Cérémonie de remise de distinction à l’Ambassadeur du Sénégal au Niger : S.E Abdou Khadir AGNE fait Commandeur dans l’ordre du mérite du Niger

L’Ambassadeur du Sénégal au Niger S.E Abdou Khadir AGNE est en fin de mandat dans notre pays. En pareille circonstance, le diplomate sénégalais a été fait Commandeur dans l’ordre du mérite du Niger. C’est la ministre Déléguée aux Affaires étrangères, chargé de l’Intégration Africaine Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga qui lui a remis la médaille au cours d’une cérémonie organisée mardi dernier, dans le jardin du ministère des Affaires Etrangères, devant un parterre d’invités dont des députés nationaux ; des membres du gouvernement ainsi que la grande famille du corps diplomatique.

Unis par l’histoire, le Niger et le Sénégal mènent des actions communes dans divers domaines d’intérêt majeur pour les deux peuples respectifs. Pour la ministre déléguée chargée de l’Intégration africaine la coopération entre les deux pays touche plusieurs domaines dont l’enseignement supérieur et les télécommunications. Dans cette optique, le Niger et le Sénégal mutualisent leurs efforts dans le cadre de l’Ecole Supérieur Multinationale des Technologies (EMST). ‘’ Je voudrais vous dire combien j’ai apprécié vos efforts en vue de tenir la deuxième session de la commission mixte de coopération entre nos deux pays, 31 ans après la première session en octobre prochain’’, a relevé Mme Lamido Ousseini Salamatou Balla Goga, avant d’ajouter que S.E Abdou Khadir AGNE est un homme dont la discrétion et la courtoisie ont contribué à tisser des liens solides tant au sein de la communauté diplomatique de Niamey qu’entre les Présidents Issoufou Mahamadou et Macky Sall.

Visiblement ému par cette distinction et surtout par le fait de quitter le Niger après avoir tissé beaucoup de relations, l’ambassadeur du Sénégal au Niger a rendu hommage au président de la Cour des Comptes rappelé à Dieu le 31 Août dernier. « Au Niger, je n’ai point été traité comme un ambassadeur mais comme un digne fils du pays. Rouvrir une représentation diplomatique du Sénégal au Niger, après 29 ans d’absence a été pour moi un honneur singulier que m’ont fait les autorités sénégalaises, mais surtout celles nigériennes qui ont eu foi et confiance en ma personne alors que j’occupais les fonctions de Consul honoraire. A un moment de l’histoire, des circonstances particulières ont commandé la fermeture d’une représentation diplomatique du Sénégal au Niger. Chemin faisant, cette posture ne s’expliquait plus. En réalité, les destins communs ne pouvaient plus être examinés qu’à travers le prisme d’une intégration politique. Pour le Sénégal, le Niger est devenu le carrefour incontournable du Sahel’’, a souligné S.E Abdou Khadir AGNE.

L’ambassadeur du Sénégal de préciser que les autorités sénégalaises examinent entre autres projets, la création d’un forum économique nigéro-sénégalais qui regroupera les principaux acteurs économiques des deux pays (chambres de commerce et patronats) afin d’augmenter le flux de leurs échanges commerciaux) qui il faut le regretter sont a un niveau inacceptable pour deux pays membres du même espace économique et ayant chacun des avantages comparatifs certains à faire valoir. Sur le plan culturel, l’ambassadeur du Sénégal au Niger a indique que l’idée d’une semaine culturelle du Sénégal au Niger est déjà en gestation. « Mon pays souhaite également renforcer sa coopération sécuritaire avec le Niger car, il faut bien le reconnaitre, le verrou sécuritaire de la sous-région se trouve dans ce pays, et j’ai coutume de dire que la première ceinture de sécurité du Sénégal n’est ni au Mali ni au Burkina Faso mais bel et bien au Niger. L’instabilité du Niger impacterait certainement sur celle de ses voisins immédiats mais elle aurait des échos négatifs au Sénégal » a déclaré SE Abdou Khadir AGNE. Même s’il est géographiquement éloigné du Niger, le Sénégal, estime l’ambassadeur AGNE, ne peut dans le contexte géostratégique qui prévaut au Sahel, s’enorgueillir de cet éloignement au point d’être invulnérable aux menaces qui fragilisent les fondements de nos Etats. Au plan judiciaire, les deux pays discutent à travers les experts des deux ministères de la Justice sur la migration irrégulière.

Hassane Daouda(onep)

06 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique