Tahoua/Célébration de la 5ème Journée Nationale de mobilisation contre la traite des personnes : L’édition planche sur le sort des femmes et des enfants

Instituée par décret pris en conseil de ministres, la journée nationale de mobilisation contre la traite des personnes est célébrée le 28 septembre de chaque année. Cette 5ème édition porte sur le thème central « La gestion de la traite des femmes et des enfants par le Niger dans un contexte de migration et de libre circulation des personnes et des biens». C’est la région de Tahoua qui a eu l’honneur d’abriter, pour la seconde fois, les activités marquant la célébration de cette édition 2019. Le lancement officiel des activités, couplé à l’installation solennelle de la Cour d’Appel de Tahoua a été placé sous la présidence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M Marou Amadou. Une cérémonie à laquelle ont pris part la Présidente et le procureur de la Cour de Cassation, les responsables des juridictions, le représentant de la délégation de l’Union Européenne, le chef de mission de EUCAP Sahel Niger, chef de file de partenaires techniques et financiers du Niger en matière de lutte contre la traite des personnes ainsi que les représentants des organisations internationales partenaires et les responsables administratifs et coutumiers de la région hôte.

Depuis 2015, le Niger a institué la journée nationale de mobilisation contre la traite des personnes suite au drame survenu le 28 septembre 2013 où 92 Nigériens de tous âges et sexes ont perdu la vie dans le désert nigérien en tentant de rallier l’Algérie. Mais il faut rappeler que bien avant ce déclic malheureux, les autorités nigériennes ont fait de la lutte contre la traite des personnes un des axes prioritaires de leurs actions pour avoir pris des mesures institutionnelles, réglementaires et législatives avec la création de la Commission nationale de coordination de lutte contre la traite des personnes et son agence d’exécution. Par ces mesures, le Niger entend atteindre les objectifs de prévenir et combattre les phénomènes de traite des personnes et du trafic illicite de migrants, de protéger les droits des victimes de traite des personnes et migrants objets de trafic et de promouvoir et faciliter la coopération nationale et internationale en la matière.

Dans le message livré à l’occasion du lancement officiel des activités entrant dans le cadre de la journée nationale de mobilisation, organisée par l’Agence nationale de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants ANLTP/TIM, avec le soutien des partenaires dont EUCAP Sahel, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux a appelé à l’engagement permanent de tous les acteurs étatiques, non étatiques et des partenaires techniques et financiers intervenant dans ce combat indispensable. M. Marou Amadou a salué l’engagement des partenaires représentés notamment à la cérémonie par le chef de la mission EUCAP Sahel Niger, M Frank Van Der Mueren. Depuis près de 5 ans, si des progrès importants ont pu être réalisés et des résultats satisfaisants enregistrés, ils sont à mettre à l’actif de l’Etat mais aussi de ses partenaires qui n’ont eu de cesse d’apporter des appuis multiformes et multidisciplinaires pour accompagner l’Etat et les acteurs impliqués dans le combat. Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux a reconnu que des efforts louables ont été accomplis, mais ils n’ont pas suffi à apporter de vraies réponses sur les causes pourtant bien connues de ces phénomènes. Ces causes ont pour noms la précarité, l’absence de perspectives d’insertion et de réinsertion socio-économiques dans les pays d’origine qui conduisent les jeunes « à tenter l’aventure ». C’est pourquoi le ministre Marou Amadou a appelé à réfléchir à des réponses durables qui passent par l’élaboration de plans d’insertion répondant aux besoins de ces jeunes candidats à la migration pour les convaincre que leur place est dans leurs communautés pour participer aux efforts de développement de leurs pays. Indiquant que cet appel s’adresse également à tous les pays concernés par le phénomène, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux a mis en exergue le nombre de plus en plus croissant d’enfants et de femmes victimes de traite ce qui justifie la pertinence du thème choisi.

Les conférences organisées à cet effet, ont permis aux participants de mieux appréhender la question de la traite de personnes, son cadre juridique et institutionnel et connaitre les efforts déployés par l’Etat et ses partenaires. Deux conférences étaient au programme de la journée nationale de mobilisation. Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux s’est dit convaincu que les thèmes développés feront l’objet de débats riches et constructifs au regard de la qualité des animateurs. Il a invité les populations à y participer activement. Le ministre a enfin rendu un vibrant hommage à l’Agence Nationale de lutte contre la Traite des Personnes et le Trafic Illicite de Migrants, à tous les acteurs associés, aux membres de la commission nationale de lutte contre la traite des personnes et de trafic illicite des migrants ainsi que les partenaires de l’Etat pour les efforts remarquables et les résultats satisfaisants enregistrés.

l Zabeirou Moussa Envoyé Spécial

1er octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique