mercredi, 08 février 2017 06:29

Journée de la Société Nigérienne de la Médicine de Travail (SONIMET) : Les questions de Sécurité et santé au travail au menu de la journée

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Société Nigérienne de la Médicine de Travail (SONIMET), a organisé, hier au Palais des congrès de Niamey, sa première journée sous le thème « la sécurité et la santé au travail au Niger: état des lieux et perspectives ». C’était sous la présidence de M. Abarchi Magalma, directeur de cabinet et représentant le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale. De nombreux invités ont également fait le déplacement du palais des congrès pour être témoins des tout premiers pas de cette société savante qu’est la SONIMET dont la sécurité et la santé au travail constituent les deux principales raisons d’être.

Dans son mot d’ouverture de la journée, le directeur de cabinet du ministre de l’Emploi, de Travail et de la Sécurité sociale a salué l’initiative de la création de la SONIMET, une société dont l’existence se justifie amplement lorsqu’on sait qu’elle est un cadre d’appui et de contribution à la prévention des risques professionnels dans les entreprises et à la promotion d’un emploi décent. Cela cadre bien avec le choix politique des plus hautes autorités qui ont placé les questions de l’emploi, du travail et de la protection sociale au cœur du programme de renaissance. Ce choix politique s’est matérialisé par la création d’un département ministériel exclusivement dédié à ces questions et la ratification par le Niger des trois importantes conventions de l’OIT à savoir les conventions 155, 161 et 187.

Notant les efforts considérables accomplis par notre pays en matière de sécurité et de santé au travail, M Abarchi Magalma en a cité pour preuve, le code de travail qui traite largement de la question et sa partie réglementaire consacrant d’importantes innovations mettant l’accent sur l’hygiène, la sécurité et la santé au travail. En outre, le Niger a élaboré et adopté des documents de programme, politique et plan d’action. Le directeur a souligné entre autres le programme pays de travail décent (PPTD), le projet du document cadre de la politique nationale de sécurité et de santé au travail, le projet de cartographie des risques professionnels et les projets des statuts et règlement intérieur de l’institut national de sécurité et santé au travail, tous en cours d’élaboration.

Expliquant que ces actions sont engagées dans un cadre tripartite regroupant l’Etat, les employeurs et les travailleurs, le directeur de cabinet a souligné la nécessité d’avoir des experts et d’autres acteurs dans le cadre de la multidisciplinarité afin qu’ils soient efficaces. Pour lui, l’arrivée de la   SONIMET vient renforcer la dynamique ajoutant que les médecins de travail serviront à la mise en place d’une culture de sécurité et santé au travail au Niger. M. Abarchi Magalma a exhorté les employeurs à associer ces techniciens en vue de faire face à leurs obligations en matière de prévention des risques professionnels. Pour sa part, le président de la SONIMET Dr Assane Barazé a mis l’accent sur l’ampleur des risques professionnels et son coût. En effet, a-t-il indiqué une enquête du BIT en 2015 a révélé que plus de deux (2) millions de personnes meurent annuellement à cause de leur travail, tandis que le nombre d’accidents de travail non mortels dépassaient le 300.000 chaque année.

Au plan économique, les accidents de travails et les maladies professionnelles ont un coût s’élevant à plus de 4% du PIB mondial. Le risque d’accidents de travail en Afrique reste malheureusement élevé. Dr Assane Barazé a indiqué que la probabilité d’accidents de travail est de trois à cinq fois       supérieures en Afrique que dans les autres continents. En cause, le manque ou l’absence de mesures d’accompagnement, d’infrastructures, les industries dangereuses et la délocalisation des technologies indésirables des pays développés. Parlant du cas du Niger, le président de la SONIMET a affirmé que la problématique de la sécurité et de santé au travail a été pourtant largement exprimée dans la constitution et reprise dans le code de travail. L’exercice de la médecine de travail est peu développé au Niger, une situation qui laisse notre pays en marge des exigences de sécurité et de santé au travail établies par l’OMS et l’OIT.

La SONIMET est, selon son président, convaincue que l’amélioration de la compétitivité et la performance des entreprises se sauraient se réaliser sans mettre un accent particulier sur la protection de l’outil de travail à savoir la ressource humaine. En créant la SONIMET, les promoteurs entendent accompagner les inlassables efforts de l’Etat car, l’importance de la promotion de la sécurité et santé au travail en tant que facteur de développement économique et social n’est plus à démontrer eu égard aux multiples décès et handicaps professionnels liés aux accidents de travail et aux   maladies professionnelles.

Zabeirou Moussa(onep)

08 février 2017
Source : http://lesahel.org/