Réunion Consultative dimanche après-midi à New York de la Commission Climat pour la Région du Sahel : Le Chef de l’Etat appelle à une conjugaison des efforts face aux multiples défis sécuritaires et climatiques qui assaillent la région du Sahel

Réunion Consultative dimanche après-midi à New York de la Commission Climat pour la Région du Sahel : Le Chef de l’Etat appelle à une conjugaison des efforts face aux multiples défis sécuritaires et climatiques qui assaillent la région du SahelLe Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, Président de la Commission Climat pour la Région du Sahel, a dans un discours d’ouverture de la Réunion Consultative de cette commission, dans l’après-midi du dimanche 22 septembre 2019 à New York, souligné que celle-ci est «d’une importance capitale au regard des immenses et multiples défis auxquels notre région continue de faire face».

Cette réunion s’est tenue en marge du Sommet Action Climat des Nations Unies qui sests ouverte hier, 23 septembre 2019, rappelle-t-on. Elle s’est déroulée en présence notamment du Président du Burkina Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré, Président du G5 Sahel, co-président de cette rencontre, des représentants des pays africains et européens et des responsables des organisations africaines et internationales.

Dans ce discours, le Chef de l’Etat a souligné qu’au Niger, il a été démontré une perte d’environ cent mille (100 000) hectares de terres arables chaque année. «Face à cette situation, depuis 2011, le Gouvernement a élaboré l’initiative 3N, ‘’les nigériens nourrissent les nigériens’’. D’importants efforts ont été accomplis, dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative afin de mitiger ce phénomène de déperdition de terres», a-t-il indiqué.

SEM Issoufou Mahamadou a affirmé «qu’il est toujours possible d’inverser la tendance face à ces défis». «Mais cela nécessite la conjugaison des efforts adaptés et durables et une action collective ainsi qu’un accompagnement soutenu de nos partenaires», a-t-il insisté. «Aux défis climatiques, s’ajoutent d’autres questions émergentes par exemple d’ordre sécuritaire, notamment, le terrorisme, le grand banditisme, tant dans la partie continentale sahélo-Saharienne, que sur nos eaux maritimes» a poursuivi le Président de la République. «Face à tous ces défis sécuritaires et de développement, notre Région tente d’apporter des réponses appropriées», a-t-il dit.

Outre le discours d’ouverture de SEM Issoufou Mahamadou, on note les interventions du Président du G5 Sahel et du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Guterres et des messages des représentants de Chefs d’Etat et de Gouvernement d’Afrique, de France, du Royaume Uni, ainsi que ceux des responsables du PNUD, de la FAO, de la Banque Mondiale, de l’Union Africaine et de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre le Désertification.La rencontre a été sanctionnée par un communiqué final.

Dans le discours de clôture, le Président Issoufou Mahamadou a déclaré que «les changements climatiques représentent à n’en point douter, l’un des défis les plus urgents de notre Histoire.»

Le Chef de l’Etat a noté, à l’issue de cette réunion consultative, «avec satisfaction l’adhésion de nos Etats au Plan d’Investissement Climat adopté par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la région».

En tant que Président de la Commission Climat du Sahel, il a tenu à renouveler son appel à l’endroit de la communauté internationale «pour une forte mobilisation en vue d’une meilleure synergie d’actions et de mobilisation de ressources en faveur de ce Plan d’investissement.»

Car ce plan, a-t-il souligné, constitue désormais, avec les initiatives régionales connexes, l’instrument principal de mise en œuvre des actions de résilience et de lutte contre les effets des changements climatiques au Sahel.»

«Il faut passer de la parole aux actes. Le temps est à l’Action, nous n’avons plus droit à l’erreur car il n’y a pas de planète bis, nos engagements immédiats conditionnent la survie de l’Humanité», a-t-il conclu.

Lire ci-dessous les discours d’ouverture et de clôture prononcés par le Président Issoufou Mahamadou lors de la Réunion Consultative de la Commission Climat pour la Région du Sahel.

