Sommet extraordinaire du G5 Sahel à Nouakchott en présence du Président français : L’opérationnalisation de la Force conjointe et le Programme d’Investissement Prioritaire à l’ordre du jour

Sommet extraordinaire du G5 Sahel à Nouakchott en présence du Président français : L’opérationnalisation de la Force conjointe et le Programme d’Investissement Prioritaire à l’ordre du jourLes cinq Chefs d’Etat du G5 Sahel dont SEM Issoufou Mahamadou, président en exercice de ladite organisation, se sont réunis en session extraordinaire le 2 juillet en fin d’après-midi, à Nouakchott, en Mauritanie, au Collège de défense du G5 Sahel (Ecole de guerre), en présence du Président français, SEM Emmanuel Macron.

La rencontre a été organisée en marge de la 31ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), qui s’est achevée le même jour en fin d’après-midi. Lors d’une conférence de presse avant cette réunion, le Président en exercice du G5 Sahel SEM Issoufou Mahamadou a indiqué qu’ils vont se pencher sur deux sujets, à savoir l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel et le Programme d’Investissement Prioritaire.

Les dirigeants du G5 Sahel ont décidé de mettre en œuvre ce programme car il y a toujours une liaison étroite entre les questions de sécurité et celles de développement, a expliqué SEM Issoufou Mahamadou. « Nous nous battons sur le plan militaire pour battre le terrorisme, ce qui constitue une solution à court terme. Mais à long terme la solution, c’est le développement économique et social, car c’est sur le terreau de la pauvreté que naît le terrorisme», a déclaré le Chef de l’Etat.

La France, rappelle-t-on, soutient l’initiative de l’Union Africaine qui propose un mécanisme conjoint avec les Nations Unies pour l’organisation et le financement d’opérations africaines de maintien de la paix. Lors d’un déjeuner de travail interactif, lundi après-midi, avec M. Emmanuel Macron, les dirigeants africains ont examiné le financement des opérations de soutien à la paix sous conduite de l’Union Africaine, autorisées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, rappelle-t-on.

Dimanche 1erjuillet, le Président de la République, répondant à des questions de la presse nationale et internationale, a condamné les attaques terroristes contre les forces de défense et de sécurité dans l’espace du G5 Sahel. « Ces attaques doivent renforcer notre détermination à pour poursuivre le combat contre le terrorisme et le crime organisé pour assurer la sécurité de nos territoires et de nos populations», a-t-il souligné.

La MINUSMA étant une force de maintien de la paix, non dédiée à la lutte contre le terrorisme, les pays du G5 Sahel ont décidé de mettre en place une Force Conjointe qui essaie de juguler cette menace en collaboration avec la force BARKHANE, a expliqué SEM Issoufou Mahamadou. « Cette force est opérationnelle avec les propres ressources des Etats membres et ceux-ci cherchent maintenant à créer les conditions pour la mobilisation des ressources qui ont été promises en février dernier à Bruxelles », a-t-il rappelé.

« Nous sommes en train de chercher à mettre en place une source de financement pérenne pour cette Force », a dit le Président du G5 Sahel, affirmant que « nous allons continuer le plaidoyer au niveau du Conseil de Sécurité pour que cette force soit placée sous le chapitre 7 des Nations Unies ».

Abdourahmane Alilou AP/PRN

04 juillet 2018
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique