Forfaitt-ORANGE-4G

Crise au parti CPR INGANTCHI : Kassoum Moctar est-il en train d’être lâché par les Guristes ?

Crise au parti CPR INGANTCHI Kassoum Moctar est-il en train d’être lâché par les Guristes ?Après ses anciens collègues Abdou Labo et Omar Hamidou Tchiana, c’est sans doute le tour de l’actuel ministre de la jeune et ses sports Kassoum Moctar d’être lâché par les Guristes réunis autour du Président Issoufou Mahamadou. Le dimanche 02 décembre dernier, un groupe de responsables du parti Convention pour la République (CPR INGANTCHI) ont rendu publique une déclaration, dans laquelle ils ont annoncé avoir mis en place un comité de crise dont l’une des premières décisions a été de suspendre Kassoum Moctar de la présidence de ce parti pour une période d’un an. Les mê- mes ont désigné le député Ibrahim Maïdagi Kabirou pour diriger le CPR INGANTCHI jusqu’à la tenue d’un congrès extraordinaire, dont ils n’ont toutefois pas annoncé la date et le lieu.

Les mêmes responsables du CPR INGANTCHI ont accusé Kassoum Moctar de plusieurs fautes dont, entre autres, une gestion personnelle du parti et des nominations dont a bénéficiées le CPR INGANTCHI, en échange de son soutien à la candidature du Président Issoufou Mahamadou au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2016. Même si certains pensent qu’il ne s’agir que d’une crise de positionnement qui a cours au sein du jeune parti CPR INGANTCHI, d’autres analystes n’hésitent pas à voir des «mains invisibles» derrière la procédure engagée contre Kassoum Moctar. Ces analystes disent craindre que le président du CPR INGANTCHI ne soit en train de vivre les mésaventures connus par deux autres ministres qui ont pourtant activement contribué à la victoire du Président Issoufou Mahamadou. Il s’agit des anciens ministres d’Etat Abdou Labo et Omar Hamidou Tchiana.

Le premier a été victime d’une fronde qui a fini par l’emporter de la tête de la Convention démocratique et sociale (CDSRAHAMA). Le deuxième est aussi en proie à une fronde de certains membres de son parti qui cherchent, visiblement, à lui arracher la présidence de l’Alliance des mouvements pour l’émergence du Niger (AMENAMIN). Ceux qui soutiennent que Kassoum Moctar est en train d’être lâché par les Guristes pensent que l’intéressé peut faire les frais de sa proximité avec le président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-TARAYYA), dans le cadre de la guerre des clans qui a cours au sein de ce parti, dans la perspective de la désignation du successeur du Président Issoufou Mahamadou en 2021.

Dan Lamso

 08 décembre 2018
Source : Le Monde d’Aujourd’hui

Imprimer E-mail

Politique