Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

lundi, 25 juin 2007 14:17

Le CSC appelle les journalistes à plus de responsabilité...

Évaluer cet élément
(0 Votes)
ImageLe président du Conseil Supérieur de la Communication, M. Daouda Diallo a rencontré, hier matin à la Maison de la presse, les directeurs de publication de la presse écrite privée et les promoteurs des radios privées du Niger.

 

Il s'agit pour M. Daouda Diallo d'échanger avec les responsables des organes de presse privée sur le traitement de l'information relative à la situation qui prévaut dans le nord de notre pays et d'attirer l'attention des communicateurs sur leur responsabilité en vue de sauvegarder la cohésion nationale.

Le président du conseil supérieur de la communication a tout d'abord indiqué que le Niger est une République démocratique et qu'à ce titre, elle garantie à chaque citoyen le droit à l'expression de ses idées. Un dispositif juridique vient encadrer ce droit à l'expression et à l'information. En outre a précisé M. Daouda Diallo, le même dispositif juridique prévoit les cas d'atteintes à l'intégrité de la République. Ainsi a-t-il poursuivi, dès lors que des personnes prennent des armes, ils sortent du cadre de la République. Chaque Nigérien a, à titre individuel ou collectif des problèmes. Et ce n'est pas par les armes que chaque Nigérien, chaque communauté pourra trouver des solutions à ses problèmes.

Le président du CSC a ainsi attiré l'attention des organes de presse sur ce qu'ils écrivent et sur ce qu'ils diffusent. Ils ne doivent pas à travers leurs écrits ou leurs émissions s'en prendre à la démocratie et la nation. On n'est pas obligé de dire la même chose ou d'avoir la même vision des choses, mais il est important que chacun saisisse le fond de cette situation a déclaré Daouda Diallo. On ne demande pas non plus de taire l'information mais la presse nationale ne doit pas non plus valoriser des gens qui ont pris des armes contre la nation a dit le président du CSC. Il a appelé les organes de presse à réfléchir sur ce qu'il faut encourager ou soutenir. Pour le président du CSC tous les organes de presse doivent porter dans cette situation les couleurs du Niger.

Siradji Sanda

25 Juin 2007
Publié le 25 Juin 2007
Source:  Le SAHEL

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15