SIM Aminchi 0range

Point de presse du Mouvement des Jeunes pour l'Émergence du Niger (MOJEN) du 14 Avril 2018

MOJEN Point de presse 14 04 2018Le MOJEN prend à témoins l’opinion publique nationale et internationale sur le schéma en cours d’exécution qui donnerait une carte blanche aux gouvernants de réprimer toute voix contestatrice et qui se donnerait même s’il le faut, le droit de vie ou de mort sur des paisibles citoyens par la moindre faute ou tout simplement si votre tète ferait partie du genre indésirable.

En effet, comment comprendre ?

Que le journaliste nigérien Baba Alpha soit expulsé hors de son pays le Niger en violation flagrante des droits de l’homme.

Que les manifestations soient systématiquement interdites en violation flagrante de la constitution du 25 Novembre 2010 (Art 32) ;

Que les acteurs de la société civile soient arrêtés et emprisonnés depuis le 25 Mars 2018 suite à une manifestation pacifique contre les mesures impopulaires contenues dans la loi des finances 2018, la mal gouvernance et l’hypothèque de la souveraineté nationale.

Que le mercredi 28 Mars 2018, le lendemain de la déclaration du MOJEN demandant la libération desdits acteurs arrêtés, en rentrant chez moi aux environs de 22h mon voisin (technicien à la Radio Alternative) m’exposa qu’il vient d’être enlevé par des hommes inconnus lourdement armés, qu’ils l’ont entourés et lui intimider l’ordre de les suivre et coopérer sans y résister (celui-ci a saisi une autre instance des droits de l’homme).

Que lors de son interrogatoire par ces hommes, mon voisin a été contraint de répondre à des questions sur ma personne ;
Que tous ces précédents laissent entrevoir sans ambages que c’est ma personne qui est recherchée, sans doute sur la base d’une fausse dénonciation ;

Que dans leur acharnement à déstabiliser le MOJEN et ma personne, des propos malsains et des allégations grossières à l’égard de ma personne ;

Que mieux, une publication sur les réseaux sociaux (Internet/Facebook) a permis de constater dans un article de la matinée du 11 avril 2018 par un certain Abdoulaye Diallo dit Pedro dont je cite.. Harcèlement sur fond des tissus de mensonges des agents des renseignements généraux sur la grande femme de Hama Amadou, la paisible citoyenne Hadjia Hari Hama. Ils ont rapporté à leurs patrons des fausses informations sur un lien qu’ils ont eu établi entre Hari et l’acteur de la société civile Siradji Issa et une femme militante de Lumana, juste pour nuire à la bonne dame mais Dieu est grand…. Fin de citation
Que de telles dénonciations diffamatoires et calomnieuses dont nous avions été victime comme en 2015, 2016, 2017 quand nous avions été accusé de complot contre la sureté de l’Etat, constituent des fausses accusations et portent gravement atteinte de manière permanente à notre organisation, mon image, mon honneur, ma réputation et ma dignité.

C’est pourquoi après consultations avec mon avocat nous avions porté plainte contre X devant le procureur de la Republique près le tribunal de grande instance hors classe de Niamey le Jeudi 12 avril 2018.
Il est désormais très clair que nous sommes dans un régime du type stalinien basés sur le complot, l’exclusion, la corruption et le favoritisme.
Conscients de ces dérives autoritaires, le MOJEN ne peut rester insensible à la situation d’une extrême gravité que traverse notre pays depuis la mascarade électorale de 2016.
C’est pourquoi, le MOJEN exige du gouvernement :

  •  La révision des certaines mesures de la scélérate loi des finances 2018 ;
  • L’annulation, pure et simple, de l’arrêté du ministre de l’intérieur faisant état d’expulsion du journaliste nigérien Baba Alpha hors de son pays le Niger ;
  • La libération immédiate et sans condition de tous les acteurs de la société civile et d’autres détenus lors de la dernière manifestation lâchement violenté par les FDS
  • Exige la démission du Ministre de la Justice Morou Amadou pour refus d’exécuter les différentes décisions de la justice, notamment la décision faisant état de réouverture des locaux de la Radio et Télévision Labari ;

En outre, le MOJEN appelle les citoyens à rester mobiliser pour continuer la lutte contre les dérives autoritaires afin de contrecarrer cette loi de finance impopulaire et barrer la route une fois de plus aux fossoyeurs de la démocratie dans notre pays.

Et afin, le MOJEN invite l’ensemble des nigériens à prendre part massivement à toutes les manifestations pacifiques que projetteront les organisations de la société civile, les partis politiques de l’opposition, de non affiliés pour la restauration de la démocratie, de l’Etat de droits dans notre pays.

Qu’Allah nous préserve du gangstérisme politique en cours dans notre pays Amine

Fait à Niamey, le 14 Avril 2018
Je vous remercie
​​
Le Président du BEN/MOJEN

SIRAJO ISSA

Imprimer E-mail

Politique