Abdourahmane Alilou AP/PRN


 

Discours d’ouverture de S.E.M Issoufou Mahamadou, Président de la Commission Climat pour la Région du Sahel : «La situation au Sahel est d’une portée globale ; elle requiert par conséquent, une réponse globale», déclare le Président Issoufou Mahamadou

«Monsieur le Président du Faso, Président du G5 Sahel ;

Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;

Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine ;

Monsieur le Secrétaire Exécutif de la Convention des Nations Unies pour la Lutte contre le Désertification

Mesdames et Messieurs les Ministres

Mesdames et Messieurs, distingués participants, distingués invités.

Je voudrais de prime abord saisir cette occasion pour adresser mes vifs remerciements au Gouvernement américain pour l’accueil chaleureux dont ma délégation et moi-même avons bénéficié depuis notre arrivée ici à New York.

Je voudrais également remercier et saluer très chaleureusement Monsieur Antonio Guterres, le Secrétaire Général des Nations Unies, pour son ferme engagement en faveur d’une action climatique plus juste, plus inclusive et plus durable.

Le Sommet Action Climat qui s’ouvrira demain ainsi que les différents évènements parallèles en cours sur la thématique, illustrent parfaitement le niveau d’engagement des Nations Unies. Nous sommes parfaitement en phase dans ce combat global; les pays membres de la Commission Climat pour la Région du Sahel soutiennent fermement les Nations Unies et sont disposés à entreprendre toute action idoine visant à renforcer cet engagement.

Mesdames, Messieurs,

La présente rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite de l’opérationnalisation de la Commission Climat pour la Région du Sahel, que mon pays a l’honneur de présider, est d’une importance capitale au regard des immenses et multiples défis auxquels notre région continue de faire face.

Au nombre de ces défis, je mentionnerai l’exacerbation des effets des changements climatiques qui amenuisent les efforts déployés par les gouvernements des pays sahéliens avec des impacts néfastes sur la vie de nos concitoyens et leurs moyens d’existence. Chacun de ces défis mérite une attention particulière et une réponse collective, adaptée et soutenue.

C’est dans cette vision que les Chefs d’Etat et de Gouvernements africains ont adopté la Déclaration dite de Marrakech, lors du « Sommet de l’Action » tenu en marge de la COP 22 sous l’égide du Roi Mohamed VI du Maroc dont je salue le fort engagement pour l’action climatique en Afrique, en vue de donner un élan décisif et harmonisé à ce combat contre une adversité à visages multiples. La création à cette occasion, des Commissions Climat régionales, témoigne de cette noble volonté et nous engageaient à une action plus urgente et plus décisive.

Nous nous sommes alors lancés sans tarder, à l’élaboration d’un Plan d’Investissement Climat global pour la Région du Sahel sur la période 2018-2030, en prélude duquel un Rapport diagnostic fut préparé, révélant la forte vulnérabilité de notre région face aux changements climatiques, marquée entre autres par une dégradation sans précédent des terres, base productive d’une population majoritairement rurale, constituée d’une part importante de jeunes et de femmes.

En effet, il ressort de ce rapport, que les écosystèmes sahéliens sont soumis à une forte variabilité climatique qui se traduit par des modifications des régimes pluviométriques, des températures extrêmes, des inondations alternant avec des sécheresses récurrentes avec des effets néfastes perceptibles sur les terres agricoles, les pâturages et la disponibilité en eau.

De même, dans la partie subsaharienne de la Région, la fragilité des écosystèmes, se manifeste-t-elle par un taux de dégradation des sols de l’ordre de 67% dont 25% dans une échelle comprise entre sévèrement à très sévèrement dégradées et 4% à 7% irrécupérables.

Par ailleurs, l’érosion côtière, de plus en plus accentuée allant de 1 à 2 mètres par an au Sénégal et à Djibouti et plus de 20 à 30 mètres par an dans le Golfe de Guinée, entraine la disparition progressive des infrastructures attenantes aux côtes et des cordons de protection, ainsi que la dégradation des écosystèmes côtiers.

Au Niger, il a été démontré une perte d’environ cent milles (100000) hectares de terres arables chaque année. Face à cette situation, depuis 2011, le Gouvernement a élaboré l’initiative 3N, «les nigériens nourrissent les nigériens». D’importants efforts ont été accomplis, dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative afin de mitiger ce phénomène de déperdition de terres.

