Airtel Niger

Forfait Albarka

Hama Amadou, un réservoir de sagesse politique

Hama Amadou Hama Amadou reservoir sagesse politiqueD’aucuns ont l’habitude de traiter à l’identique l’individu Hama Amadou (perfectible) et l’homme politique exposé aux aléas et vicissitudes de la politique. D’où la difficulté de bien cerner l’individu-homme. De même très souvent ceux qui ne connaissent l’homme qu’à travers l’habit politique le taxe de tous les mots (et maux), mais en vérité comme disent les philosophes sceptiques : le connaissons-nous tous assez bien ? Non ! Car le discours qu’il a tenu par exemple à l’ouverture de la première sécession extraordinaire de l’Assemblée Nationale au titre de l’année 2014 vient contredire toutes les fausses vérités sur le personnage. Depuis son exil en France, tout le monde observe le grand talent de l’homme politique. Infatigable, il est sur tous les plateaux de télévisions, et à l’Assemblée Française pour dé- fendre sa cause, et son ambition de présider aux destinées du Niger, afin de mettre fin à la Renaissance made in guri système. Le retour de Hama Amadou au Niger, n’est plus une fiction de l’esprit, mais bientôt une réalité. Comment seulement le Niger peut-il émerger démocratiquement sans un leader internationalement connu tel que Hama Amadou ? Pourquoi représente-t-il aujourd’hui le surhomme, le Prométhée attendu par tous les Nigériens las du gurisme et de son machiavélisme?

De la conférence nationale à nos jours, Hama Amadou fut l’homme politique terrible qui a marqué l’histoire politique du Niger, et restera indélébile dans la conscience de tous les Nigériens en bien comme en mal. Tel un submersible, Hama Amadou navigue et continue de naviguer au milieu des eaux tumultueuses de la politique nigérienne. La politique si on peut se permettre une image aquatique, est à l’image du fleuve d’Héraclite, où « on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve ». Durant ces années forcées en l’exil à cause de l’animosité des camarades socialistes, l’homme est ressorti épatent, magnifique, olympien, et plus aguerri que jamais. Il ébranle toutes les statistiques, et met au pilori tous les oiseaux de mauvais augures : « il ne changera jamais ! », c’est « un régionaliste ! un ethnocentriste ! », « un va-t-enguerre ! », « un irrévérencieux ! », que sais-je encore. Mais tout cela relève de la caricature. Les autres ont foncièrement peur du Surhomme politique. Hama Amadou arrive bientôt, et cette pensée, dérange ses adversaires, et ceux qui ne le gobent pas

La rencontre avec les sénateurs français est la preuve que l’homme et le politique ont changé. Hama Amadou relooke l’image du Niger, pendant que les autres donnent du Niger une piètre image de pays corrompus, IDH-Zéro, scandales financiers à n’en plus finir, à telle enseigne qu’aujourd’hui est possible pour un cinéaste nigérien de produire un verticale film hollywoodien sur les « Affaires Gate » du régime de la Renaissance. Nous assistons aujourd’hui à un renversement platonicien de l’image iconoclaste que certains ont toujours eu de Hama Amadou. Lorsqu’il était Président de l’Assemblée Nationale, tout le monde a entendu l’appel du Président de l’Assemblée d’abord à ses amis de l’opposition pour qu’ils fassent comme les stoïciens : transcender les émotions, oublier les insultes et les « blessures » du passé, de voir l’avenir avec un nouvel état d’esprit, et une grande envie de travailler rien que pour les intérêts du Niger. Pour nous cette attitude, et notamment le discours est pédagogique, car c’est un discours de paix et de sagesse. Le Président de l’Assemblée Nationale vient de donner par son comportement un modèle à suivre pour toute la classe politique nigérienne.

Si de tous temps on vilipende les hommes politiques nigériens pour leur absence de sagesse et d’éthique, Hama Amadou tort le cou à cette mauvaise tradition, en revenant à la droite raison, en montrant par là qu’il n’est jamais trop tard de s’assagir. Les jeunes ont besoin de modèles de vertus et de sagesse. Hama Amadou a ouvert la voie, que les autres lui emboîtent le pas, et le Niger sortira grandit pour toujours. Le Président Hama Amadou, a fait voir en outre qu’il est possible de se départir des injonctions des partis politiques et de viser en commun « l’intérêt supérieur de la Nation ».

Si les députés de l’opposition et de la majorité enterrent la hache de guerre, et fument le calumet de la paix, y a-t-il seulement de meilleur bienfait qu’ils feront au Niger ? La paix et la tranquillité, ne sont-ils pas les meilleurs des biens que recherche tout un individu dans une société ? Faire la paix au sein de l’auguste Assemblée, n’est-ce pas faire la paix dans le cœur de tous les Nigériens ? Affirmatif. C’était la sagesse que Hama Amadou avait essayée de cultiver dans l’hémicycle avant son départ forcé en exil.

