Forfaitt-ORANGE-4G

Cérémonie officielle de remise du fichier électoral professionnel par la CONEP : Dernière ligne droite avant les élections professionnelles

Brigi CONEP Fichier electoralLa Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP) a remis le vendredi 1er mars dernier, au Premier ministre, Chef du Gouvernement, S.E Brigi Rafini, le fichier électoral pour les élections professionnelles, prévues pour se tenir, à la fin du mois de mars 2019. La cérémonie qui s’est tenue à la Primature s’est déroulée en présence du ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale M. Mohamed Ben Omar, du ministre Porte-parole du gouvernement M. Abdourhamane Zakaria ainsi que des Secrétaires généraux et représentants des centrales syndicales. Cette remise du fichier électoral pour les élections professionnelles, dont le processus a démarré en 2014, est la dernière ligne droite avant la première élection professionnelle, tant attendue, au Niger.

En réceptionnant les documents, le Premier ministre Brigi Rafini a félicité et encouragé la CONEP, le ministre de l’Emploi et les autres acteurs impliqués, pour le travail abattu, dans le cadre de l’élaboration du fichier électoral, qui va servir de support pour les toutes premières élections professionnelles que connaîtra le Niger. « Certes nous sommes sur la bonne voie, nous avons maintenant l’outil principal, qui nous a pris beaucoup de temps, cependant, il reste encore des étapes à franchir », a dit S.E Brigi Rafini. Il a donc appelé tous les acteurs de ce processus électoral à se mobiliser pour que le délai de la tenue de ces élections soit respecté. Relativement à la question des finances, soulevée par le président de la CONEP, le Premier ministre s’est engagé à demander au Ministère compétent de faire les efforts et la diligence nécessaires dans les délais souhaitables. « Pour cela on prendra les dispositions nécessaires. Maintenant tout ce qui est technique, tout ce qui concerne l’organisation, cela vous revient, et j’espère que vous ne faillirez pas, surtout que nous sommes à la fin du processus et il n’y a pas de raison à ce qu’on s’arrête en si bon chemin », a estimé le Chef du gouvernement.

Intervenant lors de la remise dudit fichier, le ministre en charge de l’Emploi M. Mohamed Ben Omar a souligné l’accompagnement du gouvernement et notamment le soutien et les instructions du Premier ministre. M. Ben Omar a assuré l’assistance qu’il fera, tout son possible, pour que le délai du 31 mars 2019, pour la tenue de ces élections, souhaité par le Premier ministre Brigi Rafini, soit respecté. A partir de cette date de remise dudit fichier, les centrales syndicales en compétition, qui connaissent bien les délais légaux, doivent se dire que le top de départ est donné et que ce n’est qu’une question de jours pour l’organisation de ces élections. Du coup, selon le ministre Ben Omar, l’organisation de ces élections permettra, au Niger, d’engranger des points en matière de notoriété, surtout au plan international. Car, notre pays, sera aussi un des pays qui a tenu à organiser ces élections, à avoir des organisations professionnelles des travailleurs assez représentatives, avec qui le Niger se présentera à la Conférence Internationale du Travail (CIT). «Le bilan que présentera le Niger à cette importante rencontre fera, j’en suis sûr, écho. Et notre expérience fera aussi tâche d’huile dans d’autres pays », a –t-il indiqué.

Pour le président de la CONEP M. Issa Dan Azoumi, ce jour de remise du fichier électoral professionnel est un grand jour, sinon un jour historique pour la CONEP. Il a ensuite rappelé que la CONEP a été officiellement installée en juillet 2014. En 2015, le premier recensement des électeurs a été lancé, en vue de la constitution du fichier électoral, qui est le véritable support et l’indispensable outil électoral. Un 2ème recensement a été effectué pour corriger les erreurs détectées. Les résultats de ce 2ème recensement ont été fusionnés et un cabinet spécialisé en informatique a été commis pour un toilettage général du fichier électoral. « Ce sont les listes électorales, constituant ce fichier, qui ont fait l’objet d’un affichage, dans toutes les communes de notre pays, en avril 2018. Cela pour permettre aux électeurs de vérifier la transcription de leurs noms, de faire des réclamations si nécessaire et de fournir des informations permettant de corriger les erreurs constatées’’, a-t-il précisé.

185.542 électeurs inscrits sur le fichier électoral professionnel

Des milliers de réclamations des électeurs enregistrées, sur l’ensemble du territoire, selon M. Dan Azoumi, ont permis d’établir un fichier final, qui a subi différents contrôles par les superviseurs et les contrôleurs de la CONEP et le bureau de la commission l’a validé le 25 février 2019. Il a été présenté aux centrales syndicales le 26 février 2019 et des avis et suggestions ont été recueillis lors de cette présentation. ‘‘Au total, le fichier comporte 185.542, repartis en 637 bureaux de vote’’, a indiqué le président de la CONEP. M. Dan Azoumi a, par la suite, décliné les activités qui attendent son institution. Il a, en autres, cité l’impression et la distribution des cartes d’électeurs, le déploiement de la base de données, l’implantation du fichier électoral, qui sera consultable sur le site de la CONEP, la mise en place du démembrement de la CONEP, dont les commissions électorales régionales, départementales et la désignation de leurs membres, la mise en place des bureaux de vote et la désignation de leurs membres, l’acheminement du matériel électoral dans les régions et communes et son dispatching au niveau des bureaux de vote, la communication et la sensibilisation, la formation des acteurs du processus électoral, la sécurisation du scrutin. « Pour la réalisation de toutes ces activités, des termes de références ont été élaborés pour servir de support à la mobilisation des ressources mises à la disposition de la CONEP par le gouvernement », a-t-il annoncé. Il a par ailleurs souligné que le processus d’obtention de fonds au niveau de la trésorerie générale reste très lourd et cela même quand les crédits sont virés dans le compte de la commission. « Cela constitue un handicap et un frein pour l’unité du processus électoral. Il est donc important d’assouplir cette procédure pour pouvoir aller plus vite », a suggéré le président de la CONEP.  

Mahamadou Diallo (onep)

04 mars 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique