Point de presse du procureur de la République relatif à la manifestation des scolaires : Les parents des élèves interpellés assument leurs responsabilités et versent intégralement 7 325 000 FCFA en réparation des dégâts commis

ISuite à la manifestation des scolaires dans les rues de Niamey, ayant provoqué le saccage des biens publics et privés, une centaine d’élèves ont été interpelés. Au titre du dédommagement des préjudices causés, enregistrés et évalués par la justice à 7 725 000 FCFA, la somme versée par les parents des élèves s’élève à 7 325 000 FCFA. A cet effet, lors du point de presse qu’il a animé, hier matin à son bureau, le Procureur Général de la République, M. Chaibou Samna, a fait le point de l’affaire, avant d’attirer l’attention de la population, la jeunesse en particulier, sur la responsabilité civile dans les circonstances de manifestation.

Après l’appel lancé, par voie de communiqué, donnant droit aux victimes de la manifestation scolaire des élèves de Niamey, du 9 Avril 2019, à se déclarer au niveau de la Police Judiciaire (PJ) et se faire évaluer les préjudices subis, la communauté urbaine de la ville s’est révélée avec un bilan lourd d’environ 6 700 000 FCFA. Les dégâts ont porté notamment sur la voirie, à travers la brulure des pneus; la destruction de divers objets d’embellissement des rues.

La justice a dû faire une évaluation des préjudices par commune. «En fonction des interpellation qui ont été faites, le montant a été reparti de façon équitable, par commune», indique le procureur. Il a aussi été enregistré au niveau d’une station d’essence, où des produits ont été emportés, un pillage chiffré à 215 000 FCFA.

D’autre part, plusieurs personnes physiques sont touchées par les actes de vandalisme de cette journée. Le Procureur de la République a cité les cas du président du Tribunal et d’une employée de l’UNICEF dont les véhicules ont été saccagés. Pour chacun des deux, le dommage correspond à 300 000 FCFA. Ce qui totalise, à ce jour, les dégâts à 7 725 000 FCFA.

En dehors de cet aspect financier, M. Chaibou Samna trouve le niveau de violence des faits indescriptible. C’est ainsi que la justice a donc demandé à tous les parents et tuteurs des élèves interpelés à se présenter, en vertu de la responsabilité qui leur incombe de réparer les dommages.

Le Procureur de la République a noté l’attitude compréhensive des parents, qui a permis de recueillir le montant de 7 325 000 FCFA en vue de la réparation. S’agissant du manquant de 300 000 FCFA, dit-il, il incombe à la structure des élèves. Aucun des élèves n’est détenu aujourd’hui. Et les trois badauds infiltrés dans la marche, qui ont été pris par les forces de l’ordre sont renvoyés à leurs familles respectives.

« Ce que nous voulons à travers cela, c’est d’inculquer le respect des biens publics, chèrement acquis ». M. Chaibou Samna appelle aussi au sens de responsabilité civile relativement aux biens privés. « Les manifestations violentes sont à bannir. Ce sont des comportements inacceptables », a-t-il déclaré. Le Procureur de la République réaffirme que de telles pratiques sont répréhensibles, conformément aux sanctions prévues par la loi.

Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)

19 avri 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique