Douzième revue sectorielle de l’Eau et de l’Assainissement : Evaluer les progrès réalisés dans le secteur et faire des ajustements pour les années à venir

Le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Pr. Issoufou Katambé a présidé, hier matin à Niamey, le lancement de la 12ème revue sectorielle de l’Eau et de l’Assainissement. C’était en présence du chef du Bureau de coopération du Grand Duché de Luxembourg, chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de l’Eau et de l’Assainissement, et plusieurs autres personnalités.

Cette rencontre, a souligné le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement M. Issoufou Katambé est un évènement majeur au cours duquel l’Etat et les partenaires se pencheront sur l’état d’avancement du secteur de l’eau et de l’assainissement tout en mesurant les progrès réalisés et en proposant des modes d’amélioration en vue de l’atteinte des objectifs fixés. Aussi, il a tenu à saluer les efforts des partenaires qui œuvrent inlassablement pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable des populations. La situation sécuritaire dans la sous-région a occasionné des déplacements massifs des populations avec comme corollaire des besoins en ouvrages d’eau potable et d’assainissement. C’est dans cette optique qu’une réponse énergique a été apportée grâce au déclenchement de «NEXUS » et cela particulièrement dans la région de Diffa. Cela a permis de solutionner le problème d’approvisionnement des populations locales déplacées, et des réfugiés.

Ainsi, cette année le thème central retenu pour la revue est « Nexus humanitaire-développement ». Le Ministre Issoufou Katambé a souligné que dans le cadre de la mise en œuvre de l’agenda 2030 la communauté internationale s’est engagée à ne laisser personne de côté dans le processus de développement et à prioriser les personnes les plus vulnérables dans son action. Ce thème « Nexus humanitaire-développement» cadre parfaitement avec les objectifs du programme sectoriel eau hygiène assainissement (Proseha 2016 2030) qui consiste en la réalisation des infrastructures d’eau potable durable, couplée à un changement de comportement en matière d’hygiène et d’assainissement.

Pr. Issoufou Katambé a également rappelé qu’au cours de l’année 2018 (qui constitue la troisième année de mise en œuvre du Proseha 2016-2030), il a été réalisé entre autres 2882 équivalents points d’eau moderne en milieu villageois et 173 autres en milieu pastoral faisant passer le taux d’accès théorique à l’eau potable de 45.91% en 2017 à 46.33% en 2018. Ces investissements ont permis également au taux de déserte en eau potable en milieu, urbain d’évoluer de 94,66% en 2017 à 95,66%en 2018. A cela s’ajoute la sensibilisation pour un changement de comportement dans 615 villages en matière d’hygiène et d’assainissement. Malgré ces progrès, il reste encore du chemin pour l’atteinte de la première phase des ODD, notamment en milieu rural. «Conscient de cette situation, le gouvernement a entrepris un certain nombre de réformes visant à améliorer la performance du secteur par l’adoption d’un document de programmation pluriannuel de dépense 2020-2022 comme outil de mise en œuvre du budget programme. La mise en œuvre d’un mécanisme commun de financement pour lequel nous invitons nos partenaires techniques et financiers à y adhérer dans leur ensemble » a déclaré le ,inistre de l’Hydraulique et de l’Assainissement.

Auparavant, le chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de l’Eau et de l’Assainissement, M. Eric Dietz a affirmé que cette année la revue sectorielle se tient dans un contexte particulier caractérisé par la dégradation des conditions sécuritaires dans certaines régions du Niger. Ce qui a nécessité des mesures idoines pour faciliter l’intervention dans ces zones. Il a également expliqué que le Nexus prône le renforcement du lien entre acteurs humanitaires et du développement pour une meilleure collaboration au-delà des frontières institutionnelles. C’est à cet égard que le gouvernement du Niger a mis en place en juillet 2018, un comité tripartite de haut niveau sur le nexus humanitaire–développement. Face à ces défis, M. Eric Dietz a exhorté l’ensemble des acteurs à opter en particulier dans les zones à contexte fragile, pour des interventions holistiques, multisectorielles autour du triple nexus sécurité-humanitaire-développement.

Rahila Tagou

13 juin 2019
Source : http://www.lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique