Élection présidentielle 2021 : Pourquoi le débat sur l’article 47 fait peur au Pnds

https://www.nigerdiaspora.net/images/Mohamed-Bazoum-Succession-au-Pnds.jpg L’article 47 continue de soulever des passions au sein des groupes de discussion. En son alinéa 3, cet article stipule que « sont éligibles à la présidence de la République, les Nigériens des deux sexes, de nationalité d’origine, âgés de 35 ans au moins au jour du dépôt du dossier, jouissant de leurs droits civils et politiques ». Les Nigériens des deux sexes, de nationalité d’origine ! Il faut, donc, être seulement Nigérien, mais également de nationalité d’origine pour prétendre à la magistrature suprême. A coup sûr, le débat est inévitable et l’on n’a certes pas besoin d’attendre la veille des élections pour le faire. Selon un membre du bureau politique de Jamahuriya ayant requis l’anonymat, l’évocation de la question suscite de plus en plus des interrogations et inquiétude au sein de la classe politique nigérienne. Si le débat s’impose, il fait aussi peur,notamment au sein du Pnds Tarayya qui a investi son candidat le 31 mars 2019. Pourquoi le débat fait peur au Pnds plus qu’ailleurs ? Si la Cour constitutionnelle est la seule institution à statuer sur l’éligibilité des candidats, nombre de Nigériens estiment que les constitutionnalistes doivent résolument s’investir dans le débat et éclairer la lanterne des Nigériens. Et si des candidats déclarés et investis par leurs partis politiques sont disqualifiés par l’article 47 ? L’hypothèse fait frissonner, mais elle n’est pas exclue. C’est d’ailleurs pour cette raison que des observateurs font remarquer que, plutôt l’on épluche les choses, mieux ça vaut pour tout le monde. S’il faut attendre la période d’examen des dossiers de candidature par la Cour constitutionnelle, l’on risque de se retrouver dans une situation explosive. Le débat sur l’article 47 est inévitable.

A.S

28  avril 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique