Manifestation du 9 septembre 2018 : La société civile mobilise l’opposition

Manifestation du 9 septembre 2018 : La société civile mobilise l’oppositionEn prélude à sa manifestation du 9 septembre 2018, le cadre de concertation et d’actions citoyennes a entamé une campagne de mobilisation des structures politiques afin de donner plus d’éclats à l’événement. Structures syndicales et partis politiques ont constitué la principale cible des organisations de la société civile. En adhérent à la cause du cadre, l’opposition espère telle atteindre ses fins via la société civile ? Le doute plane autour des réelles motivations de celle-ci.

Le 16 Août dernier à l’occasion de son point de presse, le cadre de concertation a annoncé son intention de poursuivre la lutte contre la loi de finances et la mal gouvernance. Les leaders en ont aussi profité pour annoncer leur ferme engagement à jouer un rôle déterminant dans la défense des droits humains et des valeurs de la démocratie. Et de toute vraisemblance, c’est dans cette optique qu’elle a initié des concertations avec les partis politiques.

Cette posture de la société civile est perçue comme une réplique au régime suite non seulement à l’incarcération des principaux leaders jugée arbitraire mais aussi aux interdictions des fameuses journées d’actions citoyennes. Les leaders de la société civile compteraient prouver à l’opinion publique le caractère impersonnelle de la lutte qu’elle mène contre la loi de finances depuis décembre 2017 malgré la stigmatisation dont elle fait l’objet, clame t-on dans les milieux proches des organisations. Difficile de croire à cette logique du fait de la connivence des activistes de la société civile avec l’opposition politique dont le combat demeure indissociable.

Sur le registre des rencontres, les leaders de la société civile ont privilégié seulement deux fronts politiques. Après des échanges avec le Front patriotique dirigé par le Président Ibrahim Yacouba, la société civile a rencontré en début de semaine le Front démocratique et républicain, branche radicale de l’opposition politique.

Ces rencontres font peser des doutes sur la sincérité du combat. Car la démarche n’as pas été inclusive, s’indigne les observateurs avertis. Le cadre de concertation a préféré deux fronts de l’opposition alors qu’un combat citoyen doit être inclusif.

M.H 

30 août 2018
Source : L’Actualité

Imprimer E-mail

Politique