Elections générales 2021 : Enjeux et perspectives

/images/Hama-Amadou-Bazoum-Mohamed-02.jpgTout le monde a le regard fixé sur les futures élections générales de 2021. Au niveau de l’état-major des partis politiques ou des regroupements des partis politiques, on affûte et on affine les stratégies. Le conseil national de dialogue politique s’est réuni tout dernièrement sans arriver à converger les points de vue. C’est donc sans surprise que l’opposition politique a boycotté les travaux de cette réunion. Tout de même ceux qui étaient là ont adopté à l’unanimité les textes qui doivent régir la conduite des prochaines élections. La question qui se pose est de savoir si à la longue l’opposition politique adhérera ou non aux textes dits consensuels à l’adoption desquels elle n’a pas participé. Quelle magie donc pour amener l’opposition à la table du dialogue voire à la participation aux élections de 2021. A l’analyse, l’opposition politique en général et le MODEN FA LUMANA se heurtent à un vrai dilemme. En vérité la question essentielle réside dans l’article 8 du code électoral qui empêcherait Hama Amadou d’être candidat à ses élections. Il faut donc œuvrer autant qu’ils le peuvent pour amener la majorité présidentielle à l’abrogation de l’article 8. Faute de quoi c’est le déluge ! Sommes-nous devant un chantage ou un bluff ? L’un dans l’autre la majorité présidentielle actuelle n’est pas prête à céder sur ce point. Pour le reste toutes les options restent ouvertes selon Bazoum Mohamed Président du PNDS. Alors le MODEN FA LUMANA aura-t-il un candidat aux élections présidentielles de 2021 ?

Première hypothèse : le MODEN FA LUMANA choisit en son sein un candidat de substitution dont le choix ou l’élection aux primaires posera problème et pourrait à terme avoir raison de la cohésion du parti Deuxième hypothèse : soutenir le candidat du 2eme parti de l’opposition à savoir le candidat du RDR Tchangi Mahaman Ousmane : Cette idée enchante les partisans de Nafarko premier qui voit déjà sa revanche sur l’Histoire. La troisième et dernière hypothèse c’est celle de l’apocalypse et la politique de la terre brulée. Le MODEN F LUMANA entraine les partis politiques qui sont dans son sillage ou sous sa coupe à un boycott actif ou violent des élections générales 2021.

03  février 2019
Source : Sahel Horizons

 

Imprimer E-mail

Politique