lundi, 23 janvier 2017 11:35

Assainissement : Vague d’interpellations à la police judiciaire

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Police Judiciaire Niamey NigerEntre les 20 et 21 janvier 2017, une quarantaine de personnes de nombreuses personnes, dont des personnalités politiques de premier plan, ont été interpellées et placés en garde à vue dans les locaux de la police judicaire de Niamey. Selon toute vraisemblance, la machine de l’assainissement est bel et bien en branle...

En dépit de la profession de foi des autorités au plus haut de procéder à l’assainissement en faisant en sorte que tous ceux qui sont coupables de spoliation des biens de l’Etat soient déférés devant les juridictions compétentes, du fait des délais pris par les enquêtes dans la phase d’instruction des dossiers, certains avaient fini par se croire qu’il ne leur arrivera rien et qu’ils bénéficieraient de l’impunité d’antan.

 

 

Selon des sources dignes de foi, cette vague d’interpellations ferait suite à une inspection diligentée par l’inspection d’Etat relativement à plusieurs affaires : Notamment ;

  •  L’affaire barrage de Kandadji où près de deux cents millions de francs destinés aux paysans ont été détournés ;
  • L’affaire hôpital régional de Niamey ou des ristournes et les recettes de la pharmacie n’ont pas été reversés à qui de droit ;
  • L’affaire de poulets congelés où des douaniers indélicats ont à leur profit détournés un manque à gagner de 13 milliards de francs à l’Etat ;
  • dons en produits alimentaires octroyés au gouvernement nigérien par ses partenaires bilatéraux et multilatéraux ; notamment le riz japonais dont la vente, au lieu de renflouer le budget de j’Etat, a pris une autre direction.

Plusieurs services publics sont en cause dans ses différentes affaires Notamment l’OPVN dont plusieurs responsables ont été retenus à la police judiciaire.

Sans avoir pris la peine de bien s’informer, une certaine presse s’est empressée de donner de cet évènement une interprétation politique, en affirmant sans ambages que ces arrestations étaient politiques et viseraient en particulier de hautes personnalités de l’opposition ; plus précisément Amadou Boubacar Cissé qui assumait au moment des faits la charge de Ministre du Plan, des aides et financements extérieurs. Bien évidemment dans les milieux du Pouvoir, on réfute cette interprétation politique d’autant que parmi les personnes interpellées se retrouvent plusieurs hauts cadres de la majorité.

En attendant de savoir sur la suite judiciaire qui sera donnée à ces différentes interpellations, certaines batteries de mesures prises récemment, allant dans le sens d’une gestion orthodoxe des biens publics, que le gouvernement va se poursuivre conformément à la volonté renouvelée du Chef de l’Etat, qui a promis l’assainissement au cours de son second et dernier mandat.

Parmi ces mesures, on peut noter, entre autres, la modification de l’ordonnance portant création, organisation et fonctionnement de la Haute Autorité à la Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) qui est désormais dotée de pouvoirs plus étendus lui permettant de jouer plus efficacement son rôle ; les nouvelles directives et changements intervenus dans les régies financières avec pour objectifs de combattre l’incivisme fiscal afin d’améliorer les recettes internes de l’Etat.

Dans son message à la nation du 17 décembre 2016 à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de la proclamation de la République, le Chef de l’Etat a réitéré sa volonté d’assainir les mœurs publiques conformément à ses engagements pris lors de sa prestation de serment.

Est-on en train d’aller cette fois vers une réelle volonté d’assainir ? On peut accorder le bénéfice du doute aux autorités, dès lors, qu’on a à l’esprit le mandat en cours qui est le dernier du Chef de l’Etat, et qu’il n’a plus les mains liées. Au demeurant, lors d’un récent entretien avec la presse entière, le Président de la République devait d’ailleurs à ce propos, réitéré que son vœu le plus cher, en est « lorsqu’en 2021 je passerai le témoin, mon souhait le plus ardent, est de laisser un pays sur les rails du développement ». Vraisemblablement, c’est parti pour la mise en oeuvre de cet engagement.  

O.Kané

23 janvier 2017

Source : Haské

Dernière modification le lundi, 23 janvier 2017 15:15