Forfait Albarka

Déclaration de la coordination régionale de Niamey du Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN-FA) LUMANA AFRICA à l’occasion de son Assemblée Générale du 04 novembre 2017

Nigériennes, Nigériens, Chers Concitoyens de la Région de Niamey,
La Coordination Régionale de Niamey du Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN FA) LUMANA AFRICA, réunie en Assemblée Générale ce jour, Samedi 04 novembre 2017, fait la déclaration dont la teneur suit.

Suite aux évènements du 29 octobre 2017 ou les populations de Niamey, répondant à l’appel de la société civile, sont sorties massivement pour exprimer leur ras le bol généralisé, le sieur Bazoum Mohamed, Président kama mini du PNDS Tarraya, fidèle à son arrogance et sa pseudo suffisance habituelles, s’est cru en devoir d’indexer notre parti comme responsable des débordements occasionnés par ladite manifestation citoyenne.
Au MODEN FA LUMANA AFRICA, nous ne sommes guère surpris par une telle posture mensongère du PNDS car les exemples sont légions ces dernières années :
Ce fut le cas quand vous annonciez sans vergogne que des dignitaires du régime étaient menacés de mort dont l’affaire Ben Omar Mohamed qui a vu l’arrestation de certains militants du MODEN FA LUMANA AFRICA ;


Ce fut le cas quand vous annonciez honteusement que le MODEN FA LUMANA AFRICA collaborait avec BOKO HARAM ;
Ce fut le cas lorsque ISSOFOU MAHAMADOU s’était proclamé Charlie et que le peuple nigérien avait désapprouvé alors s’en est suivi l’arrestation des cadres du MODEN FA LUMUNA AFRICA;
Ce fut le cas quand vous annonciez qu’il reste un petit noyau d’officiers ethnicistes et marginaux à neutraliser, il y a eu l’affaire du vrai-faux coup d’état et là aussi s’en est suivi l’arrestation de certains responsables du MODEN FA LUMANA AFRICA ;
Ce fut le cas dans la fausse affaire de la cellule crise alimentaire dans la quelle nos camarades Bakari Seydou, Idé Kalilou et Ari Malla gardent prison depuis 18 mois ;
Ce fut le cas lorsque vous déclariez lors d’une précédente manifestation de la société civile que le forum d’Abidjan du MODEN FA LUMANA en était le tremplin ;
C’est encore le cas aujourd’hui, puisque vous avez annoncé que le MODEN FA LUMANA AFRICA est derrière la manifestation de la société civile alors que vous avez été officiellement saisi par ACTICE et vous en avez-vous-même donné l’autorisation. Est-ce que là aussi on doit s’attendre à de nouvelles vagues d’arrestations dans les rangs du MODEN FA LUMANA AFRICA ? l’enlèvement et la déportation à Niamey de notre camarade Mahamane Lawali Salissou dit léger via Al Izza en est-il le signe annonciateur ? est-ce que vous envisagez de déporter hors du Niger ou d’exterminer l’ensemble des militants de la deuxième forces politique du pays tel que rêvé par certains de vos sbires ?
Pour votre gouverne, alors Mesdames et Messieurs du PNDS Tarraya, même si c’est cela votre volonté, vous n’en aurez pas les moyens car nous sommes aussi des nigériens à part entière.
En effet, étant de plus en plus convaincu qu’il n’est pas le candidat préféré du Gourou principal, Monsieur Bazoum se cache derrière sa double casquette de Président Kama mini du PNDS Tarraya et de ministre de l’intérieur pour ourdir des complots en tous genres dans le seul et unique dessein de provoquer la déstabilisation de son propre régime, seule à même d’obliger ses camarades à le soutenir.

C’est pourquoi, il cherche désespérément un conflit ouvert avec LUMANA en l’accusant tantôt de complicité avec les fondamentalistes radicaux, tantôt de manipulation d’étudiants, des enseignants, de la société civile pour finir sans doute par l’accuser bientôt d’être à l’origine des troubles en CATALOGNE.
Nous sommes d’ailleurs surpris que la Nième violation de la constitution par Issoufou Mahamadou, illustrée cette fois ci par la nomination du président de la haute cours de justice au gouvernement avant la démission de ce dernier ne soit dénoncée par Bazoum et sa cliques de haineux comme étant aussi l’œuvre du MODEN FA LUMANA AFRICA.

Parce qu’en 2016, le régime de Issoufou Mahamadou a braqué nos suffrages, emprisonné notre leader bien aimé, Son Excellence Monsieur HAMA AMADOU, à la faveur des controverses politiciennes honteuses et déloyales et érigé la corruption, la concussion, les passes droits, l’enrichissement illicite, l’impunité, l’injustice sociale, le népotisme, l’économie criminelle en mode de gouvernance mettant ainsi le pays à genoux et tout cela sans conséquence aucune, alors celui-ci pense que tout lui est dorénavant permis : après le passage en force, la gouvernance par la force.

