jeudi, 19 janvier 2017 03:16

Point de presse au Ministère des Finances : Apporter des clarifications sur certains points de la déclaration du SNAI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Taher Hassane NigerLe Secrétaire général du Ministère des Finances, M. Taher Hassane, a animé, hier, un point de presse dans les locaux dudit ministère. Il s’est agi pour lui de répondre à certains propos tenus par le Secrétaire général du Syndicat national des agents des impôts (SNAI), relativement à la rencontre des syndicats avec le ministre des Finances dans la journée du lundi 16 janvier. En effet, en cette même date du lundi 16 janvier, au cours d’une déclaration de presse, le Secrétaire général du SNAI a porté un certain nombre de griefs à l’encontre notamment du ministre des Finances. Face à ces propos d’une gravité certaine, le ministère a décidé de réagir pour rétablir la vérité et édifier l’opinion nationale.

Au cours de son point de presse, le Secrétaire général du ministère des Finances a évoqué quatre points essentiels. S’agissant du premier point portant sur la rencontre avec les syndicats, le Secrétaire général du ministère a rappelé que le SNAI a accusé le ministre d’avoir dit « n’avoir pas de temps et qu’il faille aller très vite comme s’il n’était pas l’initiateur de ladite rencontre ». M. Taher Hassane a expliqué que la rencontre a été organisée suite à une demande d’audience formulée par le bureau exécutif du SNAI, et non suite à la prétendue initiative du ministre, comme l’a dit le Secrétaire général du syndicat. D’ailleurs, a-t-il précisé, « il s’agit d’une demande à laquelle le ministre a répondu favorablement pour matérialiser sa volonté et son engagement pour le dialogue ». Mieux, la rencontre entrait, pour le ministre, dans le cadre de la série de rencontres de prise de contact qu’il a entamée.

Le Secrétaire général du Ministère des Finances est revenu sur le point où le SNAI déclarait de façon péremptoire, lors de leur sortie médiatique, que « le ministre a affirmé gravement que son seul interlocuteur est le Syndicat national des agents des   Finances. Le SNAI a, quant à lui, comme interlocuteur la DGI, comme s’il y a un ministère des impôts distinct du ministère des Finances ». A ce sujet, il n’en est rien, a-t-il affirmé, car le ministre des Finances leur a simplement demandé de privilégier le dialogue interne au sein de la DGI pour le règlement de certaines questions et que c’est seules celles qui « n’ont pas été réglées à ce niveau qu’il faut remonter au niveau du ministre ». Le Secrétaire général du ministère a précisé que cette position du ministre est valable pour les autres partenaires sociaux du ministère des Finances.

Dans sa déclaration de presse le SNAI reprochait au ministre de «poursuivre sa dérive autoritaire en leur imposant de distinguer les intérêts de l’administration et ceux des syndicats ». Le Secrétaire général du Ministère a reconnu qu’effectivement le ministre a formulé cette demande au SNAI de s’occuper de la défense des intérêts de leurs membres et de se départir de la gestion des services de la DGI qui « relève de la responsabilité de la direction générale ». Pour M. Taher Hassane, cela s’explique clairement par le fait que le SNAI confond les intérêts de ses membres avec les questions liées au fonctionnement des   services.

Evoquant certaines questions comme celle relative aux ristournes, le secrétaire général du Ministère des Finances a affirmé que le ministre n’a « jamais été mis au courant des échanges avec les syndicats sur la question ». En outre les échanges ont été engagés avant l’arrivée de l’actuel ministre à la tête dudit département a précisé le secrétaire général.

M. Taher Hassane a ajouté qu’il s’agissait de concertations préalables entre le Secrétariat général du Ministère et les cinq (5) secrétaires généraux des syndicats portant sur la possibilité   juridique d’octroyer les ristournes aux ministres et la révision des modalités d’octroi aux secrétaires généraux du Ministère. Les ministres n’étaient nullement impliqués dans les échanges dont ils ont d’ailleurs informés qu’après la déclaration du SNAI. Le Secrétaire général du Ministère a affirmé que c’était une proposition dont les responsables syndicaux ont reconnu le bien fondé et dit espérer que les quatre autres syndicats apporteront les témoignages nécessaires sur le contour de la question, des échanges qui ont été conduits et des appréhensions eues par les acteurs concernés. Sur la question d’octroi des ristournes, le Secrétaire général a souligné avec force que « les ministres ont toujours marqué leur rejet de faire partie des bénéficiaires des ristournes accordées aux agents du ministère ».

Zabeirou Moussa(onep)

19 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 19 janvier 2017 04:20