vendredi, 03 février 2017 06:57

Atelier de validation de l'avant-projet de la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI-Niger 2035) : Donner plus de cohérence à la stratégie de développement

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Aichatou Kane Boulam SDDCI Niger 2035La ministre du Plan, Mme Kané Aïchatou Boulama, a présidé hier au Palais de Congrès de Niamey la cérémonie d'ouverture de l’atelier de validation de l'avant-projet de la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI-Niger 2035). La Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI-Niger 2035) est un document national, trans-générationnel, qui permet d'inscrire les politiques de développement dans une perspective plus large et plus globale, et de préparer l'avenir du Niger. Il se focalise sur six (6) axes stratégiques à savoir la sécurité du territoire; la modernisation de l'Etat; le développement du capital humain; la dynamisation et la modernisation du monde rural; le développement d'un secteur privé dynamique ; et la transition démographique.

Dans son allocution, la ministre en charge du Plan a rappelé que le processus de formulation des documents de planification stratégique de développement à court, moyen et long termes a été entamé par le 1er Gouvernement de la 7ème République depuis avril 2011, à travers l'élaboration et la mise en œuvre du Programme Intérimaire de Cadrage de l'Action Gouvernementale PICAG (2011-2012), l'élaboration et la mise en œuvre du Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2012-2015, et le lancement du processus de formulation de la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive Niger 2035.

Mme Kané Aïchatou Boulama a indiqué qu’à travers la formulation de la SDDCI, le Gouvernement s'attache à concrétiser l'espoir créé par le discours d'investiture prononcé le 07 avril 2011 par SE. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat. Selon elle, cet espoir renvoie à des problématiques complexes ayant des assises spatiales et des temporalités qui sont toutes aussi différenciées. Pour éclairer ces problématiques a-t-elle poursuivi, il faut disposer d'un référentiel stratégique qui offre la possibilité d’anticiper les problèmes, de trouver les moyens de les résoudre, de mettre l'accent sur les implications futures des tendances lourdes actuelles; et de formuler des stratégies destinées à gérer leurs effets. ‘’II est du devoir de chaque Nigérienne et de chaque Nigérien de s'impliquer pleinement dans la mise en œuvre de la SDDCI, car de nos actions individuelles et collectives dépend sa réussite, et de sa réussite dépend l'atteinte de notre objectif commun: un Pays et un Peuple Prospères (3P) à l'horizon 2035’’, a dit Mme Kané Aïchatou Boulama.

La SDDCI Niger 2035, fil conducteur des politiques publiques, sera traduite en des actions à moyen terme à travers des plans quinquennaux, dont le premier, en cours de formulation, est le Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021. En effet, selon la ministre du Plan, le PDES 2017-2021 parachèvera les programmes engagés par le PDES 2012-2015 et entamera les orientations nationales qui sont définies par la SDDCI-Niger 2035, tout en prenant en compte le Programme de Renaissance Acte 2.

Quant au représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko, représentant l'ensemble des Partenaires Techniques et Financiers, il a remercié le Gouvernement de les avoir associés aux travaux de validation de l'avant-projet de la Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI Niger 2035). Pour lui, le document concrétise la volonté du Gouvernement à s'orienter vers plus de cohérence dans sa stratégie de développement.

M. Siaka Bakayoko a en outre partagé avec l’assistance deux messages, dont le premier est la nécessité de coordonner, de manière stratégique, les interventions des partenaires pour renforcer la coopération au développement. Selon lui, ceci constitue un préalable pour garantir la coordination aux niveaux national, sectoriel voire régional et local. La coordination stratégique est un facteur devant favoriser le dialogue entre le Gouvernement et les Partenaires Techniques et Financiers sur les politiques de développement.

Le deuxièmement message, c’est la nécessité de l'alignement des Partenaires Techniques et Financiers sur les priorités nationales, et qui doit se faire avec l'appui du Gouvernement. Le représentant résident de la Banque Mondiale au Niger a enfin affirmé à l’assistance que les Partenaires Techniques et Financiers seront toujours présents aux côtés du Gouvernement pour relever les défis. ‘’Ensemble, nous bâtissions, à l'horizon 2035, un Niger émergent où la population, dans son ensemble, pourra jouir des dividendes de ce développement pour lequel nous travaillons tous inlassablement, a-t-il conclu.

Seini Seydou Zakaria(onep)

03 février 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 03 février 2017 07:25