BETY'S HOME : À quand les résultats du test de recrutement par le COSEF ?

BETY'S HOME : À quand les résultats du test de recrutement par le COSEF ? Réagissant à l'article du journal Le Courrier, relativement au népotisme en cours à l'ARTP, la dame Bety, présidente de l'institution et Directrice générale par intérim depuis plus d'un an, a notamment demandé à l'opinion nationale d'attendre les résultats du test de recrutement pour apprécier de la crédibilité des informations publiées par Le Courrier. Depuis, le journal a été fermé par la Direction générale des impôts, paraît-il, pour non-paiement d'impôts. Les Courriers, né sur les cendres du défunt Courrier, a appris, de source irréfutable, que ledit test de recrutement a été organisé par le cabinet Cosef. Mais, cela ne s'est pas passé sans couac. Un candidat pourtant présélectionné, probablement jugé indésirable, n'a pas été appelé pour le test écrit. Un acte volontaire ? Selon des indiscrétions faites aux Courriers, le cabinet Cosef aurait déclaré à l'intéressé avoir oublié de l'appeler. Une faute lourde qui est passible de poursuites judiciaires, mais qui n'inquiète pas le cabinet Cosef outre mesure. Même la menace de sa victime de porter l'affaire devant la Halcia et les tribunaux ne l'ébranle pas. Sa proposition : faire un test à l'intéressé, tout seul. Problème, on lui aurait appris que ledit test ne serait fait qu'après la transmission des résultats du test initial à l'ARTP. Une proposition que le jeune homme aurait balayée d'un revers de la main en exigeant l'annulation du test organisé par le cabinet Cosef. Après réflexion, et sans doute pour apaiser la colère du jeune homme qui semble déterminé, le Cosef a prétendu avoir annulé le premier test et convoqué tous les candidats pour un autre test. Mais, point de décision d'annulation ! L'unique réponse qu'il aurait reçue est qu'il s'agirait d'une décision verbale. Mais, une décision verbale est-elle en mesure d'annuler une décision écrite ? Bref, outré par les prétentions du jeune homme à se battre pour préserver ses droits, le cabinet Cosef, sûr de sa force, l'aurait invité à aller se plaindre où il veut. Tout se sait et tout va se savoir.

Cette histoire, rapportée aux Courriers par une source fiable, met de l'eau au moulin de nos enquêteurs. Fidèle héritier du journal Le Courrier, Le journal Les Courriers attend avec la plus grande attention la publication des résultats du Cosef. Les Courriers attendra de voir et d'apprécier ces résultats avant d'ouvrir les pages, riches, de la gestion financière de l'ARTP, notamment dans le cadre de Tahoua Sakola.
Laboukoye

09 septembre 2018
Source : Les Courriers

Imprimer