mardi, 17 janvier 2017 04:04

Atelier de validation du projet de loi portant sureté, sécurité et utilisation pacifique de l’énergie atomique : Pour une législation adéquate et pérenne dans le domaine du nucléaire au Niger

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ouhoumoudou Mahamadou Energie atomiqueLe ministre, Directeur de cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou a présidé, hier matin dans à l’auditorium Sani Bako du ministère des Affaires étrangères, un atelier de validation du projet de loi portant sûreté, sécurité et utilisation pacifique de l’Energie atomique. Le présent projet de loi minutieusement élaboré sous l’égide de la Haute Autorité Nigérienne à l’Energie Atomique (HANEA) et soumis à l’appréciation de l’ensemble des acteurs permet d’établir durablement les régimes législatif et réglementaire nécessaires, pour augmenter la culture de sûreté, de relever le niveau de sécurité des installations et de rendre plus crédibles et efficients, les programmes et projets nucléaires au Niger.

La cérémonie d’ouverture des travaux s’est déroulée en présence des députés nationaux, des membres du gouvernement, de la présidente de la HANEA, des experts de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA) ainsi que des acteurs nationaux.

En tant que producteur majeur d’uranium, le Niger utilise des techniques nucléaires dans des domaines aussi variés que la santé humaine, la sécurité alimentaire, l’environnement, les mines, l’industrie, le transport, la sécurité, la protection radiologique. C’est pourquoi en ouvrant les travaux de cet atelier qui durera trois (3) jours, le ministre, Directeur de cabinet du Président de la République M. Ouhoumoudou Mahamadou a précisé que les rayonnements ionisants sont avant tout naturels, et le recours à la radioactivité artificielle s’est généralisé ces dernières années. Cela s’explique par les effets très bénéfiques pour l’humanité, de certaines techniques et autres technologies de pointe, qui n’ont pas encore d’égal, en termes d’efficacité et davantage comparatifs. Toutefois, pour en profiter pleinement, a dit M. Ouhoumoudou Mahamadou, il faut bien sûr adopter les normes essentielles de sûreté et de sécurité, et respecter les principes fondamentaux de base. En effet, la promotion de l’utilisation pacifique de l’énergie, avec l’introduction de l’électricité nucléaire dans le mix national et régional, font partie des projets porteurs des programmes de la renaissance, actes I et II. Il s’agit de s’assurer que les mesures idoines sont prises au préalable, pour que les activités planifiées se déroulent conformément aux bonnes pratiques internationalement reconnues avec les garanties maximales de sécurité pour les êtres et l’environnement, de même que la protection physique des installations et des matières nucléaires. Conscientes de cela, les autorités nigériennes ne ménagent aucun effort pour que toutes les dispositions prises, pour une utilisation, en toute responsabilité, des sciences et technologies nucléaires au profit de nos concitoyens et de la communauté internationale pour le développement socio-économique durable. Par ailleurs, en s’engageant dans un programme électronucléaire avec la ratification d’un certain nombre de documents internationaux pertinents, le Niger devient systématiquement partenaire des autres Etats dans un régime global, destiné à maintenir un très haut niveau mondial de sûreté nucléaire, et il bénéficie de ce fait, des avantages du réseau de coopération international dédié en la matière. Par rapport, justement à l’utilisation responsable de l’énergie nucléaire, l’AIEA, Autorité compétente des Nations Unies en la matière, offre un cadre d’ensemble, auquel tout pays peut se référer sur la base de l’équilibre qui existe entre les trois piliers du Traité de Non-prolifération, et le Niger est bien déterminé à en   profiter pleinement, a souligné le ministre, Directeur de cabinet du Président de la République.

D’après la présidente de la Haute Autorité à l’Energie Atomique Dr Mindaoudou Souley Zeinabou, la dernière version du projet de loi, sera soumise, après son examen pendant cet atelier, au parlement pour adoption. Une fois validée, cette loi servira pour les années à venir, de référence juridique nationale en matière nucléaire. Les éminents experts de l’AIEA présents à cet atelier vont aider les acteurs nationaux à mettre à la disposition de notre Nation une   législation adéquate et pérenne qui encadre toutes les activités nucléaires à toutes les étapes de leur développement, et qui permette à notre pays d’envisager une utilisation de ces technologies dans toute leur plénitude, avec les garanties requises, et d’assurer la protection physique des installations. Elle doit aussi comporter des mesures coercitives en cas d’actes malveillants ou de non respect de la loi.

Auparavant, l’experte de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA) Mme Drillat Christelle a assuré que l’accompagnement de son institution ne fera pas défaut pour notre pays afin qu’il puisse disposer d’une loi qui encadre les activités nucléaires.

Hassane Daouda(onep)

17 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 17 janvier 2017 04:30