La fusion des partis politiques au Niger : le MPN Kishin Kassa accueille deux formations politiques

La fusion des partis politiques au Niger : le MPN Kishin Kassa accueille deux formations politiquesLancé le 8 novembre 2015 après l’exclusion de son président du PNDS, Le Mouvement Patriotique Nigérien, MPN Kishin Kassa n’a depuis lors cessé de faire parler de lui. Le parti que ses militants appellent Yacoubia, en référence au nom de celui qui l’a fondé, l’ex colonel de douane et altère mondialiste Ibrahim Yacouba, a récemment fusionné avec le PUND Salama de Akoli Dawel et le RSV Niima de Adamou Garba.

 L’annonce a été faite lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Centre Culturel Oumarou Ganda de Niamey, le jeudi 28 décembre 2017. Une résolution a été adoptée à l’occasion, dans lequel le Bureau Politique National du MPN accepte d’accueillir en son sein les militants des deux partis venus taper à sa porte.

Le Bureau politique National du MPN KIISHIN KASSA décide qu’à compter de ce jour, les militants de ces trois partis deviennent les militants d’une seule et unique formation politique avec les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes engagements. C’est ce que dit en substance le communiqué rendu public à l’issu de cette cérémonie.

Interrogé sur une radio privée de la capitale, M. Amadou Boubacar, Docteur en droit constitutionnel, a expliqué que la fusion entre partis politiques n’est pas interdite par la loi, ni par la charte des partis au Niger. Il a poursuivi en disant que ce sont des partis qui partagent la même idéologie, les mêmes visions qui se mettent ensemble pour devenir un. Dans ce cas, ou ils créent un nouveau parti, ou ils acceptent de continuer à militer dans un des partis en fusion comme c’est cas avec Kishin Kassa. L’un dans l’autre, ils créent une nouvelle direction.

Pour rappel le PUND Salama est né aux premières heures de la démocratie et du multipartisme au Niger. Sa disparition au profit d’un parti qui pourrait être le benjamin de ses enfants est donc une chose sur laquelle plus d’un Nigérien s’interroge. Ces interrogations se posent également au sujet du RSV Niima. Quelle est cette mode qui veut que des leaders connus depuis la nuit des temps sur l’échiquier politique national dissolvent leurs partis au profit de formation politiques qui soufflent à peine deux ou trois bougies ? Le 15 octobre 2017 déjà, c’étaient les partis « MURNA Fara’a » du Ph. D Mamoudou Djibo et « PLD Haut Niveau » de M. Abouba Ganda qui étaient partis se fondre dans le jeune MPR Jamhuriya de Abouba Albadé.

L’arrivée des nouveaux militants de Kishin Kassan a été officiellement célébrée lors de l’anniversaire du parti qui a eu lieu le dimanche 31 décembre à Dosso. Sur les réseaux sociaux, des militants ont publié : « 03 partis ont rejoint Kiishin Kassa, 05 autres en cours, 2021 se prépare maintenant ».

Les Nigériens, eux, sont très favorables à ces fusions des partis politiques qui ont au moins le mérite de diminuer leur nombre. Selon Dr Amadou Boubacar, au Niger, il existe environ 100 partis politiques même si la plupart ne se réduisent qu’à leurs bureaux politiques alors que la charte exige que chaque parti soit représenté dans cinq régions du pays au moins. Vivement donc d’avantage de fusions.

05 janvier 2018
Source : http://nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Politique