Inclusion de la société civile dans le dispositif national de mise en œuvre de l’ITIE : Le Niger renforce le dialogue multipartite et la transparence face aux défis de la gouvernance de son secteur extractif

Le Directeur de cabinet du premier ministre, président du groupe multipartite de concertation (GMC), M. Hamadou Adamou Souley, a présidé hier mercredi 21 Aout, à Niamey l’ouverture d’un atelier de consultation élargie de planification, pour la mise en place du collège de la société civile, au sein de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractive (ITIE). C’était en présence du secrétaire permanent de l’ITIE, M. Abdel Karim Aksar.

Cet atelier dont les travaux s’étendent du 21 au 21 au 23 Aout et auxquels prennent part les acteurs de la société civile, aboutiront à la désignation de leurs représentants au sein du groupe multipartite et dans le Comité de Supervision, tout en précisant leurs modalités de participation dans l’ITIE, conformément à l’exigence de la norme. Cet atelier, organisé avec l’appui du groupe de la banque mondiale, à travers le projet d’appui à la compétitivité et à la croissance (PRACC) se veut, ainsi, une opportunité pour le renforcement du dialogue multipartite et de la transparence face aux défis du secteur extractif.

En raison d’un déficit de communication, faut-il le rappeler, le Niger a été suspendu du processus ITIE en 2017, avant d’annoncer son retrait. Suite à des discussions franches et directes entre le Niger et le secrétaire exécutif de l’ITIE, ce malentendu a été dissipé dans l’intérêt des deux parties. De cet fait, « la résolution a été prise d’apporter les correctifs nécessaires, de part et d’autre, afin de marquer un nouveau départ. Dans cet ordre d’idées et déterminé à jouer sa partition, le Gouvernement a immédiatement entrepris la réforme du secrétariat permanent de l’ITIE qui a abouti à la mise en place d’un nouveau dispositif plus efficace et plus efficient », a indiqué le Directeur de Cabinet du Premier Ministre, président du groupe multipartite de concertation (GMC), M. Hamadou Adamou Souley. C’est dans cette dynamique, dit-il, que se tient le présent atelier, pour la mise en place du groupe Multipartite de concertation associant les OSC. Il est à noter que la société civile joue un rôle très important de veille dans l’amélioration de la gouvernance et du secteur extractif. Raison pour laquelle, elle a été impliquée de plein droit dans le diagnostic d’ITIE-NIGER, pour être bien informée afin d’être en mesure d’animer un débat citoyen responsable et pertinent, précise le président du GMC. Pour M. Hamadou Adamou, le Niger: pays à fort potentiel minier et pétrolier, 4ème producteur mondial d’uranium et producteur de pétrole depuis 2011 reste et demeure attaché aux principes d’une meilleure gouvernance des industries extractives, tels que consacrés par les dispositions de sa Constitution.

En plus, cette réforme est soutenue par l’arrêté N°O190 du 19 novembre 2018 du Premier Ministre; portant création, mission, composition, organisation et fonctionnement du dispositif national de mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries Extractives au Niger (DN/ITIE), a mentionné pour sa part, le secrétaire permanent de l’ITIE Niger, M. Abdel Karim Aksar. L’arrêté prévoit la mise en place de trois organes à savoir: un comité de supervision dans lequel la société civile est représentée; un groupe multipartite de concertation (GMC) présidé par le DIRCAB du premier ministre, et un secrétariat technique.

Mariama Abdou et Mahamane Chékaré Ismaël

22 août 2019
Source : http://www.lesahel.org/

 

Imprimer E-mail

Politique