Orange Promo Tabaski

De la prétendue crise au sein du PNDS !: Des voix autorisées du Parti réagissent

Bisbilles au PndsTarayya Mahamadou Issoufou tire sur une corde raideDevant la persistance de la polémique entretenue par une certaine presse, dite proche de l’opposition politique, d’une crise à l’interne du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya), le son de cloche contraire ne s’est pas fait attendre. Dans les lignes qui suivent la réaction de quelques caciques.

Zoom sur la polémique
Pour les relayeurs de la polémique tapis sur les réseaux sociaux et dans les médias, essentiellement, ceux dits proches de l’opposition politique FRDDR (Front pour la Restauration de la Démocratie et la République), le courant ne passerait plus entre le Président de la République, Issoufou Mahamadou et le Président du Parti, Mohamed Bazoum. Premier épisode : Le camarade Bazoum aurait créé une formation politique et s’apprêterait à plier bagages du parti dont il est le Président, l’ambiance étant devenue délétère et insupportable pour lui. Le nom de la nouvelle formation politique du Ministre d’Etat, de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, des Affaires Religieuses et Coutumières, a même été largement partagé via Whatsapp et Facebook. Cette polémique a beau courir, la vérité a fini par la rattraper. Après les vérifications, nulle trace de nouvelle formation politique en gestation en vue dont Bazoum serait l’instigateur. Deuxième épisode : Bazoum-Ladan Tchiana (Président de l’Alliance des Mouvements pour l’Emergence du Niger) et Hama Amadou (Président du Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine) actuellement en exil en France se seraient rencontrés à Paris en vue de la création d’une alternance politique, suite logique de la guerre à l’interne du PNDS. Si la supposée cassure Issoufou/Bazoum nous rappelle un scénario récent notamment celle du couple Tandja/Hama, pour l’heure, rien n’indique un tel remake. En attendant de voir le synopsis qu’on offrira aux Nigériens dans le troisième épisode, le deuxième aussi ne semble pas avoir plu aux « cinéphiles politiques » tant son contenu sort de la logique de l’analyse politique. Pour peu qu’on veuille bien rester dans sa lucidité.

Qui mieux que le Secrétaire à la Communication pour porter la réaction du Parti

Pour Iro Sani, Secrétaire à la Communication du PNDS, la sérénité n’est aucunement entamée au sein du Parti. D’une quelconque crise de confiance entre le Président de la République et le Président du Parti, il n’est rien si ce n’est qu’une fabrication de l’Opposition politique qui est habituée à ce genre de « mensonges » et du sensationnel. « Tout le monde sait au Niger qu’il y a un parti de l’opposition qui a créé spécialement une usine à mensonges et qui paye quotidiennement des individus juste pour qu’ils créent et propagent des contre-vérités sur les hommes politiques et la société. Souvenez-vous de l’info sur la fille engrossée par un ministre et qui s’est révélée être un pur mensonge. Et des infos incessantes sur le retour de Hama Amadou qui toutes se sont révélées être des inventions pures et simples des esprits fantaisistes. Et de Issoufou Mahamadou qui aurait rencontré Hama à Abidjan et d’Emannuel Macron qui aurait dit ceci et cela à Issoufou concernant Hama Amadou qui ne sont que des racontars éhontés. Je peux continuer à vous aligner autant de mensonges qui sortent tous de la même usine à fabriquer les mensonges. Il en est de même de la rumeur concernant le soit disant conflit entre Issoufou et Bazoum et de toutes les autres relatives à notre parti. Il ne s’agit que des produits purs de l’usine à mensonges de notre opposition. Rien de tout ce qui est dit sur ce sujet n’est vrai ni n’a quelque ressemblance avec le plus petit grain de vérité. Comme vous dites ce ne sont que des « fake news » fabriquées par une opposition au bout de toutes ses capacités. Il ne lui reste plus que le mensonge pour exister et ses yeux pour pleurer », s’est-il confié à notre confrère Niger Inter.

Même traitement de la question par l’honorable député Sani Boukari dit Zilli
Pour l’honorable député Sani Boukari dit Zilli réagissant sur le sujet sur la télévision CANAL 3 où il fut invité, il n’y a aucun grain de vérité sur ce qui est véhiculé. Il n’a jamais été d’ailleurs question de désignation du candidat du Parti aux élections de 2021. Et, c’est loin d’être le moment puisque le Président Issoufou n’est encore qu’au début de son second et dernier mandat. Selon lui, la préoccupation du parti reste et demeure l’exécution du Programme de la Renaissance, acte II pour laquelle tous les acteurs concernés sont en train d’apporter leur contribution, chacun dans le rôle qui lui a été confié.

Voilà pour ce qui est des réactions enregistrées par les voix autorisées du principal parti au pouvoir. En absence d’éléments consistants contraires, c’est à elles qu’on doit s’en tenir si bien évidemment on veut préserver son intelligence et son énergie.

Oumarou Kané

10 août 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Politique