Forfaitt-ORANGE-4G

Réunion du dispositif d’évaluation de la mise en œuvre des réformes dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires au Niger : Le Niger réalise des avancées en matière de Doing Business

Issoufou Commission Climat SahelLe Président de la République, Chef de l’Etat SE. Issoufou Mahamadou, a présidé au palais de la Présidence, la réunion du dispositif d’évaluation de la mise en œuvre des réformes dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires au Niger. La réunion s’est tenue en présence du Premier ministre SE. Brigi Rafini, des ministres concernés par la question, du ministre-conseiller du Président de la République en matière de ‘‘Doing Business’’, M. Alma Oumarou et de plusieurs responsables des structures de l’Etat concernées par la mise en œuvre de ces réformes. Cette réunion a pour objectif de faire le point sur la mise en œuvre des différentes réformes initiées par le gouvernement du Niger, dans le cadre de Doing Business, de voir la place qu’occupe actuellement le Niger dans ce processus et encourager toutes les parties à faire plus.

A l’issue de la réunion, le Ministre-Conseiller du Président de la République en matière de Doing Business, M. Alma Oumarou, a déclaré cette réunion a consisté à faire le point, sur les opérations de l'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien, qui ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. « Nous avons eu à examiner les résultats du Niger, tels que publiés dans le cadre de Doing Business, en octobre 2018, pour le compte de cette année 2019 » a-t-il dit, précisant que d’après ces résultats, le Niger a avancé d’un point. « On était au 144 rang mondial, maintenant nous sommes classés à la 143ème rang sur le plan international, sur plus de 190 pays classés. A priori cette progression peut sembler non significative. Mais si on la remet dans le contexte global, le Niger a d’abord gardé son rang mais a même progressé d’un rang. Au niveau africain, notre pays tient aussi un rang honorable, avec son classement à la 23ème place sur 54 pays. En plus au niveau des structures comme l’OHADA, l’UEMOA, la CEDEAO, le Niger figure parmi les tout premiers pays. A ce niveau, notre rang varie de la 6ème place à la 4ème. Mais le Président de la République veut que nous allions au-delà ».

« L’objectif qu’il nous été assigné par le Président de la République, est de faire en sorte que le Niger soit parmi les 50 premiers pays réformateurs du monde. Nous savons que la tâche n’est pas facile, vu la place que nous occupons aujourd’hui. Cependant, le Chef d’Etat nous a assuré de tout le concours de l’Etat et de son soutien personnel. Et les réunions, que nous tenions régulièrement autour de lui en sont une preuve palpable », estime M. Alma Oumarou ajoutant que le Président de la République et le Premier ministre suivent, au jour le jour, ce que le dispositif est en train de faire. « Il nous a donc été demandé de persévérer pour qu’à l’horizon 2021, nous soyons au niveau que le président de la République nous a fixés. Des instructions fermes nous ont été données dans ce sens. Quant aux moyens ils seront dégagés par l’Etat et le Banque mondiale », a-t-il indiqué.

Le ministre Alma de rappeler que le Niger a fait le plein des réformes, concernant le cadre législatif et dans beaucoup de domaines le Niger est pionnier. Toutefois précise-t-il, l'Etat, ne pouvant plus, à lui tout seul, assurer la croissance et le développement du Niger. « Il est temps de donner au secteur privé toutes ses chances pour qu'il soit le véritable moteur de la croissance économique, de la création des valeurs ajoutées et d'emplois » a dit le ministre. « C'est donc conscient de tout cela, que le Gouvernement de concert avec le secteur privé, et sous l'impulsion de SE Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat et du Premier ministre, Chef du Gouvernement, S.E Brigi Rafini, est engagé depuis 2011, dans un large processus de prise et de mise en œuvre des réformes d'amélioration du climat des affaires » a expliqué le ministre Alma, soulignant que ce processus est accompagné par la Banque mondiale (à travers le Projet d'Appui à la Compétitivité et la Croissance – PRACC- ), et la Coopération danoise.

Déclinant le parcours du Niger sur ce chantier, M. Alma Oumarou a indiqué qu’en termes de bilan, de 2011 à 2016, 15 réformes ont été prises et mises en œuvre au Niger. Ces réformes ont permis, selon le ministre-conseiller, de fluidifier les processus de création d'entreprises et d'exercice pour les opérateurs du secteur privé. Elles ont aussi permis la facilitation des échanges commerciaux entre le Niger et le reste du monde. « Divers outils de modernisation et de facilitation des rapports des transactions tels que le Tribunal de commerce de Niamey ont été mis en place », a-t-il noté. Pour davantage créer les conditions de prise et de mise en œuvre des réformes d'amélioration du climat des affaires, le Gouvernement a créé un cadre favorable à un bon dialogue Public/privé, et un bon partenariat avec les partenaires au développement. Cette approche a permis de créer une dynamique au Niger et de faire de l'amélioration du climat des affaires une problématique fédératrice.

Ces réformes ont permis au Niger de progresser de 25 places dans le classement mondial entre 2014 et 2016. Suite à différentes réformes, le Niger a occupé la 144ème place mondiale, selon le rapport de la Banque mondiale d'octobre 2017. Toujours, dans le cadre de ces réformes, le Niger a, selon M. Alma Oumarou, crée les conditions d'attraction des investissements aussi bien internes qu'étrangers, créant ainsi les conditions de nouvelles créations de richesses et d'emploi. « Mais, pour parvenir à plus de retombées, le pays doit faire sa propre promotion en communiquant aussi bien en interne qu'en dehors du pays sur ces potentialités et sur les nouvelles opportunités et autres facilités créées. L'effet positif multiplicateur des réformes d'amélioration du climat des affaires est certes lent, mais sûr », a-t-il indiqué. Les fréquentes réunions autour du Président de la République sur l'agenda Doing Business sont la preuve tangible que le Chef de l'Etat tient personnellement au développement du secteur privé nigérien et à faire du Niger un pays largement attractif aux yeux des investisseurs. « Le Chef de l'Etat ambitionne de faire du Niger le Rwanda de l'Afrique de l'Ouest à l'Horizon 2021. L'objectif est certes ambitieux, mais si nous continuons sur cette lancée, nous pouvons y parvenir» a déclaré M. Alma Oumarou pour qui le message, de SEM Issoufou Mahamadou, est clair à l'issue de chaque réunion qu'il a présidée : « chacun, dans sa sphère de responsabilité doit veiller à la prise et à la mise en œuvre effective et à temps des réformes décidées par le Gouvernement ; communiquer largement pour les porter à la connaissance des opérateurs privés qui seront appelés à témoigner lors de l'enquête de perception du Groupe de la Banque mondiale », a rappelé M. Alma Oumarou.

Mahamadou Diallo(onep)

28 février 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique