Le Chef de l’Etat reçoit les présidents des parlements des pays du G5 Sahel et le président du parlement européen

Le Président de la République, Chef de l’Etat SE Issoufou Mahamadou a reçu en audience hier après midi les présidents des parlements des pays du G5 Sahel avec le vice-président de la commission des Affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale Française, président du groupe d’Amitié France-Niger, M. Jaques Maire et le président du parlement européen M. Antonio Tadjani.

A l’issue de la première audience le président de l’Assemblée Nationale du Mali, SE Issaka Sidibé a indiqué avoir échangé avec le Chef de l’Etat sur la question sécuritaire dans l’espace du G5 Sahel. Il a noté avoir fait adopter une résolution au cours de leurs travaux relativement aux problèmes sécuritaires dans le Sahel.

Pour sa part, M. Jaques Maire a souligné que l’initiative qui a été évoquée par le président de l’Assemblée Nationale malienne est née il y a maintenant six (6) mois et a progressivement pris son ampleur. Elle a été présentée au Président de la République par les cinq (5) parlements du G5 Sahel et par le représentant du parlement français. Il a précisé que l’idée est simplement de faire en sorte que les parlements utilisent leurs prérogatives et le pouvoir que leur confère la Constitution afin d’aider le G5 Sahel à réussir à travers une meilleure gouvernance, par une grande proximité avec les besoins des populations, et aussi à faire en sorte que le parlement ait un droit de regard à la fois sur les sujets de coopération militaire et de développement. « Le sujet a été évoqué profondément avec le Président de la République et il y a un consensus absolu sur la valeur ajoutée que peuvent apporter les parlements à cette dynamique», a déclaré M. Jaques Maire.

A l’issue de la seconde audience, qu’il a accordée au président du parlement européen, le Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou a déclaré que l’initiative du président du parlement européen est une très bonne démarche et son arrivée au Niger coïncide d’ailleurs avec la présence des cinq(5) présidents des parlements des pays du G5 Sahel. «Ensemble nous allons pouvoir échanger avec le président du parlement de l’Union européenne sur les questions prioritaires qui préoccupent les pays du Sahel», a-t-il confié. Le Chef de l’Etat a précisé ensuite que ce sont des questions relatives à la sécurité, à la migration, et au développement du fait qu’il y a désormais un lien étroit entre les questions de la sécurité, de la migration et du développement. En effet, le Président de la République a rappelé que l’Union européenne est le premier bailleur de fonds des pays du Sahel et en particulier du Niger. Concernant notre pays, il a souligné que l’Union

Européenne soutient le Niger dans les domaines de la sécurité, de la sécuritaire alimentaire, des infrastructures, et des secteurs sociaux de base comme l’éducation et la santé.

Parlant de l’éducation, le Chef de l’Etat a mis un accent particulier sur l’éducation de la jeune fille. Il a souligné que l’objectif de notre pays est de créer les conditions de la transition démographique. «Nous avons une croissance démographique exponentielle, nous avons un taux de croissance de notre population de 4% chaque année. C’est intenable, c’est ingérable. Nous avons un taux de fécondité élevé, il faut créer les

conditions de la transition démographique et l’Union Européenne nous aide en particulier dans le secteur de l’éducation, notamment dans l’éducation de la jeune fille qui doit être maintenue à l’école le plus longtemps possible jusqu’à l’âge de 16 ans, afin d’éviter le mariage précoce, et éviter les grossesses précoces», a déclaré le Chef de l’Etat. Revenant sur la question sécuritaire, SE Issoufou Mahamadou a notifié que l’Union européenne soutient la Force Conjointe du G5 Sahel qui se bat contre le terrorisme et les crimes organisés. Il a exprimé le souhait que ce soutien se renforce en particulier sur le plan diplomatique par rapport à la mise sous chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, et par rapport à la nécessité d’asseoir un financement pérenne afin que cette force continue à être opérationnelle sur plusieurs années.

S’agissant du développement économique, il a mentionné que l’Alliance pour le Sahel a décidé de soutenir l’ensemble des pays du Sahel en particulier dans les zones frontalières fragiles dans les secteurs qui sont prioritaires en matière d’infrastructures, en matière de résilience, et en matière de développement humain. Le Chef de l’Etat a annoncé la tenue d’une conférence très prochainement, vers la fin de l’année sur le plan d’investissements prioritaires du G5 Sahel.

Répondant à la question des investissements des entreprises européennes pour éviter la migration des Africains vers l’Europe, SE Issoufou Mahamadou a rappelé que c’est une solution importante du fait qu’il a été décidé à la Valette lors de la réunion entre l’Europe et l’Afrique, de s’attaquer ensemble aux causes profondes de la migration clandestine. Et, l’une des causes profondes, c’est la pauvreté. Selon lui, il est important qu’une lutte énergique soit menée contre la pauvreté, cela suppose non seulement des investissements publics, mais aussi des investissements privés. C’est dans ce cadre que le président du parlement européen a eu l’initiative d’amener des investisseurs privés, parce que quand on voit le volume des ressources nécessaires dont les pays du G5 Sahel ont besoin pour réaliser les objectifs du développement durable d’ici 2030, on se rend compte que seul le secteur privé peut permettre à nos Etats d’atteindre la totalité des objectifs. Certes, il y a les ressources publiques nationales, l’aide publique au développement, mais il y a également le transfert des ressources qui sont opérées par les migrants migrant de manière légale. «Tout cela n’est pas suffisant, il faut nécessairement un investissement massif du secteur privé», a conclu SE Issoufou Mahamadou.

Quant au président du parlement européen, SE. Antonio Tadjani, il a indiqué que le Niger est un pays qui partage avec l’Union Européenne le problème de migration. C’est un pays, dit-il, où l’Europe veut investir encore plus. En outre, il a expliqué avoir discuté avec le Chef de l’Etat, de ce que l’Union européenne peut faire dans les prochains mois, dans les prochaines années, aussi pour essayer d’augmenter le financement dans le cadre de l’éducation de la jeune fille. Il a confié avoir également abordé avec le Chef de l’Etat, la question de la croissance économique. C’est pourquoi, ils encouragent la présence des entreprises européennes pour renforcer l’économie du Niger dans un partenariat profitable aux différentes parties. SE Antonio a indiqué avoir évoqué aussi avec le Chef de l’Etat, le sujet relatif aux infrastructures dans la région d’Agadez. La Commission de l’Union Européenne va aider le Niger dans ce domaine, a-t-il rassuré. Il a réaffirmé le soutien de l’Union Européenne d’aider la région du Sahel à relever le défi dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Laouali Souleymane(onep)

18 juillet 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique