Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

dimanche, 22 juillet 2007 00:53

Marche organisée contre la rébellion touareg à Niamey

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Des milliers de personnes ont manifesté pacifiquement samedi à Niamey, avec le soutien des autorités, pour protester contre les attaques des rebelles touareg du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) et leurs "alliés étrangers", a constaté un journaliste de l'AFP.

 

ImageLes manifestants qui se sont rassemblés vers 09H00 locales (08H00 GMT) ont sillonné Niamey avant de tenir un meeting devant l'assemblée nationale au centre-ville.

"Vive l'armée, à bas le MNJ et ses + manipulateurs+", ont scandé les manifestants.


Des manifestants ont également lancé des slogans contre la France, l'ancienne puissance coloniale, avant d'être rapidement rappelés à l'ordre par les responsables de la manifestation.

Mais la Libye, pays voisin, ainsi que la société française Areva, numéro un mondial de l'uranium et premier employeur au Niger après l'Etat, ont été accusées au cours du meeting d'être "des manipulateurs" du MNJ.

Areva, qui exploite depuis 40 ans l'uranium dans le nord du Niger, et dont un important site de prospection a été attaqué il y a deux mois par le MNJ, a démenti jeudi tout soutien aux touareg.

"Les rumeurs et les récentes déclarations sur le rôle présumé (d'Areva) dans le financement des rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) n'ont aucun fondement", a affirmé Dominique Pin, directeur général d'Areva au Niger.

"Le MNJ est à la solde d'une cause étrangère, avec pour but d'entretenir des troubles dans le nord en vue d'y empêcher toute prospection et exploitation minières et pétrolière", a affirmé à l'AFP Nouhou Arzika, principal organisateur de la manifestation.

Dans un message, M. Arzika a "encouragé" les autorités nigériennes "à diversifier ses partenaires" dans la mise en valeur des ressources minières du pays.

La manifestation a notamment regroupé des organisations de consommateurs, des mouvements de jeunes, des chômeurs, des associations féminines et d'étudiants et des ONG des droits de l'homme.

Plusieurs ministres et députés étaient également présents. La manifestation s'est dispersée sans incidents peu avant midi.

22 Juillet 2007
Publié le 21 Juillet 2007
Source:http://www.lemonde.fr/ {sidebar id=6}

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15