Orange Money 300%

mardi, 14 février 2017 23:17

Point de presse du ministre de la Santé Publique : Dr Idi Illiassou Maïnassara déclare la fin de l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift au Niger

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiasou Maïnassara, a animé hier dans l’après-midi à son cabinet, un point de presse au cours duquel, il a annoncé la fin de l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift ayant sévi dans la région de Tahoua. Ce point de presse s’est déroulé en présence du ministre délégué chargé de l’Elevage, M. Mohamed Boucha, du directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement Durable, ainsi que des représentants des Partenaires Techniques et Financiers.

C’est le 20 septembre 2016, que le Niger a déclaré officiellement l'existence du virus de la Fièvre de la Vallée du Rift chez les humains et chez les animaux dans la région de Tahoua, particulièrement dans les départements de Tchintabaraden et de Tassara. La Fièvre de la Vallée du Rift est une zoonose c'est-à-dire une maladie dont l'agent causal se transmet naturellement des animaux à l'homme, dont les conséquences sont entre autres les pertes en vies humaines, animales et une dépréciation de la valeur économique du cheptel. Selon le ministre de la Santé Publique, depuis l’apparition de l’épidémie, l'Etat avec l'appui de ses partenaires, a engagé une lutte multisectorielle sans merci pour venir à bout de cette maladie. Au total, Dr Idi Illiasou Mainassara a précisé que, ce sont 399 personnes qui ont présenté des signes suspects de la fièvre de la Vallée du Rift.

«Ces cas ont été enregistrés par nos services de santé parmi lesquels, 17 ont été confirmés au laboratoire. Tous les autres cas suspects notifiés sont négatifs après l'analyse de laboratoire. Malheureusement, nous déplorons 33 personnes décédées au cours de cette épidémie, y compris les décès communautaires. Il est important de rappeler que les 33 décès ont été enregistrés parmi les patients admis à un stade avancé de la maladie au début de l'épidémie», a clarifié le ministre de la Santé publique. Tout au long de la gestion de cette épidémie, a-t-il indiqué, plusieurs actions ont été menées par l'Etat et ses partenaires, ce qui a permis de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liée à cette maladie. «Aujourd'hui, par la grâce de Dieu, nous sommes à la fin de cette épidémie, cependant il est à noter que le dernier cas positif au laboratoire a été notifié le 25 octobre 2016. Au vu de ce qui précède, nous déclarons la fin de l'épidémie de la fièvre de la vallée du Rift dans la région de Tahoua » a-t-il indiqué.

«Mais nous ne devons pas baisser la garde, et la vigilance doit être de mise pour ne pas être surpris par une éventuelle réapparition de cette maladie», a précisé le ministre en charge de la Santé Publique. Il a en outre réitéré l’engagement du gouvernement à renforcer l'approche «une seule santé», la conjugaison des efforts multisectoriels impliquant les secteurs de la santé humaine, animale et environnementale, ayant permis au Niger d'enregistrer les résultats encourageants. Dr Idi   Illiassou Maïnassara a ensuite lancé un appel à l'endroit des autorités, des partenaires, des Organisations de la Société Civile, des leaders religieux et communautaires afin qu'ils contribuent aux actions de surveillance et de sensibilisation même après la fin de l'épidémie pour préserver la santé publique et l'économie pastorale.

Pour ce faire, a dit le ministre de la Santé publique, tout cas suspect présentant les signes de la Fièvre de la Vallée du Rift aussi bien chez les humains que chez les animaux, doit être déclaré aux relais communautaires et aux services techniques compétents de l'environnement, de la santé humaine et animale. Il a enfin au nom des plus hautes autorités du pays, remercié tous les partenaires et particulièrement l'UNICEF, l'Organisation Mondiale de la santé (OMS), l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) et l'ONG BEFEEN ALIMA dont les appuis ont été déterminants dans ce processus.

Seini Seydou Zakaria(onep)

15 février 2017
Source : http://www.lesahel.org/