Installation d'un comité ad hoc de révision du code électoral

Installation d'un comité ad hoc de révision du code électoralLe Premier Ministre Brigi Rafini  a installé  vendredi 5 octobre  un comité ad hoc chargé de la révision  du code électoral, objet  de pomme de discorde entre la majorité  et l'opposition  depuis  plusieurs mois.
Le comité   de 17 membres comprend 4 représentants des différents bords politiques (pouvoir, opposition et non affiliés). La frange de l'opposition , le Front Républicain  pour la Défense de la démocratie  et de la République  y siège. Ce Front avait refusé de participer à la dernière   réunion  du CNDP sur la révision  du code électoral, estimant que les conditions de son retour au sein  de cette instance n'étaient  pas reunies.
Le comité compte   deux observateurs et son  bureau est présidé  par un conseiller du Premier Ministre avec  comme rapporteurs le secrétaire permanent du Conseil National du Dialogue Politique et son adjoint.
Le comité à un délais de 3 semaines pour déposer son rapport.
Depuis plusieurs mois les réunions  du CNDP étaient boycotté par l'opposition qui protestait  contre certaines modifications de la loi électorale sans un consensus politique.
Les points de litige sont relatifs à la composition de la commission électorale indépendante, son fonctionnement  et certaines dispositions  sur les conditions d'éligibilité.
Présidé  par le Premier  Ministre regroupant toutes les sensibilités politiques , le CNDP est un cadre  pour le règlement des litiges politiques notamment  les questions électorales.
Le Niger se prépare pour des consultations  locales en 2020 avant les élections générales  en 2021.
Le Président  Issoufou Mahamadou qui termine son dernier mandat constitutionnel en 2021 a assuré qu'il ne se représenterait  pas.
CA/ANP 0032/Octobre 2018

07 octobre 2018
Source : http://www.anp.ne

Imprimer E-mail

Politique