Forfait Albarka

AMEN-AMIN : Les dissidents de Ladan Tchiana contre-attaquent !

 AMEN-AMIN : Les dissidents de Ladan Tchiana contre-attaquent !En décidant de l’exclusion du frondeur Mohamed M’Barek de ses rangs, les membres du bureau politique d’AMEENAMIN croyaient avoir définitivement réglé le problème de la fronde en cours. Sauf qu’ils ont commis une grosse erreur d’appréciation : Mohamed M’Barek s’il s’est rendu trop visible n’est pas seul. Il n’est pas aussi le seul mécontent dans les rangs d’AMEEN-AMIN puisqu’aussitôt sanctionné, il a réussi en un laps de temps à rallier autour de lui et donc à sa cause d’autre militants et non des moindres d’AMEEN-AMIN. De ce fait, lors de la lecture de la déclaration de son groupe, il était entouré d’au moins deux députés nationaux du parti, comme pour dire qu’il ne se laissera pas écraser facilement. Bien plus, Mohamed M’Barek et ses amis ne sont pas un petit groupe isolé comme on peut le croire. Ainsi, ils ont actionné la section AMEEN-AMIN de Tahoua, qui somme toute est entrée dans la danse en rendant publique une déclaration de retrait de confiance au président du Parti Oumarou Hamidou Tchiana. Autrement dit, les faits indiquent le début d’une grosse crise dans les rangs du parti de Ladan Tchiana à un moment ou celui-ci vient juste de quitter l’équipe gouvernementale à laquelle il appartenait depuis plusieurs années d’affilée.

De plus, Ladan n’était pas à prendre pour de la mauviette dans cette équipe puisqu’il justifiait des rangs et privilège d’un ministre d’Etat, soit un ministre susceptible d’assumer les fonctions du Premier ministre en cas d’absence de celui-ci. Pour revenir aux raisons de la crise, le clan Tchiana accuse le sieur M’Barek et désormais ceux qui l’y accompagnent d’attitude et comportements contraires aux intérêts de leur formation politique. Quant aux accusés, ils déplorent la gestion opaque du parti par son président Oumar Hamidou Tchiana, ses prises de décision individualistes et surtout hasardeuses dans le contexte qui est celui de la 7° Ré- publique. Ce sont d’ailleurs des tels propos qui font croire à certains observateurs que M’Barek et ses amis frondeurs seraient notamment « actionnés » par les « Guristes » actuellement aux affaires. Et s’ils le disent, quelques faits troublants le font croire : M’Barek lui-même est ressortissant de Tahoua ; il dispose déjà d’une riposte sur place et n’a pas déclenché son mouvement à la hâte et pourrait à cet effet tenir la ragée haute à Ladan Tchiana….. En attendant de suivre ce que sera la suite des évènements dans les rangs d’AMEEN-AMIN, le président du parti Oumar Hamidou Tchiana a le devoir de veiller à la cohésion générale dans les rangs et surtout devra prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour empê- cher que sa formation politique ne sombre comme d’autres sous l’effet de ce que l’on a appelé « le concassage ».

De toutes les façons, il est ainsi de la vie des partis politiques sous le Guri et Ladan doit se dire que son parti n’échappera pas cette fameuse règle depuis sa dernière prise de position ayant scellé son départ du gouvernement. Mais s’il faut croire ceux qui l’ont fréquenté « l’enfant terrible de Kollo» ne se laissera jamais ravir son parti politique par autrui. De l’électricité dans l’air !

Mato Mai Roumbou

25 novembre 2017
Source : Le Nouveau Républicain

Imprimer E-mail

Politique