Des résultats concrets et très satisfaisants sont été ainsi obtenus sur le terrain. A ce sujet, des études scientifiques notamment, celles menées par le Word Forest Institut (WFI) ont relevé l’existence des grandes superficies de terres jadis dégradées qui sont redevenues fertiles grâce aux actions menées dans le cadre de cette initiative et dont l’exemplarité est reconnue au-delà de nos frontières.

C’est dire qu’il est toujours possible d’inverser la tendance face à ces défis mais cela nécessite la conjugaison des efforts adaptés et durables et un, une action collective ainsi qu’un accompagnement soutenu de nos partenaires.

Mesdames Messieurs,

Aux défis climatiques, s’ajoutent d’autres questions émergentes par exemple d’ordre sécuritaire, notamment, le terrorisme, le grand banditisme, tant dans la partie continentale sahélo-Saharienne, que sur nos eaux maritimes.

C’est ainsi que dans la partie subsaharienne, les Etats du Bassin du Lac Tchad font face au phénomène récurrent de la secte terroriste «Boko haram» ainsi que les conséquences de l’instabilité en Libye ayant occasionné depuis 2011, l’émergence d’un autre front du terrorisme et du grand banditisme notamment, au nord du Mali et dans les régions limitrophes du Burkina et du Niger avec une tendance à l’extension du phénomène allant jusqu’aux pays côtiers, jadis épargnés.

Face à tous ces défis sécuritaires et de développement, notre Région tente d’apporter des réponses appropriées. Aussi, le Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), sur la sécurité en Afrique de l’Ouest que j’ai eu l’honneur de présider le 14 septembre dernier à Ouagadougou, au Burkina Faso s’inscrit-il dans cette démarche. Je saisis cette occasion pour rendre un vibrant hommage à mon frère et ami Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso, Président du G5 Sahel pour la parfaite tenue de cette rencontre et les résultats qui en ont découlés.

Mesdames, Messieurs,

La situation au Sahel est d’une portée globale ; elle requiert par conséquent, une réponse globale. Ainsi, il est opportun qu’une attention plus accrue soit accordée à cette partie du monde par la communauté internationale, en particulier à travers un appui plus soutenu des politiques en faveur d’actions climatiques plus synergiques, mieux coordonnées, plus intégrées, plus cohérentes, et plus durables.

Je reste convaincu que c’est l’approche la plus efficace qui permettra de promouvoir une meilleure résilience des pays sahéliens face aux défis climatiques, sécuritaires et de développement auxquels ils sont confrontés.

La rencontre d’aujourd’hui nous offre ainsi l’occasion de nous mobiliser d’avantage pour plus d’attention au Sahel à la veille du Sommet Climat des Nations Unies. A cet égard, nous nous réjouissons des importantes avancées enregistrées dans le processus de l’opérationnalisation de la Commission Climat pour la Région du Sahel, notamment, avec la mise en place des instances d’orientation et de suivi ; l’adoption du Plan d’Investissement Climat pour la Région du Sahel pour (2018-2030 ); ainsi que l’organisation en février 2019 à Niamey au Niger, de la table ronde pour le financement de son Programme Prioritaire pour Catalyser les Investissements Climat au Sahel pour la période (PPCI2020-2025).

Les annonces de contributions enregistrées au cours de cette table ronde ont été d’environ 3,42 milliards de dollars pour un besoin exprimé de 1,32 milliards de dollars. Ce niveau d’engament illustre parfaitement la grande mobilisation de nos partenaires pour la mise en œuvre de ce Programme hautement prioritaire pour la résilience des populations sahéliennes. Je leur renouvelle ici toute notre reconnaissance pour leur engagement à nous accompagner dans ce processus.

Mesdames et Messieurs

Ce programme prioritaire est prévu pour répondre aux besoins urgents. Notre souhait est de voir cet engagement s’inscrire dans la durée au regard de l’existence d’énormes besoins financiers notamment pour le financement du Plan d’Investissement Climat pour la Région du Sahel. Le succès de la table ronde de Niamey, a montré à plus d’un titre, la forte adhésion de nos partenaires à ce Plan d’Investissement.

Dans cette dynamique, nous avons jugé nécessaire de créer un environnement favorable permettant une mobilisation effective des annonces susmentionnées d’une part ; une cohérence et une synergie des actions à programmer, d’autre part.

Aussi, dans cette perspective, la Première Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission, a décidé de créer un Secrétariat Permanent avec pour mandat de coordonner la mise en œuvre du Plan d’Investissement Climat pour la Région du Sahel et de son Programme Prioritaire pour Catalyser les Investissements climat.

Cette conférence a également décidé de la création d’un Cadre Transitoire avec pour objectif, l’exécution des tâches prioritaires en rapport avec les orientations de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement. Ce Cadre Transitoire devrait contribuer à assurer une meilleure synergie entre les parties prenantes notamment les partenaires bilatéraux et multilatéraux, les instances des Commissions Climat africaines, les organisations régionales et sous régionales, et les autres initiatives africaines et internationales sur le climat.

Une feuille de route de ce Cadre Transitoire a ainsi été élaborée et est en cours d’exécution. Je saisis cette occasion pour lancer une fois de plus, un vibrant appel à l’endroit de l’ensemble de nos partenaires pour leur appui à la mise en œuvre de cette feuille de route dont le succès garantira une mise en œuvre efficace du Plan d’Investissement Climat pour la Région du Sahel.

Je vous remercie de votre aimable attention. ».


Discours de clôture du Président de la République à l’issue de la Réunion Consultative de la Commission Climat pour la Région du Sahel (CCRS) : «Il faut passer de la parole aux actes. Le temps est à l’Action. Nos engagements immédiats conditionnent la survie de l’Humanité», lance SEM. Issoufou Mahamadou.

« Monsieur le Président du Faso, Président du G5 Sahel ;

Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;

Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine ;

Monsieur le Secrétaire Exécutif de la Convention des Nations Unies pour la Lutte contre le Désertification

Mesdames et Messieurs, distingués participants, distingués invités.

Je voudrais à l’issu de ces deux heures de discussion, adresser mes vifs remerciements au Président du Faso, au Secrétaire Général des Nations Unis, au Président de la Commission de l’Union Africaine ainsi qu’à tous nos partenaires qui nous ont honoré de leur présence.

Le Sommet qui s’ouvre demain ainsi que les différents évènements parallèles qui y sont programmés, illustrent l’engagement sans précédent des Nations Unies en faveur d’une action climatique plus forte, plus juste, plus inclusive et plus durable. Cet engagement, faut-il le relever, n’a cessé de croitre depuis la mise en vigueur de l’Accord de Paris. Cette rencontre en est une des illustrations.

Dans ce contexte et au regard des multiples rencontres préparatoires organisées en amont de la tenue de ce Sommet, je voudrais féliciter très chaleureusement le Secrétaire Général des Nations Unies, SEM. Antonio Guterres pour sa vision et sa détermination à œuvrer à une action soutenue et concrète en faveur de la survie de notre planète.

Mesdames, Messieurs,

Les changements climatiques représentent à n’en point douter, l’un des défis les plus urgents de notre Histoire. Aujourd’hui, il n’est point besoin de démontrer combien notre environnement naturel et les communautés humaines subissent au quotidien, les impacts néfastes du dérèglement climatique, dont les manifestations, toujours violentes et pernicieuses, mettent en péril la survie même de l’espèce humaine.

A l’issue de cette réunion consultative, je note avec satisfaction l’adhésion de nos Etats au Plan d’Investissement Climat adopté par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la région et, conformément à la charge qui m’a été confiée en ma qualité de Président de la Commission Climat du Sahel, je voudrais renouveler mon appel à l’endroit de la communauté internationale pour une forte mobilisation en vue d’une meilleure synergie d’actions et de mobilisation de ressources en faveur de ce Plan d’investissement, qui constitue désormais, avec les initiatives régionales connexes, l’instrument principal de mise en œuvre des actions de résilience et de lutte contre les effets des changements climatiques au Sahel.

Il faut passer de la parole aux actes. Le temps est à l’Action, nous n’avons plus droit à l’erreur car il n’y a pas de planète bis, nos engagements immédiats conditionnent la survie de l’HUMANITE.

Je vous remercie. ».

Onep

24 septembre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique