Forfaitt-ORANGE-4G

Le Chef de l’Etat préside la réunion interministérielle sur le suivi de l’Indice de Développement Humain (IDH) : Améliorer le classement du Niger à travers un suivi régulier des déterminants de l’IDH

Le Chef de l’Etat préside la réunion interministérielle sur le suivi de l’Indice de Développement Humain (IDH) : Améliorer le classement du Niger à travers un suivi régulier des déterminants de l’IDHLa réunion interministérielle sur le suivi de l’Indice de Développement Humain qui s’est ouverte, le 13 mars 2019, sous la présidence du Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, a continué ses travaux hier matin, dans la salle habituelle des délibérations du Conseil des Ministres. Cette rencontre qui a réuni plusieurs membres du gouvernement et la coordonnatrice du système des Nations Unies au Niger fait suite à celle tenue le 4 octobre 2018. Elle vise essentiellement à suivre de manière régulière les questions liées à l’Indice de Développement Humain dans la perspective de changer la place peu honorable qui est celle de notre pays pendant plusieurs classements.

A l’issue de cette réunion, la ministre du Plan, Mme Kané Aichatou Boulama a précisé que le Président de la République est très préoccupé par toutes les questions touchant à la vie quotidienne des populations. «C’est pourquoi, il nous a instruits le 4 octobre 2018 afin de voir quelles sont les mesures ou les actions prioritaires que nous pouvons envisager pour renforcer celles qui sont contenues dans le Plan de Développement Economique et Social (PDES). L’objectif est d’atteindre un IDH à la hauteur des efforts réalisés d’ici 2021. A cet effet, un groupe de travail a été mis en place avec des thématiques spécifiques. Pendant deux jours, nous avons examiné le résultat de ce travail. L’Indice de Développement Humain étant un indice composite et comprenant des indicateurs relatifs au secteur de l’éducation, la santé, le revenu national brut etc. pour ces trois composantes de l’IDH, un travail minutieux a été fait pour voir les leviers sur lesquels le Niger doit s’appuyer pour atteindre cet objectifs. Sur ce point, nous avons eu des débats très enrichissants de tous les ministères concernés ; des techniciens et des partenaires techniques et financiers intervenant dans les questions liées à l’IDH’’, a affirmé la ministre du Plan.

Pour y arriver, les participants à cette réunion sont unanimes sur le fait que le secteur éducatif est le moteur essentiel dans l’atteinte de l’objectif. A côté de l’éducation, il y a le secteur de la santé qui demande aussi une amélioration pour que l’espérance de vie puisse contribuer à l’atteinte de l’objectif. Il faut également développer l’économie de manière à ce que la richesse soit créée.

C’est dire qu’en définitive, le Président de la République a donné à ce groupe de travail des orientations claires pour booster la scolarisation de la jeune fille. Il faut que la scolarisation de la jeune fille soit effective sur l’ensemble du territoire nigérien d’ici trois (3) ans. Pour ce qui est de la création des richesses, il y a l’initiative 3N qui contribue fortement à créer de la richesse en milieu rural. «Dans la perspective d’atteindre l’idéal en matière de l’Indice de Développement Humain, nous allons mettre l’accent sur la productivité agricole en nous appuyant sur la question de la maitrise de l’eau ; la maison du paysan pour accélérer le développement des cultures irriguées ; la préservation et la récupération des terres dégradées. Nous devons rapidement mettre en place une stratégie à même de récupérer les hectares que nous perdons chaque année. L’objectif à ce niveau est de récupérer chaque année au moins 200.000 ha. Le groupe de travail doit mettre l’accent sur tous ces éléments pour démontrer comment la mise en œuvre de l’initiative 3N va améliorer le Produit Intérieur Brut (PIB). En outre, l’une des actions extrêmement importante à ce niveau est aussi l’accès l’eau. Ce dernier a un effet certain sur la qualité de la vie des populations en termes de santé et d’éducation », a souligné Mme Kané Aichatou Boulama.

Par ailleurs, la ministre du Plan devait annoncer que la prochaine réunion interministérielle sur l’IDH s’appesantira sur le secteur privé qui est indiscutablement le moteur de la croissance. Le Niger figure parmi les pays qui donnent des statistiques de qualité pour le classement de l’IDH. Cela ne va pas empêcher l’Etat du Niger à continuer à améliorer le système statistique du Niger.

Pour sa part, la coordonnatrice du système des Nations Unies au Niger, Mme Bintou Djibo s’est dit impressionnée par l’engagement du Président Issoufou Mahamadou de vouloir transformer positivement la vie des populations nigériennes. «Nous devons saluer le leadership du Président Issoufou pour cet engagement. C’est la raison pour laquelle nous avons revu des déterminants de l’IDH. A ce niveau, je peux vous dire que lorsqu’on donne le rang qui est celui du Niger, cela ne veut absolument rien dire. Il suffit de regarder les déterminants pour voir que le Niger est le pays le plus réformateur. C’est le pays qui a fait le plus de progrès par rapport à d’autres pays de la sous-région. On ne peut pas dire qu’il n’y pas eu d’efforts. Je veux corriger cela pour intégrer les efforts incroyables qui ont été réalisés. Le Président Issoufou s’est engagé à suivre l’éducation ; la santé et le revenu par tête d’habitant. Pour ce faire, des domaines prioritaires comme l’éducation de la jeune fille ; l’hydraulique ; la santé ont été retenus», a conclu la coordonnatrice du système des Nations Unies Mme Bintou Djibo.

Hassane Daouda (ONEP)

15 mars 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique