Annonce

Lack of access rights - File 'http:/nigerdiaspora.net/images/Hama-Amadou-Ramadan-2016-MSG.jpg'

mercredi, 08 février 2017 22:28

Affaire bébés importés : La justice réactive le dossier

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Résultat de recherche d'images pour "Hama amadou"Lundi 13 février prochain, les pré- venus dans la prétendue affaire de supposition de bébés en provenance du Nigéria sont convoqués à la barre. Le dossier est réactivé par la justice et sera tranché à la Cour d'appel de Niamey. Elle concerne plus d'une vingtaine de personnes dont des ex-personnalités de l'Etat et leurs épouses. L'affaire a connu une forte politisation à cause de l'implication de la deuxième épouse du président Hama Amadou dans le dossier. Le régime a saisi cette perche pour nuire à ce dernier, en le contraignant à abandonner son perchoir de l'Assemblée nationale pour l'exil.

Le pouvoir tenait coûte que coûte à l'emprisonner, et il est parvenu à ses fins lorsque le président Hama est rentré de son exil en novembre 2015. A peine a-t-il foulé le sol nigérien qu'il a été arrêté à l'aéroport et directement conduit à la prison civile de Niamey, sans même passer devant un juge. Dans la même nuit, le ministre de la Justice, Marou Amadou, prendra en catimini un acte illégal pour son transfèrement à la maison d'arrêt de Filingué. Dès le départ, l'objectif du pouvoir était clair. Il fallait par des artifices judiciaires empêcher au président Hama Amadou d'être sur le terrain pour battre campagne à l'occasion des élections générales de février-mars 2016. Et il a réussi son coup, même si cela n'a pas empêché au président du Moden Fa Lumana de se classer deuxiè- me, à l'issue du premier tour des élections présidentielles. La réactivation judiciaire du dossier intervient curieusement à un moment où le régime du président Issoufou Mahamadou est confronté à des difficultés de tous ordres. Non seulement il est en butte à crise financière aiguë qui impacte né- gativement sur le fonctionnement normal de l'Etat, mais plus grave encore il a installé le pays dans une mauvaise passe à l'étranger, à travers le contentieux judiciaire qui oppose l'Etat à la société Africard. Un contentieux judiciaire à l'issue duquel plusieurs biens immobiliers du Niger (appartements et résidences) en France et aux Etats Unis ont fait l'objet de saisie et risquent d'être vendus aux enchères. Si c'est pour détourner l'attention des Nigériens vis à vis de ces préoccupations majeures que le dossier de supposition de bébés a été réactivé, il n'est pas sûr que le coup réussisse. Dans tous les cas, l'obstacle pour lequel le premier juge s'est dessaiasi du dossier demeure. Il a considéré qu'il s'agit d'une affaire de filiation qui doit connaître au préalable un traitement au civil. C'est seulement lorsque les preuves sont établies qu'il y a eu supposition de bébés que la procédure pénale est enclenchée.

I.D 

12  février 2017
Source : Le Courrier

Dernière modification le dimanche, 12 février 2017 23:55