Forfait Albarka - Orange Niger

Après la journée «écrans noirs» au Niger, le gouvernement s'explique

Le ministre des Finances, M. Massaoudou HassoumiPlus d'une dizaine de médias radios et télés mais aussi presse écrite ont décidé de ne pas diffuser leurs programmes habituels lundi 5 février afin de protester contre les pressions, les agressions contre les journalistes ou encore les confiscations de matériel. Ils dénoncent surtout une opération de contrôle de comptabilité lancée par les autorités. Elle porte non seulement sur l'année en cours, mais aussi sur les quatre années écoulées. 

Inquiets face à cette opération de contrôle fiscal, plusieurs patrons de presse dénoncent une tentative de museler la presse. Ismael Alassane Abdoulaye, directeur du groupe Canal 3, fait partie de ceux qui ont suivi le mot d'ordre lancé aux médias. « La journée a été bien suivie », se félicite-t-il d'abord, « mon groupe de presse, la radio télévision Canal 3 Niger a suivi, parce que c'est la défense des intérêts de toute la presse nigérienne ». « Nous avons des inquiétudes au vu de tout ce qui se dresse devant nous avec tout ce que nous avons cité dans notre plateforme. Nous allons faire le point, voir à quel niveau nous sommes et ce que nous allons faire. Si nos revendications sont prises en compte, il n'y a pas de raison qu'on ne cesse pas le mot d'ordre. »

Le ministre des Finances, Hassoumi Massaoudou, assure de son côté que chaque situation sera examinée « au cas par cas ». « Pour le moment, il s'agit juste de l'amont de la procédure. Evidemment, loin de nous l'idée de faire en sorte que la presse soit éteinte. Il va de soi que nous sommes déterminés à ce que tout le secteur tienne une comptabilité de manière à être fiscalisé normalement. Pour le moment, il s'agit d'un contrôle de comptabilité, nous verrons ensuite quelle décision nous prendrons. Nous regarderons cela de plus près de manière à ce que cela n'entraîne pas la fin de la presse indépendante et libre. Evidemment que nous ne prendrions pas cette décision-là. »

06 février 2018
Source : http://www.rfi.fr/afrique/

Imprimer E-mail

Politique