Fin de la visite de travail et d’amitié du Président de la République à Berlin, en Allemagne : Raffermissement des relations entre Niamey et Berlin

Fin de la visite de travail et d’amitié du Président de la République à Berlin, en Allemagne : Raffermissement des relations entre Niamey et BerlinLe Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier dans l’après-midi, de retour de Berlin en Allemagne où il a effectué une visite de travail et d’amitié. A sa descente d’avion à l’Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef de l’Etat a été accueilli au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, avant de recevoir les honneurs militaires. Le Chef de l’Etat a été ensuite salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement, ainsi que par plusieurs autres personnalités civiles et militaires.

Au cours de cette visite, SE Issoufou Mahamadou a eu, le mercredi 15 Août dernier, un entretien avec la Chancelière Allemande, Mme Angela Merkel sur des sujets relatifs à la coopération bilatérale, mais aussi ayant trait aux préoccupations communes au G5 Sahel, à l’Allemagne et à l’Europe, notamment le financement du développement, la sécurité, la migration illégale.

Lors d’un point de presse conjoint animé par le Président Issoufou et la Chancelière allemande, à l’issue d’un premier tête-à-tête, le Chef de l’Etat a fait une intervention remarquable dans laquelle il a adressé ses vifs remerciements à la Chancelière Madame Merkel, pour l’aimable invitation qu’elle a bien voulu lui adresser. « Je la remercie également pour l’excellent accueil et la généreuse hospitalité dont ma délégation et moi-même avons fait l’objet depuis notre arrivée dans cette belle ville de Berlin. Je tiens en outre à la féliciter pour sa réélection et pour avoir réussi à mettre en place une grande coalition à l’issue des dernières élections législatives», a ajouté le Chef de l’Etat.

L’excellence des relations entre Niamey et Berlin est plus qu’évidente. « En effet, à l’issue de l’entretien que nous venons d’avoir, je constate une parfaite identité de vue entre nous sur toutes les questions abordées, qu’il s’agisse de la sécurité, de la migration ou du développement », s’est réjoui le Président Issoufou, qui dit avoir saisi cette occasion pour informer la Chancelière sur l’évolution de la situation sécuritaire dans le bassin du lac Tchad et dans le Sahel ainsi que sur la question libyenne.

Relativement à la situation dans le bassin du lac Tchad, le Chef de l’Etat s’est réjoui du travail de la Force Mixte Multinationale mise en place par le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad. «Cette force fait un excellent travail. Boko Haram est affaibli même s’il fait encore montre d’une certaine résilience. Dans le sahel, la Force Conjointe du G5 Sahel est quasi opérationnelle. Elle a déjà mené avec succès plusieurs opérations dans le fuseau centre au niveau des trois frontières Mali, Niger et Burkina Faso », a précisé le Président Issoufou.

Le Chef de l’Etat a remercié la Chancelière pour le soutien appréciable apporté à la Force Conjointe en matière de formation, d’équipements et d’infrastructures pour le soutien au Collège de Défense et à l’Académie de police du G5 Sahel ainsi qu’à la Minusma, mais aussi aux forces de défense et de sécurité du Niger. Toujours dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le Président de la République a sollicité le soutien de l’Allemagne pour que la Force Conjointe G5 Sahel soit placée sous le Chapitre 7 de la Charte des Nations Unies et pour qu’elle ait un financement pérenne et prévisible. En effet, l’Allemagne sera membre du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020. «Par ailleurs nous souhaitons le soutien de l’Allemagne dans la lutte contre le crime organisé, notamment le trafic de drogue qui est une des sources de financement du terrorisme», a ajouté le Chef de l’Etat.

La situation en Libye a été aussi évoquée lors de cet entretien entre Issoufou et Merkel. Pour le président Issoufou la stabilisation de la Libye est une des conditions à la stabilisation et à la sécurité des pays du Sahel. «L’Allemagne et l’Europe peuvent et doivent jouer un rôle de premier plan pour une sortie de crise rapide en Libye. C’est dans leur intérêt, car la restauration de l’Etat en Libye sera d’une grande utilité dans la lutte contre la migration clandestine qui préoccupe tant les Européens», a-t-il estimé.

Par rapport à la migration, le Chef de l’Etat a salué le leadership de la Chancelière sur cette question. «La Chancelière a une conscience très forte de l’étroite liaison qui existe entre migration, sécurité et développement. Elle est très fortement convaincue qu’il faut s’attaquer aux causes profondes de la migration clandestine que sont notamment la pauvreté et l’insécurité», a déclaré le Président Issoufou.

Pour le Chef de l’Etat, la vraie réponse à la migration clandestine se trouve dans la création d’emplois pour les jeunes. «Cela suppose des investissements importants non seulement dans l’agriculture mais aussi dans l’industrie. Cela suppose que l’Afrique cesse d’être un simple réservoir de matières premières. Cela suppose une forte mobilisation des ressources : ressources internes des Etats, ressources des différentes diasporas, l’APD et les IDE», a estimé le Chef de l’Etat.

C’est dans cette perspective que le Président Issoufou a salué la mise en place du Plan Européen d’investissement extérieur, l’initiative allemande le Compact with Africa. Du reste, dans la perspective d’une création massive d’emplois pour les jeunes que se font les efforts d’intégration en cours sur le continent notamment la mise en place de la ZLEC Africaine. Le Chef de l’Etat s’est félicité du soutien de la Chancelière dans la mise en œuvre du plan de lutte contre la migration clandestine. Il a évoqué les résultats remarquables dans la réduction du flux des migrants irréguliers en transit par le Niger. «Depuis 2016 ce flux a été réduit de 90%, passant de plus de 100,000 migrants par an, à moins de 10,000», a déclaré le Chef de l’Etat. Il a enfin tenu à préciser que l’Allemagne fait partie des membres fondateurs de l’Alliance pour le Sahel dont l’ambition est de soutenir les pays de la région dans les secteurs prioritaires de développement comme l’éducation et l’emploi des jeunes, le développement rural, l’agriculture et la sécurité alimentaire, l’énergie et le climat, la décentralisation et les services de base, la gouvernance et la sécurité intérieure.

Assane Soumana(onep)

17 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer