelques temps avec les différentes composantes de l’électorat nigérien, le Président Issoufou Mahamadou qui est le premier à prendre l’initiative d’aller rencontrer les forces sociales et leur expliquer ce qu’il entreprend pour le pays, le candidat a rencontré le lundi 1er novembre 2004 à l’Hôtel Gawèye de Niamey les journalistes des médias publics et privés.

Il s’est agi pour lui, de présenter aux acteurs de l’information et faiseurs d’opinion que sont les journalistes les grands axes de son programme et ce qui fait la différence entre ceux qui regardent devant eux et ceux qui regardent à travers le rétroviseur. Rappelant que les élections présidentielles auront lieu le 16 novembre 2004, le Président Mahamadou Issoufou a d’emblée fait remarquer la différence d’approche entre son principal challenger Tandja Mamadou du MNSD-Nassara et lui-même. Selon lui, le président Tandja Mamadou confond “bilan” et “programme” de campagne.
Et s’il sème la confusion délibérée entre ce qu’il suppose avoir déjà fait et ses projets d’avenir, c’est qu’il a des objectifs inavoués et inavouables, selon Mahamadou Issoufou : entretenir le flou et la confusion, parce que la réflexion n’est pas le sport favori du candidat Tandja Mamadou. D’ailleurs, pendant toute la durée de son mandat, le Président Tandja Mamadou n’a toujours été qu’un figurant, dont les réelles attributions ont été en réalité exercées par son Premier ministre Hama Amadou, qui lui a servi de faire-valoir. “Il n’a pas le profil de la fonction. Ce n’est pas de sa faute”, a-t-il expliqué. C’est ce qui a justifié cette “gestion par procuration”, où c’est le Premier ministre qui a exercé les attributions du Chef de l’Etat. En ce qui le concerne, le Président Mahamadou Issoufou a donné sa parole devant la presse que lui, il sera un vrai président, à la hauteur de la mission qui lui sera confiée et exercera la plénitude de ses attributions, telles que définies par la constitution.
C’est cette carence des aptitudes du président sortant qui est à la base de tous les maux de ce pays, selon le candidat de l’opposition Mahamadou Issoufou.
Sur le programme spécial qui semble être le cheval de bataille du Président Tandja, le Président Issoufou fait remarquer qu’il s’agit d’investissements que Tandja a été incapable de valoriser pleinement. Selon Mahamadou Issoufou, il vaut mieux avoir vingt Centres de Santé Intégré (CSI) qui fonctionnent que d’avoir une pléthore de piaules qui ne servent à rien aux populations, parce que le régime n’a pris aucune disposition pour les rentabiliser pleinement. Donc il y a une mauvaise exécution de ce programme. Il se propose à la place de construire non pas des cases de santé, qui vont servir d’abris aux ânes pendant les pluies, mais des Centres de Santé Intégrés, structures qui correspondent aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé ( OMS ).
Au chapitre de l’école, le candidat Issoufou envisage le recrutement de 2500 enseignants par an pour subvenir aux besoins de scolarisation de notre pays, dont il se propose de relever le taux jusqu’à 75 % avant la fin de son mandat. Avec l’abrogation de la mesure portant retraite anticipée des agents de l’Etat, il remettra toute cette mine d’expériences au bénéfice des secteurs sociaux de base que sont l’éducation et la santé. L’université de Niamey qui est abandonnée et transformée par le régime de la 5°République en une machine à produire des affrontements et années blanches sera réhabilitée et restructurée. Et un budget conséquent sera mis à sa disposition pour son fonctionnement. Aux agents de l’Etat, le Président Mahamadou Issoufou a promis une augmentation des sala ires, si les conditions le permettent, pour relancer la consommation et stimuler ainsi la croissance, qu’il ambitionne d’amener à 7% par an pendant les 5 années de son premier mandat.  Concernant le monde rural, le Président Issoufou entend prendre des dispositions pour accroître ses revenus, par une revalorisation des secteurs ruraux d’activités. Pour lui, il ne s’agit pas seulement de faire reculer la pauvreté, mais de l’éradiquer à tout jamais. Au plan politique, le Président Issoufou a pris l’engagement de ne pas faire de l’exclusion. Il envisage même, de mettre en place une fois élu, un gouvernement d’union nationale, où les cadres compétents de l’opposition trouveront leur place. Dans son programme, il envisage de rédiger un statut de l’opposition et de bannir l’exclusion, pour, dit-il donner une leçon politique au pouvoir actuel, qui a entretenu une logique de persécution de l’opposition pendant toute la durée de son mandat. Pour ce qui est des rapports entre les médias et le pouvoir, le Président Mahamadou Issoufou a déploré les rapports d’assujettissement entre médias publics et pouvoir et a promis de mettre fin à cette tendance à inféoder la presse publique au pouvoir. Il a ajouté qu’aucun journaliste n’ira en prison du fait de ses actes. A l’issue de son exposé, plusieurs questions ont été posées par les journalistes présents à la conférence de presse. A propos des rumeurs sur les intentions du pouvoir de frauder aux prochaines élections, le Président Issoufou a certifié qu’il accepterait le verdict des urnes comme il l’a fait en 1999, si les élections étaient transparentes. Mais si d’aventure il gagnait les élections et que le pouvoir refusait de reconnaître sa victoire, alors on verra ce qu’on n’a encore jamais vu dans ce pays. Cette conférence a aussi servi au leader du PNDS-Tarayya Mahamadou Issoufou à lever une équivoque sur ses apports avec l’armée que certains l’accusent de pas aimer. En fait, il n’en est rien, selon le Président Issoufou. Fils de militaire lui-même, dont il dit être fier, il a dit qu’il aime l’armée nigérienne considère que l’armée est la colonne vertébrale de l’Etat. En conséquence, il n’a aucune raison de la détester. voilà une équivoque de taille levée pour le plus grand malheur de certains petits malins qui veulent toujours utiliser la grande muette pour le dessein de leur politique, parce que tout simplement, sans agiter le spectre d’une interruption du processus démocratique ils sont incapables de se réaliser sur le terrain politique. Leur force politique, ce n’est pas eux et ce qu’ils peuvent réaliser pour le Niger, mais des petits complots qu’ils peuvent ourdir en voulant toujours
instrumentaliser quelqu’un et non leur propre intelligence et leur ardeur au travail bien fait pour l’intérêt du Niger.
Si toutes ces promesses énoncées par le Président Issoufou sont tenues, cela augure d’un bel avenir pour ce pays. Ce sont là assez de raisons, entre autres, de lui donner l’occasion d’essayer.

Site web: www.mahamadouissoufou.com

Ibrahim Manzo
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15