Forfait Albarka

Assemblée nationale/Interpellation des membres du Gouvernement : Huit membres du gouvernement entendus par les parlementaires sur des questions d’actualité

Assemblée nationale/Interpellation des membres du Gouvernement : Huit membres du gouvernement entendus par les parlementaires sur des questions d’actualitéLes travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2017, dite session budgétaire se poursuivent à l’hémicycle sous la Présidence de SE. Ousseini Tinni, président de ladite institution. La plénière du samedi dernier a été consacrée aux questions d’actualité avec l’interpellation de huit membres du gouvernement pour répondre à des questions d’actualité sociopolitique, économique, sécuritaire etc. La séance plénière s’est déroulée en présence du ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

Les questions d’actualités que les députés posent aux membres du gouvernement sont organisées deux samedi sur quatre. Elles sont précises et concises. Elles doivent avoir un caractère spontané et ne sont ni déposées au préalable ni publiées au journal officiel. Le samedi dernier, les parlementaires ont interrogé le ministre d’Etat ministre des Transports, M. Omar Hamidou Tchiana sur le problème du salon officiel des députés ainsi que le parking. Les élus nationaux ont aussi entendu le ministre d’Etat ministre de l’Agriculture et de l’Elevage sur la campagne agro-sylvo-pastorale dans la région de Diffa particulièrement sur la situation fourragère. Le linistre Albadé Abouba a indiqué que d’habitude les éleveurs transhument vers le Nigeria, mais avec le phénomène de Boko Haram, cela n’est plus possible. Le Ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a expliqué que des dispositions ont prises par le gouvernement pour mieux sécuriser les pasteurs et leurs animaux.

Quant au ministre de l’Equipement, il a été interpelé sur les projets et les constructions des routes en cours qui tardent et n’évoluent pas dans plusieurs régions du Niger. À ce niveau, le ministre M. Kadi Abdoulaye a donné des éléments de réponses sur les préoccupations des députés tout en précisant que le gouvernement est actif sur la finalisation des projets de construction des routes et les perspectives en 2018 jusqu’à 2020 sur l’ensemble du pays. Quant au ministre des Domaines et de l’Habitat, M. Waziri Maman, il a répondu à l’interpellation des députés sur la sécurisation des espaces publics, la situation des déguerpis, et la protection des espaces verts. En ce qui concerne la situation récente au quartier Pays-Bas de Niamey, il a indiqué que c’est une affaire civile et judiciaire.

La question des hippopotames d’Ayorou dans la région de Tillabéri fait aussi partie des préoccupations des parlementaires. Selon le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba, le Niger a signé des conventions internationales dans le domaine de la protection de certaines espèces dont les hippopotames. Il a précisé qu’un projet de création d’un sanctuaire pour cette espèce est en cours dans le département.

Pour sa part, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, s’est prononcé sur une question cruciale, celle des faux cabinets de soins, des laboratoires d’analyse et médicaments. Dr Idi Illiassou Maïnassara a fustigé le comportement de certains médecins propriétaires de ces soi disant institutions sanitaires. Il a annoncé la fermeture, dès cette semaine, de certaines cliniques médicales, pharmacies qui ne respectent pas les normes, ni l’éthique et la déontologie du métier de la santé.

« Il n’est pas concevable de voir des agents de santé assermentés effectuer un examen et donner de faux résultats avec l’intention d’escroquer le malade à cause des ressources financières. Nous avons identifié des pharmacies qui ne respectent pas la réglementation. Elles devaient avoir de marge bénéficiaires de 0.35%, mais qui partent jusqu’à 50%. Pour arrêter tous ces problèmes, nous avons créé des ordres dans ces domaines de santé avec l’appui des syndicats et aussi des citoyens pour les dénoncer», a-t-il dit.

Quant au ministre des     Affaires Étrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur M. Ibrahim Yacoubou, il a été   interpellé par les députés pour donner des explications sur la situation des rapatriés de l’Algérie et celle des Nigériens vivant au Togo. Les députés ont auparavant interpellé le ministre des Finances sur la question d’augmentation de certains tarifs et taxes douanières sur les frontières du Niger.

Seini Seydou Zakaria(onep)

30 octobre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique