jeudi, 12 janvier 2017 22:46

Rencontre d’information et d’échanges avec les acteurs privés de la santé : Amener les partenaires à connaitre et promouvoir la réglementation en vigueur

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Idi Illiassou Mainassara Reglementation SanteLe ministre de la Santé Publique, Dr. Idi Illiassou Mainassara, a rencontré, hier au ministère, les acteurs du secteur privé de la santé du Niger. Il a réuni autour de lui les promoteurs des établissements privés de santé et de formation en santé, les responsables des pharmacies privées exerçant au Niger ainsi que les partenaires sociaux dudit secteur et les acteurs de la société civile.

Entouré de ses principaux collaborateurs, l’initiateur de cette rencontre la première du genre la veut comme une tribune offerte à tous les acteurs pour discuter et échanger sans à priori sur l’exercice du métier, l’exercice privé de la médecine, de la formation sanitaire privée au Niger et du métier de pharmacien. En effet, pour le ministre cette rencontre s’impose quand on sait que le Niger connait ces dernières années une multiplication des centres privés de soin et de formation en matière de santé ainsi qu’une augmentation sans précédent des pharmacies privées à travers le pays.

Exerçant au même titre que les structures publiques, ces établissements privés jouent un rôle important dans l’amélioration de la santé des populations nigériennes. Il est donc bien indiqué pour les autorités en charge dudit secteur d’avoir un regard vis-à-vis des activités de ces établissements et d’établir un contact avec leurs promoteurs pour échanger avec eux les partenaires sociaux. C’est conscient du fait que ces deux volets ont une importance capitale dans la promotion d’un service de santé de qualité et l’amélioration de l’état général de santé des populations nigériennes et de la nécessité d’un dialogue que Dr. Idi Illiassou Mainassara a décidé de rencontrer l’ensemble des acteurs.

S’adressant à ses invités, le ministre leur a transmis ses vifs remerciements et a souligné que la rencontre se tient à un moment où le secteur de la santé est en pleines réformes et que l’audit organisationnel et fonctionnel est commandité. Leur présence a-t-il dit, illustre leur intérêt aux réformes engagées pour renforcer les bases de son développement durable. Pour le ministre de la santé publique, la réunion a été initiée pour donner à chaque acteur la possibilité de faire entendre sa voix, d’avoir une vision plus claire du système de santé nigérien et de ce qu’il « exige en matière d’autorisation d’ouverture et d’exploitation de tout établissement de soin de santé ». Dr. Idi Illiassou a souligné la demande croissante en soin de santé dans notre pays caractérisé par une démographie galopante obligeant l’Etat à chercher en permanence les moyens d’optimiser les réponses. Le ministre a indiqué que c’est justement dans cette optique que le plan de développement sanitaire 2017-2021 a été lancé, affirmant au passage que l’Etat est conscient du rôle que joue le secteur privé dans les prestations de santé. Toutefois, a-t-il souligné, la contribution doit se faire dans le respect des normes et textes en vigueur a précisé le ministre. C’est ce qui justifie le choix du thème de la rencontre « être en règle conformément aux textes en vigueur au Niger ». Le ministre a rappelé que les conditions de l’exercice de toute activité dans ce domaine et les différentes étapes et démarches administratives à suivre. Il requiert en autre une autorisation d’exercice de la profession à titre privé préalable, suivie de l’autorisation d’ouverture et d’exploitation d’un établissement privé. Mais lorsque la demande vient de l’intérieur, le dossier doit forcément être transmis au ministère par la direction régionale de la santé publique et contenir l’avis du directeur régional et l’avis de l’ordre régional.

Des conditions à remplir sont également exigées pour l’ouverture d’un établissement de vente de médicaments. Des exposés ont été faits par les techniciens pour permettre aux participants à la rencontre de mieux appréhender les textes réglementaires régissant toutes les activités. Le ministre les a exhortés à accorder une attention particulière aux communications afin de tirer le maximum de bénéfice de leurs assises qui ont pour objectifs d’informer les uns et de rappeler aux autres les principaux textes de la République en la matière.

Zabeirou Moussa(onep)

12 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 12 janvier 2017 23:02