Une des pratiques la plus tragique dans la gestion en cours concerne le surendettement vertigineux de notre pays par des prêts irréguliers et intempestifs et à tour de bras.

Depuis 2014, les salaires sont payés à travers des prêts bancaires et autres subterfuges dont la grande conséquence est l’aggravation d’une crise économique et financière aigue à laquelle seules les grandes institutions de l’Etat providence semblent échapper.

Paradoxalement, la loi de finances 2017 avait déjà amputé de moitié les allocations des secteurs sociaux de base et les investissements au nom de la rareté des ressources.

Pire, le projet de loi de finances 2018 que le régime de Issoufou Mahamadou cherche à imposer vaille que vaille au peuple nigérien, déjà meurtri dans sa chaire et dans sa peau, consacre une pression fiscale sans précédent dans les annales de l’histoire de notre cher pays.

Pendant ce temps, nous sommes au regret de constater une augmentation sauvage des fonds politiques du Chef de l’Etat, du Président de l’Assemblée Nationale et du Premier Ministre.

En effet :
Comment comprendre qu’après avoir méthodiquement :
Pillé les ressources de notre pays à travers les surfacturations grotesques, fantaisistes et sans limites des commandes de l’état ;
Braqué les comptes des sociétés d’état par des virements frauduleux, des ponctions permanentes irrégulières et des subventions illégales des fondations de toutes sortes ;
Multiplié par trois (3) les charges salariales de l’état par le recrutement de la totalité de sa clientèle politique à la fonction publique, dans les sociétés d’état et les projets ;
comment comprendre l’augmentation de près de 50% du tarif de l’électricité ;
comment comprendre l’augmentation de presque tous les impôts ;
comment comprendre l’institution de nouveaux impôts y compris pour les morts ;
comment comprendre enfin que ces braqueurs professionnels n’aient pas trouvé mieux que celui-là même qui a reconnu devant la commission parlementaire sa culpabilité dans le détournement criminel des 200 milliards de la SOPAMIN pour demander toute honte bue aux nigériens de nouveaux sacrifices.

Comme tout le monde le sait, désormais, le régime de Issoufou a lamentablement échoué.
Nigériennes, Nigériens, Chers Concitoyens de la Région de Niamey
La Coordination Régionale de Niamey du MODEN FA LUMUANA AFRICA rappelle à son Bureau Politique National son appel lancé lors de sa Conférence Régionale pour qu’il œuvre à obtenir le sursaut des forces vives de la Nation pour qu’elles redoublent de vigilance au regard de la gouvernance.
Nous n'avons droit ni au silence, ni à la passivité encore moins à la peur. Tous les Nigériens épris de progrès doivent s'engager dans le combat ultime pour le retour de la Démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays.

La Coordination Régionale de Niamey assure son Bureau Politique National et le FRDDR de la disponibilité permanente de ses militantes et militants, sympathisantes et sympathisants ainsi que de toutes les Nigériennes et de tous les Nigériens épris de paix et de progrès, pour le combat ultime contre le régime usurpateur de ISSOUFOU MAHAMADOU jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel normal. Il y va de la survie même de notre chère nation.
C’est pourquoi, la Coordination Régionale de Niamey du MODEN FA LUMANA AFRICA :
se battra pour la défense du parti, de ses idéaux et pour l’accession à la magistrature suprême de son Président Son Excellence Monsieur HAMA AMADOU, seul et unique candidat du MODEN FA LUMANA AFRICA ;
se battra pour l’égalité entre les citoyens ;
se battra pour la restauration et la défense de la démocratie au Niger ;
se battra pour le règne de la liberté, de la justice et du progrès pour tous.
La gravité de la situation commande l'Union Sacrée de toutes les forces vives de la Nation pour sauver ce qui reste de notre cher pays.

Car trop c’est trop.
Mesdames et Messieurs du PNDS Tarreya
Comme le disait NELSON MANDELA, « dans une lutte de libération, les moyens d’action dépendent de ceux de l’oppresseur »
Choisissez donc vos moyens, Mesdames et Messieurs du PNDS Tarraya.
Nous sommes prêts au MODEN FA LUMANA AFRICA à faire de même, et à visage découvert et non en nous cachant derrière une quelconque structure car, comme vous le savez très bien, nous n’avons pas peur de vous, même si le contraire est évident sans l’utilisation abusive de la force publique républicaine dans le combat politique qui nous oppose.
Le MODEN FA LUMANA AFRICA refuse d’être le souffre-douleur d’un parti-Etat qui a par lui-même réussi à faire l’unanimité contre lui.

VIVE LA COORDINATION REGIONALE DE NIAMEY,

VIVE LE MODEN FA LUMANA AFRICA,

VIVE LE FRDDR

VIVE LE NIGER

Fait à Niamey, le 04 novembre 2017

JE VOUS REMERCIE

Imprimer E-mail

Politique