Il nous semble qu’à travers ce discours plein de bon sens cartésien, le Président Hama Amadou a fait un feed-back sur les événements des sécessions précédentes qui ne furent pas reluisantes, mieux les images grotesques des uns et des autres ont terni globalement l’institution. Au regard de ce drame politico morale, le Président de l’ancien Assemblée Nationale a bien vu juste en faisant comme l’Empereur Marc Aurèle, à savoir : s’examiner intérieurement, pour ressortir neuf au terme de la connaissance de soi. Hama Amadou est redevenu ce politicien qui charme, qui rassure, qui arbitre, qui se met au dessus de la mêlée, en véritable Chef, en vue de restaurer globalement la paix sociale fortement amputée par les députés adversaires de la majorité, et de l’extérieur par l’exécutif. Hama Amadou avait tendu ses deux mains (alors que le Président Issoufou lui avait tendu une seule main), les deux mains de la paix, aux deux bords : « Je voudrais, disait-il, demander aux députés de l’opposition, en particulier, de reconsidérer leur décision de boycotter les organes de travail de l’Assemblée nationale, en se faisant violence, pour reprendre leurs places, toutes leurs places dans les différentes instances de l’institution », et « je demande également aux députés de la majorité de reconnaître que leur devoir envers le peuple nigérien est de contribuer à faire respecter la configuration politique du parlement au sein de tous les organes. Car autrement, quoi qu’on en dise, sans la représentation effective de l’opposition conformément à son poids au sein du bureau, la Constitution est violée. ». C’est le lieu au passage de féliciter l’opposition qui a bien écouter l’appel de leur Président de l’Assemblée d’alors, et non pas l’individu-Hama Amadou. Cela s’appelle du respect vis-à-vis de la seconde personnalité de l’Etat, qui manque visiblement aux guristes.

Ce geste politique ne nous rappelle t-il pas la conduite du Mahatma Gandhi qui enseigne en politique d’adopter la non violence contre la violence de l’ennemi ? Cette stratégie a été payante, dans la mesure où tous les esprits méphistophéliques s’attendaient (de pieds fermes) à ce que le Président de l’Assemblée sortît sa lame de Samouraï contre les députés de la majorité. Mais tel ne fut pas le cas. D’autres s’attendaient même à des propos injurieux, ou des attaques obliques, mortifères contre le gurisme. Le seul regret du PAN de l’époque fut le rapport du PNUD qui vient de classer le Niger dernier au plan mondial. Ce rang ne pouvait pas ne pas interpeller Hama Amadou-citoyen, et l’homme politiquePrésident de l’Assemblée. D’où la petite critique faite contre ce résultat qui a choqué tout Nigérien doté de conscience patriotique. Bref, estimat-il, il est temps de recorriger le tir, de travailler, et de bien nourrir les nigériens, au lieu de culpabiliser la démographie.

Pour sûr, le Président de l’Assemblée Nationale s’est érigé durant ce discours en vrai unificateur, et en apôtre de la paix. De ce point de vue, il est juste de saluer cette leçon de sagesse politique qui a longtemps fait défaut dans notre démocratie. L’histoire retiendra que tout ce qu’on dit sur l’ancien Président de l’Assemblée Nationale fut sciemment orchestré par des esprits malveillants pour faire obstacle à l’institution législative, et au triomphe de Hama Amadou. Finalement le monde entier a constaté avec évidence que le Président de l’Assemblée n’était en rien responsable d’aucun blocage des travaux de l’Assemblée, mais que tout était l’œuvre de la majorité instrumentalisée par des mains invisibles. L’histoire retiendra autant pour 2016, que pour 2021, l’ancien Président de l’Assemblée disposera toujours d’un très bon C.V pour être présidentiable, car il a supporté tous les malheurs du gurisme. On peut donc sans exagération avancer qu’il serait un très bon Président pour 2021. Nous avons par ailleurs apprécié sa grandeur d’âme et son courage d’avoir fait l’autopsie de l’inconscient collectif des hommes politiques qui gouvernent le Niger. Hama Amadou a sermonné tout le monde qu’il est temps de taire les passions dévastatrices, de faire table rase du passé.

Au regard de toute cette sagesse politique qu’il incarne bien avant son exil, n’est-il pas juste de remettre à Cesare ce qui appartient à Cesare ? Hama Amadou doit revenir au Niger prendre son droit d’honneur comme dirait Achille au Roi Agamemnon dans l’Iliade d’Homère.

Dr. Y. Maïga

06 octobre 2017
Source : L'Actualité

Imprimer E-mail

Politique