Forfaitt-ORANGE-4G

Course à l’investiture du Pnds pour 2021 : Hassoumi Massoudou informe le Président Issoufou de son intention de briguer la magistrature suprême

Hassoumi Massadou magistrature supremeLa guerre de tranchées entre partisans de Hassoumi Massoudou, ministre des Finances et de Mohamed Bazoum, ministre de l’Intérieur, bat son plein. Pas uniquement sur les réseaux où l’on note une communication fébrile de leurs partisans les plus farouches. Pour clarifier les choses avec le Président Issoufou qui souffle le chaud et le froid, incapable de dire à Mohamed Bazoum ce qu’il confierait à de nombreux proches, le ministre des Finances a décidé de prendre le taureau par les cornes. Avec des proches formant le noyau dur de sa campagne pour l’investiture du Pnds, Hassoumi Massoudou est allé voir, il y a quelques jours, le Président Issoufou pour lui réitérer toute sa détermination à aller jusqu’au bout. Il est hors de question qu’il s’efface devant un candidat qui signifie la défaite avant l’heure pour le Pnds. Hassoumi Massoudou ne vise pas exclusivement Mohamed Bazoum. Et pour préciser sa pensée, il a déclaré au chef de l’Etat et grand gourou du Pnds qu’il n’accepterait de s’effacer que devant Foumakoye Gado. Est-ce parce qu’il s’agit du président de la délégation régionale dont il est membre ? Nul ne le sait pour le moment. Cependant, le ministre des Finances est ferme dans sa résolution de demander aux instances du parti de lui accorder leur confiance.

Une gageure dans un contexte où Dany Takoubakoye en l’occurrence a notifié que Bazoum a déjà la confiance de la majorité écrasante des présidents de section du Pnds. « Une enquête, écrit-il, publiée avant-hier (il ne mentionne pas où) ayant recueilli l’avis de 205 présidents de sections des huit régions, place Bazoum comme candidat potentiel du parti à 98,71% contre n’importe quel autre candidat à l’exception du président de la République actuel ». Si l’on s’en tient à cette conclusion, Hassoumi doit abandonner la partie. Mais tout le monde connaît les limites des études partisanes. Un sondage de ce type est-il réellement crédible ?

Un mot d’ordre chez les lobbys politico-financiers du Pnds : tout sauf Mohamed Bazoum

Hassoumi Massoudou sait parfaitement sur quoi il danse. Il ne s’est pas, de l’avis d’un de ses proches, lancé dans cette bataille les yeux fermés.

Ce n’est pas une affaire d’ambition aveugle qui aurait émergé sur le terreau d’un moi surdimensionné. Selon des informations dignes de foi, il a évalué ses chances, les a confrontées à celles des autres avant de se décider.

Et puis, contrairement à ce que laissent penser certaines sirènes adverses, non suffisamment informées des enjeux en cours, l’idée n’est pas venue, au départ du ministre des Finances.

Il a été poussé dans l’arène par de grands et forts lobbys politico-financiers pour qui le mot d’ordre est tout sauf Mohamed Bazoum.

Hassoumi bénéficie d’un important capital de confiance auprès des gros financiers et leaders politiques, ce qui ne manque pas d’impacter sur la décision finale du parti. La rencontre entre Hassoumi, assistée d’une équipe de proches, et le Président Issoufou n’est pas tombée au hasard. Elle est constitutive d’une démarche visant à mettre le Président Issoufou au pied du mur afin de l’amener à s’assumer pleinement par rapport à sa conviction personnelle. Confiée au Courrier depuis plus d’un an par un homme du sérail qui n’a pas pour habitude de plaisanter, encore moins d’affabuler, la candidature de Hassoumi à l’investiture du Pnds pour la présidentielle prochaine confirme cette information qui nous paraissait pourtant irréelle. « Le véritable candidat du Président Issoufou est Hassoumi Massoudou », a confié notre source, sans convaincre. L’histoire est en train de lui donner raison. Hassoumi Massoudou sait manifestement où il met les pieds.

Le véritable candidat du Président Issoufou est Hassoumi Massoudou

L’échange d’amabilités intervenu, il y a quelques jours, entre un certain Idi Amadou Ali, partisan de Hassoumi Massoudou, et d’un certain Daouda Takoubakoye dit Dany Takoubakoye, proche de Mohamed Bazoum, a été révélateur d’une crise latente que tentent de nier les hauts responsables du Pnds. La crise pourrit pourtant au fur
et à mesure que le temps passe, étalant au grand jour la confrontation inévitable entre les deux camps. Aux éloges se mêlent désormais des attaques en règle. Les deux camps, qui se compactent de plus en plus autour de noyaux centraux qui ne veulent rien lâcher, s’organisent et mobilisent au-delà des lignes roses. Aux visites de courtoisie à des personnalités de tous bords politiques succèdent celles dédiées aux autorités civiles, religieuses ou coutumières. À Niamey, les nuits sont désormais courtes ces derniers temps pour les militants du Pnds, chacun des deux camps menant une offensive, tous azimuts. De plus en plus conforté par des messages de soutiens d’hommes qui comptent dans la galaxie rose, Hassoumi Massoudou monte en puissance et n’entend pas se laisser baratiner. Ses soutiens se mobilisent, partout, et malgré les couacs qu’il y a eus dans le parcours récent du Secrétaire général du Pnds, la plupart des Nigériens lui reconnaissent de grandes qualités que son adversaire, Mohamed Bazoum, est très loin de revendiquer.
Laboukoye

27 janvier 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique