Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Orange Lutte Traditionnelle  Niger

Forum national de la Sécurité et de la Défense : Vers l’élaboration de la Politique nationale de sécurité et défense (PNSD)

Le Centre National d’Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) organise depuis le 6 décembre 2017 un forum national de la Sécurité et de la Défense. C’est le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, qui a présidé la cérémonie d’ouverture dudit forum en présence du directeur du CNESS, le Général de Brigade Ibra Boulama Issa. L’objectif visé à travers ce forum est d’échanger sur les questions sécuritaires, notamment les menaces qui pèsent sur le Niger, les principes qui vont guider l’élaboration d’une Politique nationale de sécurité et de défense (PNSD) efficace et consensuelle, et enfin les défis à relever pour y parvenir.

D’après le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, “ce forum national regroupe pour la première fois des nigériennes et nigériens représentatifs de l’Etat, des Forces de Défense et de sécurité, des partis politiques et des différents secteurs sociaux de la Nation. « Cette approche inclusive vise à l’appropriation préalable des questions sécuritaires par les populations civiles, ce qui constitue un impératif de réussite pour toute politique publique de sécurité et de défense » a-t-il estimé avant d’ajouter que ce forum va consacrer le lancement officiel de l’élaboration de notre PNSD. Ce travail se déroulera selon un processus décliné en quatre phases distinctes d’initiation, d’ébauche, de conciliation et d’approbation. Le présent forum national constitue l’ultime étape de la première phase d’initiation, a noté M. Ouhoumoudou Mahamadou.

Parlant de la PNSD, il a souligné qu’elle visera à définir le cadre politico-militaire dans lequel les acteurs de la sécurité́ et de la défense puiseront les instruments de parade aux risques et menaces jugés attentatoires à la sécurité́ des personnes et de leurs biens, sur l’ensemble du territoire national. Elle fixera des priorités et des objectifs aux stratégies nationales sectorielles concourant à la sécurisation de la Nation telles que : la Stratégie militaire, la Stratégie de Sécurité́ Intérieure, la Stratégie de Lutte contre le Terrorisme, la Stratégie de Cyber sécurité, etc. Enfin, la Politique nationale de sécurité et de défense aura pour cible, d’abord la défense des intérêts fondamentaux et des valeurs centrales nationales telles que le territoire, la population, les institutions de la République, les ressources naturelles et les libertés publiques, et ensuite, la prise en compte de l’environnement géopolitique et des engagements internationaux auxquels le Niger a souscrits tels que la participation aux missions de maintien de la paix.

Pour le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République ce forum se tient à un moment où les attaques terroristes s’intensifient sur nos populations et nos forces de défense et de sécurité. En outre, le Niger et ses voisins connaissent des violences meurtrières perpétrées, au Nord Mali, par les groupes islamistes armés affiliés ou alliés à Al-Qaïda au Maghreb Islamique, dans le bassin du lac Tchad, par le groupe « État islamique en Afrique de l’Ouest » ou Boko Haram, et en Libye, par des groupes affiliés à l’État islamique et diverses milices. M. Ouhoumoudou Mahamadou a par ailleurs mentionné que le terrorisme et la criminalité organisée ont mis à rude épreuve nos capacités sécuritaires et mis en perspective nos faiblesses institutionnelles et organisationnelles. « Nous devons donc repenser nos politiques nationales de sécurité et de défense afin de relever les défis politiques, sécuritaires, et surtout militaires que pose cette situation sécuritaire. Tout en renforçant leurs capacités nationales, les pays sahélo-sahariens devront s’intégrer dans une approche sécuritaire régionale axée sur le partage des renseignements et la mutualisation des ressources », a-t-il suggéré.

C’est pourquoi, ajoute-t-il, le Niger souscrit pleinement à toute démarche régionale œuvrant à la protection des populations et de leurs biens, à la création de conditions favorables du développement socio-économique avant de rappeler l’engagement actif du Président de la République et Chef suprême des Armées, SE Issoufou Mahamadou, pour l’opérationnalisation rapide de la force conjointe du G5 Sahel. « La récente opération militaire « HAWBI », menée dans le fuseau centre avec environ 750 soldats du Burkina Faso, du Mali et du Niger, marque la détermination de nos pays à avoir les moyens pour assurer notre propre sécurité. Cette opération a permis de mesurer l’ampleur des défis opérationnels, notamment dans les domaines de la logistique et des communications, a-t-il conclu.

Auparavant, le directeur du CNESS, le Général de Brigade Ibra Boulama Issa a rappelé qu’après un an de fonctionnement, le bilan des activités du CNESS est satisfaisant, même s’il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux multiples attentes. Ce gap, dit-il, s’explique par la jeunesse du centre et l’insuffisance des moyens initiaux. Toutefois, ceci n’a pas été un handicap majeur pour le centre, car beaucoup de choses ont été réalisées notamment des colloques, des sessions de formation et l’accueil de plusieurs personnalités au siège. Par ailleurs, il a indiqué que le CNESS est né dans un contexte sécuritaire marqué par le terrorisme islamiste et la criminalité organisée, auxquels s’ajoutent des fragilités structurelles et conjoncturelles. Aussi, dans une vision prospective, le Niger s’est doté d’un centre d’anticipation et de veille stratégique qui rassemble au moins trois types d’expérience : l’Administration, l’Armée et l’Université.  

Le CNESS a pour mission de mener, en relation avec les services et institutions concernés, des analyses et des études prospectives permanentes sur les enjeux stratégiques de la vie nationale et internationale. A ce titre, il est chargé, entre autres, d’effectuer des études prospectives, de procéder à une évaluation globale des questions sécuritaires et stratégiques et de mener des réflexions dans le domaine des relations internationales, des questions de défense et de sécurité́, leur évolution et leur implication sur le développement national. En ce qui concerne les activités du CNESS, elles se réfèrent toutes au Plan d’orientation stratégique 2017-2019. Cette feuille de route s’articule autour de trois axes stratégiques qui sont le développement des capacités institutionnelles et la mobilisation des ressources du CNESS (axe 1), le développement des études et de la recherche (axe 2), et le développement de la formation (axe 3). Le directeur général du CNESS a enfin souligné que pour chaque axe stratégique, le CNESS mettra en œuvre des programmes et mènera des études sur les questions sécuritaires à l’échelle nationale et à l’échelle sous-régionale dans le cadre de partenariats.

Laouali Souleymane(onep)

09 décembre 2017
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique