Séminaire de suivi de la déclaration de Ouagadougou : Renforcer la mise en œuvre des savoirs pour le développement rural et la sécurité alimentaire au Sahel

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba, a présidé hier matin au Centre Régional AGRHYMET de Niamey, la cérémonie officielle d’ouverture du séminaire de suivi de la déclaration de Ouagadougou. Cette initiative adoptée le 19 Septembre, vise à répondre positivement aux enjeux actuels du développement rural des pays sahéliens mais aussi aux défis du futur, induits par la forte croissance démographique et par l’impact important du changement climatique. Les conclusions issues de ce séminaire de deux jours contribueront à l’effort d’alignement des actions à mettre en œuvre pour les politiques, les bailleurs et les différents acteurs du développement.

Procédant à l’ouverture officielle des travaux du séminaire, le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba a affirmé que la prise en charge efficace des défis de notre espace sahélien qui sont multiples et variés «est rendue plus complexe par l’exacerbation des effets cumulés du changement climatique, de l’insécurité et de l’accentuation de la pauvreté ». Au regard de la dynamique créée autour de la déclaration de Ouagadougou en un an, a-t-il poursuivi, il est important de faire le point des différentes initiatives engagées dans chaque pays par les systèmes nationaux de recherche agricole des pays du G5 Sahel et du Sénégal et par leurs différents partenaires.

Pour le Ministre d’Etat Albadé Abouba, le séminaire vise essentiellement à renforcer les partenariats avec les acteurs sahéliens de l’expertise et de la recherche afin « de valoriser les nombreux acquis de la recherche en partenariat, d’intensifier les efforts en termes d’innovation en intégrant les voix de toutes les parties prenantes, et enfin de changer d’échelle en terme d’impact pour les populations bénéficiaires ». Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a rappelé que les actions menées par le Niger convergent vers les huit priorités stratégiques pour le développement identifiées dans la Déclaration de Ouagadougou. Aussi, a-t-il ajouté, l’aspect Démographie et Autonomisation des Femmes constitue «un axe transversal prioritaire » sur lequel le Gouvernement travaille intensivement.

Dans son intervention à la cérémonie d’ouverture des travaux du séminaire, Mme Elisabeth Claverie de Saint-Martin, stratège des politiques de développement et Directrice Générale déléguée à la Recherche et à la Stratégie du Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), a indiqué que depuis sa signature, la Déclaration de Ouagadougou a fait beaucoup de chemin. Elle a invité les participant à travailler d’arrache-pied pour qu’à la fin des travaux de Niamey, les prochains projets fédérateurs à réaliser avec les partenaires soient définis et qu’ils permettent de construire mieux et de façon plus pertinente, en essayant « d’aboutir à des résultats de développement réalisables à court terme, qui prennent en compte les réalités du Sahel».

Auparavant, M. Ibrahim Idi Issa, Secrétaire Exécutif Adjoint du CILSS, a remercié les autorités du Niger pour avoir accepté d’accueillir le séminaire à Niamey, et le CIRAD pour son appui financier et technique à l’organisation de ces deux jours de travaux. Pratiquement un an après la signature de la Déclaration de Ouagadougou dont le CILSS est partie prenante, a-t-il dit, il est important « de répertorier les actions de chaque institution s‘inscrivant dans les domaines prioritaires de la Déclaration, identifier des convergences et élaborer une feuille de route ».

Le séminaire de Niamey sur le suivi de la Déclaration de Ouagadougou regroupe les principales institutions de recherche agronomique et d’enseignement supérieur, les organisations paysannes et non Gouvernementales, ainsi que les principaux réseaux œuvrant au développement des pays Sahéliens. Il s’agit, au cours des deux jours de travaux de Niamey, de faire le bilan de sa mise en œuvre, mais également d’identifier les convergences, les synergies et les moyens de mise en œuvre des différents acteurs. Les conclusions du séminaire contribueront aussi, selon les organisateurs, à l’effort d’alignement des actions à mettre en œuvre pour les politiques, les bailleurs et les différents acteurs du développement.

Souleymane Yahaya

23 octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique