4eme Sommet Extraordinaire de la Conférence des Chefs-Etat du G5 Sahel : Meilleure synergie d’actions dans la lutte contre le terrorisme

4eme Sommet Extraordinaire de la Conférence des Chefs-Etat du G5 Sahel : Meilleure synergie d’actions dans la lutte contre le terrorismeNiamey a abrité hier le 4ème Sommet Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etats du G5 Sahel. Ce sommet s’est tenu dans un contexte sécuritaire particulier face à la montée en puissance des menaces terroristes dans l’espace dont le récent événement survenu à Inates ayant entrainé la mort des 71 soldats, en est la preuve. La cérémonie d’ouverture qui a été présidée par SE Marc Christian Kaboré, Président du Burkina Faso, président en exercice du G5 Sahel, a enregistré la participation des présidents du Mali SE Ibrahim Boubacar Keita, de la Mauritanie SE Mohamed Cheick El Ghazouani, du Tchad SE Idriss Deby Itno, et celui du pays hôte SE Issoufou Mahamadou.

A l’issue des travaux qui se sont déroulés à huis clos, un communiqué final a été lu par le Secrétaire permanent de l’organisation M. Maman Sambo Sidikou. A travers, ce communiqué les Chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination à poursuivre et renforcer la lutte contre le terrorisme, en améliorant notamment la coordination des actions entre les pays membres et avec leurs alliés

Procédant à la clôture du Sommet, le Président en exercice du G5 Sahel a indiqué que cette rencontre a été fondée sur un ordre du jour précis à savoir les questions relatives à la situation sécuritaire, la situation des alliances, et de l’appui pour le développement des différents programmes du G5 Sahel. Elle a permis aux Chefs d’Etat d’aborder les questions qui sont essentielles. « Il s’agit maintenant pour nous de travailler à leurs mises en œuvre» a-t-il confié. SE Marc Christian Kaboré a par ailleurs annoncé que des actions seront menées avec le Secrétariat permanent, et le commandement de la Force conjointe pour redonner un crédit non seulement au G5 Sahel, mais aussi à tout le travail que mènent les Etats membres sur le terrain avec les alliés dans la lutte contre le terrorisme

Le Président en exercice du G5 Sahel a d’abord rappelé que ce sommet qui devait se tenir à Ouagadougou au Burkina Faso, a été délocalisé à Niamey afin de traduire la compassion du G5 sahel au peuple du Niger suite à l’attaque perpétrée au Poste Avancé Militaire d’Inatès par des terroristes. Cette attaque pour rappel, a occasionné 71 pertes en vies humaines dans le rang des soldats nigériens. SE Marc Christian Kaboré a, en cette douloureuse circonstance présenté, au nom du G5 Sahel, ses condoléances attristées aux familles éplorées.

Il a, en outre, a noté que les attaques sans cesse perpétrées par les groupes terroristes, rappellent non seulement l’extrême gravité de la situation, mais aussi l’urgence de travailler davantage en synergie pour faire face à cette barbarie d’une autre époque. « Il importe donc que nos efforts quotidiens tendent à raffermir notre unité, et surtout à persévérer l’essentiel : la paix et la stabilité garantes d’un développement durable et du bien-être de nos laborieuses populations », a-t-il préconisé. Cette lutte, dit-il, exige la prise en compte des dimensions, non seulement sécuritaire, mais également politique et économique du devenir de nos nations.

« La réussite absolue de ce combat demande également le soutien de tous les Etats de la région et de l’ensemble de la Communauté Internationale », a estimé le président en exercice du G5 Sahel. «C’est le moment pour nous de réitérer notre engagement à combattre le terrorisme par tous les moyens, et de lancer un appel à la mobilisation générale de nos énergies ainsi que celles de la Communauté internationale », a conclu SE Marc Roch Christian Kaboré.

Pour sa part, le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou a, dans son discours à l’ouverture de la conférence a réitéré son appel au renforcement des alliances pour faire face à la menace terroriste. « Dans le combat contre le terrorisme nous avons besoin, non pas de moins d’alliés, mais de plus d’alliés », a-t-il déclaré. (Lire ci-dessous, l’intégralité du discours prononcé par le Chef de l’Etat).

Laouali Souleymane

Allocution prononcée par le Président de la République à l’ouverture de la Conférence «Dans le combat contre le terrorisme nous avons besoin, non pas de moins d’alliés, mais de plus d’alliés», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

« Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré Président du Faso, Président en Exercice du G5 sahel,

Excellence Monsieur Idriss Deby Itno Président de la République du Tchad,

Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keita Président de la République du Mali,

Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheick Gazouani Président de la République Islamique de Mauritanie,

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Honorables Députés nationaux,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Monsieur le Secrétaire Permanent du G5 Sahel,

Messieurs les envoyés spéciaux des Nations Unies et de l’Union Africaine,

Mesdames, Messieurs,

Nous devrions avoir la présente rencontre à Ouagadougou, l’actualité en a décidé autrement. En effet le 10 Décembre 2019, notre pays a vécu une grande tragédie : 71 de ses soldats Poste Militaire Avancé d’Inatès sont tombés sur le champ d’honneur. Pour marquer votre solidarité avec le Niger et son peuple vous avez décidé, mes chers frères, chefs d’Etat du G5 Sahel, de faire le déplacement de Niamey. Permettez-moi de vous en remercier et de vous y souhaiter la fraternelle bienvenue.

Excellences,

Mesdames, Messieurs

La menace des organisations terroristes et criminelles sur les pays du Sahel s’aggrave. Cette menace augmente en intensité. Les attaques de ces organisations sur nos positions militaires, les assassinats de populations civiles notamment les chefs traditionnels locaux, les enlèvements de personnes, au Mali, au Burkina et au Niger, deviennent de plus en plus fréquents. Le champ d’opération des terroristes s’élargit de jour en jour. Le matériel de guerre dont ils disposent, de plus en plus sophistiqué, se renforce. Les terroristes sont devenus de véritables professionnels de l’art de la guerre. Ils progressent chaque jour sur le plan stratégique, opératif et tactique. Le grand stratège sait qu’« à la guerre, le mieux est d’attaquer la stratégie de l’ennemi. Ensuite le mieux est d’attaquer ses alliances. Ensuite le mieux est d’attaquer ses troupes. ».

Tout en s’attaquant à nos troupes, les terroristes s’attaquent parallèlement à nos alliances. Ils s’activent à trouver des relais au sein des populations pour dénoncer la présence des troupes alliées à nos côtés. Ceux qui jouent leurs jeux de manière consciente ou inconsciente, ceux qui s’attaquent à nos alliances, ceux qui veulent les défaire font pire qu’attaquer nos troupes. L’opinion publique de chacun de nos pays doit en prendre conscience. Cette opinion doit également prendre conscience du danger mortel que constitue l’instrumentalisation des conflits intercommunautaires.

Contrer ces deux stratégies qui consistent à défaire nos alliances et à instrumentaliser les conflits intercommunautaires doit être au centre de nos préoccupations.

Excellences,

Mesdames, Messieurs

Dans le combat contre le terrorisme nous avons besoin, non pas de moins d’alliés, mais de plus d’alliés. C’est le sens de notre appel, plusieurs fois renouvelé, à la mise en place d’une coalition internationale de lutte contre le terrorisme dans le sahel et le bassin du lac Tchad. C’est le sens de notre souhait de placer, sous le chapitre VII de la charte des nations unies, la force conjointe du G5 Sahel. C’est également le sens de notre demande de renforcement du mandat de la MINUSMA. Ces demandes que nous adressons à la communauté internationale sont fondées. D’abord parce qu’elle est responsable de ce qui nous arrive à travers sa décision désastreuse d’intervenir en Libye. Ensuite parce que la sécurité étant un bien public mondial, les peuples du Sahel, nos peuples, ne doivent pas être seuls à supporter le lourd fardeau de la guerre. C’est la planète entière qui est le théâtre des opérations du le terrorisme. La riposte doit donc être planétaire. Nous attendons donc de la communauté internationale qu’elle assume sa part de responsabilité. Nous attendons d’elle qu’elle fasse son devoir.

Nous saluons la mise en place prochaine de l’opération Takouba qui permettra, avec la mobilisation des forces spéciales européennes de renforcer l’opération Barkhane. C’est le lieu aussi de saluer la décision des chefs d’Etat des pays de l’UEMOA d’allouer 100 millions de dollars à trois pays membres de notre organisation. Nous fondons l’espoir que le prochain sommet ordinaire de la CEDEAO qui se tiendra dans quelques à Abuja, permettra de mettre à la disposition du G5 Sahel les ressources annoncées à l’occasion du sommet extraordinaire tenu à Ouagadougou le 13 septembre dernier.

Excellences,

Mesdames, Messieurs

Face au terrorisme, nous devons poursuivre le renforcement des capacités nationales et conjointes. Nous devons continuer à mobiliser la solidarité régionale, Africaine et internationale sur le plan militaire comme sur le plan économique. Nous ne perdrons jamais de vue la liaison étroite qui existe entre sécurité et développement qui est la solution à long terme dans la lutte contre le terrorisme. Le Programme d’investissement Prioritaire du G5 Sahel soumis aux partenaires à Nouakchott en Décembre 2018 doit donc être mis en œuvre. Ce programme qui a retenu toute l’attention de nos partenaires a obtenu des promesses de financement couvrant largement les actions envisagées. Nous devons demander à nos partenaires l’accélération des procédures afin de soutenir les populations des zones fragiles qui sont exposées aux menaces terroristes.

Avec la conviction que nous vaincrons le terrorisme et en souhaitant pleins succès à nos travaux, je souhaite, une fois de plus à tous, la bienvenue et un bon séjour à Niamey.

Je vous remercie. ».

Imprimer E-mail

Politique