Atelier de concertation stratégique CILSS- G5-Sahel : Vers un partenariat dynamique entre les deux institutions

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba a présidé le 10 Août dernier, au Centre Régional d’Agrhymet, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de concertation sur la convergence entre les orientations définies dans le Plan Stratégique 2020 du CILSS et les objectifs de la stratégie pour le développement et la sécurité du G5-Sahel. L’objectif assigné à cette rencontre est d’aboutir à une feuille de route pour la mise en œuvre des actions communes en matière de résilience entre ces deux Institutions.

Ces assises qui dureront deux jours permettront aux participants d’examiner des points importants dans le cadre de l’Accord-cadre de Coopération et aussi d’envisager la mutualisation des efforts avec d’autres Organisations Intergouvernementales, dans la mise en œuvre commune des actions en matière de résilience. Dans son allocution d’ouverture, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a d’abord salué cette initiative qui, a-t-il dit, vient à point nommé. En effet, a relevé le ministre d’Etat Albadé Abouba, les pays sahéliens sont actuellement couverts par la saison des pluies avec ses séries de catastrophes naturelles, mettant ainsi en évidence la fragilité écologique et les défis de développement économique et social dans cet espace. A ce contexte difficile, a-t-il poursuivi, s’ajoute l’insécurité persistante qui engloutit d’importantes ressources qui auraient pu être consacrées par les Etats et les Partenaires aux actions de développement.

Une collaboration plus soutenue et mieux articulée entre le CILSS et le G5 Sahel, a estimé M. Albadé Abouba, se pose désormais comme une nécessité qui participe d’une recherche accélérée pour une transformation inclusive et durable de notre espace, par la synergie d’actions et la mutualisation des moyens. Le G5-Sahel, a-t-il rappelé, est doté depuis mai 2016, d’une Stratégie pour le Développement et la Sécurité (SDS) lui permettant ainsi de contribuer au développement socio-économique de notre espace du Sahel, par une croissance inclusive et soutenue dans un environnement sécurisé. S’agissant du CILSS, le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture a indiqué que cette institution œuvre depuis bientôt 45 ans, auprès des populations sahéliennes et Ouest africaines, pour le renforcement de la résilience et le développement socio-économique.

L’expertise et la notoriété du CILSS qui font désormais autorité au-delà du Sahel, sont même recherchées et convoitées par d’autres organisations communautaires en Afrique et ailleurs. Il est donc tout à fait normal, nécessaire et urgent, a soutenu M. Albadé Abouba, que cette institution et le G5 Sahel, notamment à travers l’axe «Résilience et Développement Humain », mutualisent leurs compétences et leurs intelligences, pour contribuer résolument et plus efficacement à l’amélioration des conditions de vie des populations, à la lutte contre la pauvreté, le terrorisme, l’extrémisme violent ainsi qu’à l’instauration d’une paix durable dans l’espace commun. «C’est pour faire face à tous ces défis qui assaillent nos Etats membres, notamment en matière de déficit en infrastructures sociales de base, d’insécurité alimentaire et de développement humain, que les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont décidé de cette mutualisation des actions de ces deux institutions, en vue de l’amélioration des conditions de vie des populations des zones d’intervention, en priorisant les couches les plus vulnérables que sont surtout les femmes et les jeunes », a expliqué le ministre d’Etat en charge de l’Agriculture. Aussi, il s’est réjoui de la signature le 5 février 2018, entre le G5-Sahel et le CILSS d’un Accord-cadre de coopération qui symbolise l’amorce d’une coopération dynamique et fructueuse entre ces deux organisations, dans les domaines déterminés par leurs compétences respectives.

Auparavant, le Secrétaire Exécutif du CILSS, Dr Djimé Adoum a souligné les objectifs assignés à cette concertation qui sont entre autres : de faire le point et d’identifier les axes de convergence entre la Stratégie pour le Développement et la Sécurité du G5 Sahel et les missions régaliennes dévolues au CILSS ; de faire le point et une lecture commune des initiatives, stratégies et priorités de développement au niveau régional et dans les Etats membres du G5 Sahel afin d’identifier de manière plus précise les axes stratégiques sur lesquels les deux organisations pourraient s’appuyer pour contribuer conjointement au renforcement de leur coopération technique.

Pour sa part, le représentant du G5-Sahel, M. Kouldjim Guido, a réaffirmé l’engagement de l’institution à renforcer le partenariat de coopération dynamique avec le CILSS sur les questions liées à la résilience et à la sécurité alimentaire des populations vivant dans les zones transfrontalières des pays du G5 Sahel. Ceci souligne-t-il, sera la précieuse contribution du G5-Sahel à l’instauration de la sécurité et de la paix dans cet espace. « Les pays du G5 Sahel sont convaincus que seule une action commune et concertée est à même de relever ces défis, et que l’intégration régionale et la solidarité entre Etats sont les préalables indispensables pour l’exploitation de leurs potentialités et le renforcement de leur résilience », a déclaré M. Kouldjim Guido, représentant du G5-Sahel.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

13 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer