mardi, 17 janvier 2017 04:13

Lancement hier du 7ème Plan de Réponse Humanitaire : Un besoin de financement de 271 millions de dollars

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Plan Reponse Humanitaire NigerLe Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a procédé, hier matin dans la salle de Banquet de la Primature, au lancement du 7ème Plan de Réponse Humanitaire. C’était au cours d’une cérémonie qui a enregistré la présence des membres du gouvernement, du Coordinateur du Système des Nations Unies au Niger M. Fodé NDiaye ainsi que des représentants du corps diplomatique au Niger et des invités.

Le Plan de Réponse Humanitaire consiste à formuler un plaidoyer visant à mobiliser des ressources appropriées en vue de répondre efficacement aux questions humanitaires au Niger.

« Le Plan de Réponse Humanitaire, cadre de planification, de plaidoyer et de mobilisation des ressources en faveur de nos populations que vous avez mis en place prouve à suffisance tout l’intérêt que vous accordez aux populations les plus vulnérables de notre pays » a déclaré SE Brigi Rafini.

D’après les statistiques officielles, 1,9 million de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire en matière de sécurité alimentaire, de nutrition, de santé, de l’eau, d’hygiène et d’assainissement, de protection, des abris, de biens non alimentaires, et d’éducation au Niger. Parmi ces personnes, les organisations humanitaires ont ciblées 1,5 million d’individus à travers le Plan de Réponse Humanitaire. A cet effet, le financement de ce plan estimé à 271 millions de dollars comporte 120 projets soumis par 9 agences des Nations Unies et 25 ONG. Rappelons que dans le cadre du Plan de Réponse Humanitaire 2016, une somme de quelque 316 millions de dollars a été requise. Dans son mot introductif, M. Fodé N’diaye a indiqué qu’en 2016, le Niger a bénéficié d’un fort niveau de plaidoyer sur des questions importantes marqué par les visites des hautes autorités onusiennes, de l’Union Européenne, de la Banque Mondiale ou d’autres pays.

Malgré les résultats atteints et l’amélioration de la situation humanitaire, les besoins restent importants. C’est pourquoi dit-il, cette innovation majeure a été introduite dans l’élaboration des besoins et la planification de la réponse au Niger. Par ailleurs, il a précisé que les secteurs qui englobent le plus grand nombre de personnes ciblées sont la     nutrition avec un million de personnes ; l’eau, l’hygiène et l’assainissement avec 791.000 personnes ; la sécurité alimentaire avec 650.000 personnes ; et la santé avec 561.000 personnes. Selon le Coordonnateur Humanitaire Fodé N’diaye, pour réaliser toutes ces actions indispensables, la communauté humanitaire a besoin de 271 millions de dollars US, soit 136 milliards de FCFA dont 14 millions de dollars US ou 70 milliards de FCFA pour la seule région de Diffa.

« C’est pour cela que nous en appelons à la générosité de vous tous ici présents, et à la manifestation de la solidarité entre tous les acteurs pour qu’ensemble, nous allégions davantage les souffrances des populations vulnérables de ce pays » a-t-il martelé. En outre, il a suggéré qu’il s’avère nécessaire de mobiliser les ressources à temps, dans le cadre du plan lui-même, afin que les projets prévus puissent être rapidement mis en œuvre et avoir un impact réel, pour non seulement sauver des vies mais aussi restaurer l’espoir en renforçant la résilience. Il a également réaffirmé leur détermination en tant que communauté humanitaire à continuer à accompagner le gouvernement du Niger dans ses efforts pour apporter l’assistance nécessaire aux populations dans le besoin.

Pour leur part, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation, des Affaires coutumières et religieuses M. Bazoum Mohamed et le ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes ont réaffirmé l’engagement du gouvernement à s’investir davantage pour une meilleure action humanitaire au Niger conformément aux engagements pris par le Président de la République visant à améliorer les conditions de vie des couches vulnérables, et de concert avec les partenaires du Niger. Quant au Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Niger, il a exprimé la disponibilité de son institution à continuer son soutien aux actions des autorités nigériennes en vue d’une prise en charge appropriée des questions humanitaires au Niger. Pour sa part l’ambassadrice des Etats Unis au Niger, a également réaffirmé la disponibilité de son pays à œuvrer pour une bonne action humanitaire au Niger. (Lire ci-dessous l’intégralité du discours prononcé par le Premier ministre).

Laouali Souleymane(onep)

www.lesahel.org

« Le Niger fait face cette année encore à des défis humanitaires importants qui nécessitent une coordination effective entre les actions du gouvernement à travers son plan de soutien et celles des partenaires humanitaires », déclare SEM Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du gouvernement

« Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d’abord au seuil de cette nouvelle année, vous présenter mes vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour vous-même, pour vos familles et pour vos Collaborateurs.

Le Plan de Réponse Humanitaire, cadre de planification, de plaidoyer et de mobilisation des ressources en faveur de nos populations que vous avez mis en place prouve à suffisance tout l’intérêt que vous accordez aux populations les plus vulnérables de notre pays. A leur nom et à celui du gouvernement, je vous dis Merci; Merci à vous tous ; Merci particulièrement à vous Monsieur Fodé N’Diaye, coordinateur pays du Système des Nations Unies au Niger. Merci pour votre dévouement, votre engagement à nos côtés tout au long de votre mission au Niger.

Mesdames et Messieurs,

La Région de Diffa a été une fois de plus au centre de nos préoccupations tout au long de l’année 2016. Et pour cause ! violences armées perpétrées par la secte Boko Haram, réfugiés, déplacés internes, retournés,... etc.

Le gouvernement, avec votre soutien constant, a pu contenir efficacement la situation, même si, à la date d’aujourd’hui, plus de 240 000 déplacés forcés sont toujours dans la Région de Diffa.

L’évolution positive du contexte sécuritaire qu’on observe sur le terrain favorise et favorisera, j’en suis persuadé, le retour progressif à la normale dans cette partie de notre territoire.

Le Niger fait face cette année encore à des défis humanitaires importants qui nécessitent une coordination effective entre les actions du gouvernement à travers son plan de soutien et celles des partenaires humanitaires que vous êtes.

Mesdames et Messieurs,

La crise liée aux activités de Boko Haram affecte aussi l’accès aux services sociaux de base dans la région. Malgré les efforts du gouvernement et des partenaires humanitaires beaucoup reste à faire pour que l’accès à une éducation de qualité soit garanti à tous les enfants de la région. De même, l’accès à l’eau potable et à la santé nécessitent d’importants efforts pour réduire la morbidité et la mortalité dans cette région.

L’insécurité alimentaire, la malnutrition, les épidémies saisonnières, les inondations et les mouvements de populations continuent d’affecter près de deux (2) millions de personnes. Cependant force est de constater que des améliorations ont été notées par rapport à la gravité de certaines crises en raison du développement des mécanismes de survie des populations, de l’assistance humanitaire mais également d’une tendance à la sécurisation progressive des zones-frontalières avec les pays en conflit notamment le Mali et le Nigeria.

L’application des mesures prises par le Gouvernement du Niger pour lutter contre les migrations irrégulières, dans le nord du Niger, ont eu pour résultats une tendance à la baisse du nombre des migrants enregistrés aux postes de suivi et de contrôle au niveau des frontières avec la Libye et l’Algérie depuis le mois d’août dernier. Ces mesures vont continuer à être appliquées. Toutefois, les actions socio-économiques doivent être renforcées dans les pays d’origine des migrants, y compris le Niger, afin d’éviter que les jeunes soient tentés de braver le désert à la recherche d’un hypothétique avenir meilleur.

Mesdames et Messieurs,

Si nous nous réjouissons cette année d’un excédent céréalier de plus de 224 000 tonnes, nous restons très préoccupés par le déficit fourrager .de l’ordre de 12 millions de tonnes de matières sèches (TMS) soit environ 48 % des besoins. Il nous faut mobiliser dans l’urgence 40 000 TMS.

De plus, cette année, environ 1,5 million de personnes auront besoin d’assistance pour la sécurité alimentaire parmi lesquels des centaines de milliers d’enfants et de femmes enceintes ou allaitantes. Néanmoins, les résultats du cadre harmonisé de cette année révèlent une baisse du nombre de personnes en     situation de crise alimentaire comparativement à l’année passée. Ainsi, pour la période de soudure prochaine, il est prévu que près de 750 000 personnes seront en situation de crise alimentaire contre 1,1 million l’année dernière.

Mesdames et Messieurs

Concernant la malnutrition aiguë globale nous avons noté une baisse du taux qui est passé de 14,8% en 2014 à 10,3% en 2016. Toutefois, le taux de malnutrition aiguë sévère de 1,9% oscille autour du taux d’urgence de 2% fixé par l’OMS. La baisse du taux de malnutrition aiguë globale n’enlève en rien le caractère sérieux de la situation nutritionnelle. En 2017, plus d’un million d’enfants touchés par la malnutrition aiguë sévère ou la malnutrition aiguë modérée auront besoin d’assistance nutritionnelle. Cependant, il convient de noter que le nombre de malnutris sévère est presque réduit d’un tiers par rapport à l’année dernière.

En plus des épidémies saisonnières comme la méningite, en 2016, le pays a connu pour la première fois une épidémie de Fièvre de la Vallée du Rift, épidémie qui est à présent sous contrôle.

C’est ensemble aussi que nous allons poursuivre les efforts pour la prévention des maladies évitables par la vaccination et l’amélioration continue des conditions d’hygiène et d’assainissement.

Mesdames et Messieurs

Le spectre des inondations demeure toujours et est rendu complexe par les effets du changement climatique. Des régions qui n’étaient pas habituellement touchées par les inondations enregistrent, en effet aujourd’hui d’importants dégâts comme ce fut le cas à Agadez durant la saison des pluies de 2016. Au niveau national, les inondations ont affecté plus de 145 000 personnes (dont 40 morts) et occasionné d’autres dégâts matériels (effondrement de 14 920 maisons, 1367 cases et perte de 38352 têtes de bétail).

Tout en poursuivant la réponse humanitaire d’urgence pour atténuer les souffrances des populations vulnérables et victimes des catastrophes, nous devons continuer les initiatives pour renforcer les capacités de résistance des populations afin d’atténuer les risques de crise dans le futur. Le Gouvernement du Niger multiplie les efforts pour la recherche de synergie entre l’humanitaire, la transition et la relance socio-économique. C’est dans cette optique que nous devons capitaliser les résultats positifs d’initiatives tels que les 3N, les communes de convergence entres autres. Nous avons récemment mis en place un Comité de haut niveau sur le leadership Humanitaire- développement pour affiner les stratégies devant nous permettre d’assurer une meilleure complémentarité et un continuum entre le triptyque humanitaire-résilience-développement.

Pour la mise en œuvre du 7ène plan de réponse en 2017, la mobilisation de 271 millions de dollars, montant de l’appel de fonds pour cette année, s’avère nécessaire en vue d’assister 1,5 million de personnes.

Mesdames et Messieurs

Nous sommes conscients des défis auxquels vous faîtes face aussi bien sur le plan sécuritaire que sur le plan financier. Le Gouvernement fait et continuera de faire tout son possible pour que l’espace humanitaire soit préservé.

Malgré le contexte économique mondial difficile, le Président de la République et le Gouvernement poursuivront leurs efforts pour la mobilisation des ressources nécessaires pour l’action humanitaire au Niger et dans la région, comme l’atteste la déclaration prononcée par SEM le Président de la République, lors du sommet qui s’est tenu à New York le 13 décembre pour la mobilisation des fonds CERF.

Je profite de cette occasion pour exprimer toute la gratitude du Gouvernement Nigérien à la communauté humanitaire. Je salue très sincèrement les efforts du Système des Nations Unies, du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des organisations non gouvernementales qui sont au Niger.

Je déclare lancé le 7eme Plan de Réponse Humanitaire pour le Niger 2017.

Je vous remercie de votre attention. »

Onep

17 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 17 janvier 2017 04:23