Forfaitt-ORANGE-4G

Arrestation d'officiers supérieurs de l'armée : Pourquoi Kafougou, Zanguina et Hima ont-ils été mis aux arrêts ?

Officiers Fan NigerArrêtés depuis plus de dix jours, aujourd'hui, Soumana Zanguina, Maï Manga Kafougou, Oumarou Hima et d'autres dont on n'a pas encore les noms, sont tenus au secret sans que l'on sache exactement ce qu'on leur reproche. Le gouvernement n'ayant pas encore claqué la langue pour dire pourquoi ils ont été arrêtés, les spéculations vont bon train. Pourquoi ces arrestations continues au sein des Forces de défense et de sécurité (FDS) ? Selon des sources militaires, personne ne sait encore les raisons pour lesquelles ces officiers ont été mis aux arrêts. Mais il est certain que leur arrestation suscite des remous au sein des FDS dans les rangs desquelles l'on est plus inquiet que soucieux de connaître les motifs pour lesquels ces officiers sont arrêtés. S'agit-il d'une tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat ou estce une opération de mise au frais en vue d'éliminer des officiers pas sûrs comme on l'entend ici et là ? La rumeur, en l'absence d'informations crédibles, enfle et inonde l'opinion nationale qui s'enflamme parfois pour un rien.

Outre Kafougou, Zanguina et Hima, un autre, capitaine de l'armée, serait également aux arrêts. Si Le Courrier ne dispose pas encore de confirmation sur cette ultime arrestation, il reste que celle des autres, connus, est déjà un coup dur pour une armée qui a plutôt besoin de sérénité et de soutien. Quoi qu'ils aient fait, le silence du gouvernement ne s'explique pas et ne se justifie pas. Il ne peut donc continuer à s'emmurer dans ce silence qui ajoute au trouble des Nigériens qui se demandent s'ils ne doivent pas s'attendre au pire. Intervenue à la veille de la date anniversaire de la République, l'arrestation de ces cadres de l'armée n'a pas été évoquée par le Président Issoufou dans son message à la nation. Il s'était tout juste contenté de faire de vagues allusions à la stabilité des institutions républicaines. Sans plus. Veut-il ainsi banaliser un fait pourtant lourd de portée dans un pays confronté à l'insécurité et dont on s'interroge sur les capacités d'organisation des FDS ? Le gouvernement doit impérativement parler et ne peut guère prendre son temps pour le faire.
Alpha

30 décembre 2018
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique