21ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA : SE Alassane Ouattara se félicite des bonnes performances enregistrées sur le plan économique dans l’espace commun

 Conférence de Presse  du Président en exercice de l’UEMOA : Le président Alassane Ouattara propose une mutualisation des efforts pour endiguer l’insécuritéAbidjan, la capitale de la République de Côte d’Ivoire a abrité le 12 juillet dernier les travaux la 21ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). C’est le président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA, SE Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire qui a présidé les travaux de cette rencontre qui a enregistré la participation de ses homologues de la République du Niger, du Bénin, du Burkina Faso, du Sénégal, du Togo, du Mali, et le Premier ministre de la Guinée Bissau.

Au cours des travaux, les Chefs d’Etat, ont examiné entre autres, le rapport sur l’état de l’Union en 2018, le rapport général de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’édition 2018 ainsi que l’état de mise en œuvre des grands chantiers de l’UEMOA. En effet, dans le but de donner une impulsion politique de haut niveau à l’exécution des programmes communautaires, les Chefs d’Etat de l’Union prennent en charge les grandes questions à travers des Comités de Haut Niveau dont ils assurent la présidence. Retenons aussi que les responsables des institutions de l’UEMOA ainsi que les représentants des organismes internationaux et des partenaires au développement ont pris part aux travaux qui se sont achevé sur une note de satisfaction générale.

En clôturant les travaux de la 21ème  Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, le président en exercice de la Conférence des  Chefs d’Etat et de gouvernement, SE Alassane Ouattara a d’abord rappelé que la vie de l’Union a été marquée depuis sa dernière Session qui s’est tenue en juillet 2018 par des événements majeurs, notamment aux plans politique, sécuritaire et économique.

Parlant de la situation politique, le président Ouattara a salué le bon déroulement de l’élection présidentielle qui s'est tenue au Sénégal ainsi que les législatives au Togo, en Guinée-Bissau et au Bénin, traduisant, une fois de plus, la maturité des acteurs politiques et l'enracinement de la démocratie dans nos États. « Je suis persuadé que les échéances électorales, prévues en 2020, dans d'autres pays de notre espace communautaire se tiendront également dans un climat apaisé, propice à la préservation de la paix et de la cohésion sociale, facteurs essentiels d'un développement inclusif et durable » a-t-il souligné.

En ce qui concerne la situation sécuritaire au sein de l'Union, SE Alassane Ouattara a relevé qu’elle reste marquée par la persistance de crimes et d'actes terroristes perpétrés par des groupes armés. L'engagement de nos Etats membres à faire face à ces phénomènes sera sans limite, a-t-il dit, avant de se féliciter de l'organisation diligente de la riposte, opérée par les forces armées nationales, avec l'appui des troupes sous-régionales et de la communauté internationale. Pour assurer l'efficacité des dispositifs mis en place et garantir la sécurité de nos populations, a-t-il estimé, les Etats membres de l'Union devront accroître la coopération sécuritaire et mutualiser les moyens de défense.

Au plan économique, le président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement s’est félicité des bonnes performances enregistrées par l'UEMOA ces dernières années du fait que la croissance économique de l'Union s'est établie à 6,6% en 2018, comme en 2017. Pour SE Alassane Ouattara, cette résilience résulte de la bonne qualité des politiques conduites par les Gouvernements des Etats membres de l’UEMOA et par les Organes et Institutions communautaires. Pour les années à venir, il souligne que les perspectives sont tout aussi favorables. C’est pourquoi SE Alassane Ouattara a invité les Etats de l’UEMOA à œuvrer au respect des critères de convergence retenus au titre de la surveillance multilatérale avant d’ajouter qu’un accent particulier devrait être mis sur la mobilisation des ressources intérieures, nécessaire à l'accroissement des dépenses prioritaires.

S'agissant du processus d'intégration de l’Union, il a mentionné que des avancées significatives sont enregistrées, notamment dans le domaine de la gestion macroéconomique, de la convergence économique, de l’approfondissement du marché commun, du renforcement des infrastructures et de la mise en œuvre des politiques sectorielles. « A ce sujet, l'exercice de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires, dans chaque Etat membre, a contribué à améliorer leur mise en œuvre » a-t-il rassuré.  Par ailleurs, le président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA a notifié que la consolidation des importants progrès économiques et sociaux accomplis par l’UEMOA au cours de ces dernières années nécessite la préservation d'un climat social stable et apaisé ainsi que l'amélioration de la situation sécuritaire. « Cela permettrait aux Etats membres de franchir des étapes décisives sur le chemin de l'émergence économique et d’atteindre les objectifs fixés par les Pères fondateurs en vue de faire de notre Union un espace d'intégration paisible et prospère » a estimé SE Alassane Ouattara.

Auparavant, M. Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances de la République du Bénin, président du Conseil des ministres de l’UEMOA a mentionné à l’ouverture des travaux, que la performance économique enregistrée au sein de l’UEMOA, est imputable notamment au renforcement de la production agricole et à la bonne tenue des activités dans tous les secteurs. De même, grâce à un bon approvisionnement des marchés en produits alimentaires de grande consommation, le niveau général des prix a connu une hausse modérée. « Le taux d’inflation de l’Union est ressorti en moyenne à 0,9% en 2018 contre 1,1% en 2017 », a-t-il souligné.

Concernant le profil des finances publiques, le président du Conseil des ministres  de l’Uemoa révèle des efforts de consolidation budgétaires dans tous les Etats membres de l'Union. Il a par ailleurs précisé que le défi majeur de l’Union demeure la convergence de nos économies au regard du respect des critères retenus dans le cadre du mécanisme de surveillance multilatérale. « A la veille de l’échéance de 2019, fixée par le Pacte de Stabilité, de Croissance et de Convergence, le Conseil des Ministres a engagé des réflexions sur l’évaluation des critères au regard des enjeux des Etats notamment en matière de prise en charge des dépenses de sécurité et de mise en place d’investissements structurants visant à soutenir la croissance »a déclaré M. Romuald Wadagni. Il a précisé que la Commission de l’UEMOA participe désormais, aux côtés des Etats membres, aux rencontres relatives aux modalités de mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf), dont la phase opérationnelle a démarré à l’issue de la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’Union Africaine, tenue le 7 juillet 2019 à Niamey.

De notre Envoyé Spécial Laouali Souleymane

15 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique